Pourquoi cinq partants dans la deuxième épreuve du Handicap - Quinté + de lundi ?

Courses / 31.03.2018

Pourquoi cinq partants dans la deuxième épreuve du Handicap - Quinté + de lundi ?

Pourquoi cinq partants dans la deuxième épreuve du Handicap - Quinté + de lundi ?

Sur son site Internet, France Galop est revenu sur la réunion de lundi 2 avril à Saint-Cloud, où la deuxième épreuve du handicap - Quinté + ne rassemble que cinq partants.

« Le premier Handicap de 3ans de l’année, support des paris événements, est programmé ce lundi de Pâques à Saint-Cloud. Seize concurrents prennent part à la course, mais seulement cinq sont au départ dans la deuxième épreuve de ce handicap. Voici pourquoi.

Lundi 26 mars, ils étaient 58 engagés, soit un nombre plutôt élevé par rapport à la quarantaine de candidats généralement réunie dans des circonstances.

Mercredi, France Galop recevait 14 forfaits dans ce handicap, soit un chiffre tout à fait normal là encore.

Jeudi, en revanche, pas moins de 17 concurrents n’étaient pas déclarés partants probables, soit à peu près le double de la normale. Il ne restait alors plus que 27 candidats potentiels. Vendredi, 6 annulations de partants portaient le nombre de concurrents en lice pour la première à 16, et à 5 ceux de la seconde épreuve. Ce nombre d’annulations est exceptionnel, même dans ce type de courses.

Ces 6 annulations concernent 6 des 9 chevaux du handicap dont la valeur est de 37 et plus. Cinq de ces 6 chevaux dépendent du seul entraînement de Jean-Claude Rouget, le sixième étant déclaré chez Eva Imaz-Ceca. Notons que la plupart de ces chevaux n’avaient pas été engagés dans les deux semaines précédentes et ils ne l’ont pas été depuis.

L’augmentation du nombre de chevaux ayant déclaré forfait à la déclaration des partants probables s’explique peut-être par les conditions climatiques difficiles, mais aussi par la crainte de nombreux entraîneurs ayant visé la première épreuve de voir leur pensionnaire dirigé dans la seconde. Au stade des partants définitifs, il s’avère pourtant que nombre de ces candidats seraient bien rentrés dans la première épreuve. Cette situation aura donc surtout nui aux intérêts des entourages de ces chevaux.

On notera aussi qu’une deuxième épreuve de handicap un lundi férié générait l’an dernier, le 1er mai, plus de 900.000 € d’enjeux. Une course de 6 partants au cours de la même réunion réunissait en revanche moins de 400.000 € en paris. Le manque à gagner pour le chiffre d’affaires devrait donc avoisiner les 500.000 €. »