DUBAI GOLD CUP (GR2) - Vazirabad, foudroyant

Courses - International / 31.03.2018

DUBAI GOLD CUP (GR2) - Vazirabad, foudroyant

DUBAI GOLD CUP (GR2)

Vazirabad, foudroyant

Quelle accélération de Vazirabad (Manduro) dans la ligne droite de la Dubai Gold Cup (Gr2) ! Et quelle monte de Christophe Soumillon ! Cette Dubai Gold Cup fut un plaisir absolu pour les yeux, avec un succès symbolisant ce que peut être l’alliance parfaite entre un cheval et son jockey. C’est en effet en alliant leurs forces que Vazirabad et Christophe Soumillon ont réussi à entrer un peu plus dans l’Histoire des courses de Dubaï, des courses de stayers et des courses tout court.

Pour voir la course, cliquez ici. (lien à insérer : https://youtu.be/LB-mKRohwjU )

Un parcours aux petits oignons. Cheval, parce que la pointe de vitesse de Vazirabad est exceptionnelle. Cela a été dit et redit, mais elle est la marque des grands stayers et Vazirabad en est un. Il est le seul cheval à avoir remporté trois fois – et consécutivement – la Dubai Gold Cup… Et dans un temps record en 2018, s’il vous plaît !

Jockey, parce que Christophe Soumillon connaît son cheval par cœur, ses forces et ses faiblesses. Il sait que, une fois devant, il s’arrête. Et il a temporisé au maximum en seconde moitié de peloton, patientant, alors que les deux animateurs Frontiersman (Dubawi) et Red Galileo (Dubawi) avaient pris beaucoup d’avance. Christophe Soumillon a lancé Vazirabad dans la ligne droite, restant au sein du peloton. Le représentant de Son Altesse l’Aga Khan a grignoté ses adversaires un par un, avant d’être dirigé vers la pleine piste, là où était lancé son adversaire numéro 1, Rare Rhythm (Dubawi). Mais le représentant de Godolphin n’a rien pu faire contre son adversaire.

Vazirabad reste Vazirabad : dans les cinquante derniers mètres, il avait course gagnée, ses adversaires étant à deux ou trois longueurs derrière lui. Pour Vazirabad, le job était fait et il s’est quasiment arrêté, tout en penchant. Heureusement, le poteau était là… Et Sheikhzayedroad (Dubawi) ne l’a pas inquiété malgré une fin de course tranchante. Rare Rhythm est troisième.

Direction la Gold Cup d’Ascot. Joint par téléphone, Alain de Royer Dupré nous a dit : « Aujourd’hui, cela a été très vite devant. Avant la course, j’ai expliqué que le cheval était mieux que d’habitude : il fait toujours très chaud lorsqu’il vient à Dubaï et, les années précédentes, nous l’avions peut-être travaillé un peu trop. C’est vrai qu’il n’a jamais été aussi impressionnant qu’aujourd’hui à Dubaï, mais contrairement aux préparatoires où les pelotons sont moins touffus et où il y a moins de rythme, cela a été très vite devant. Christophe Soumillon le connaît et, avec lui, c’est ce qu’il faut faire. Il a horreur de venir dans le vide. L’Ascot Gold Cup est son objectif. C’était déjà l’idée l’an dernier, mais il s’était abîmé un tendon et nous avions dû faire l’impasse. Il aura des préparatoires en France, nous ne jouerons pas le jeu du circuit des courses anglaises pour stayers [le circuit du Weatherbys Hamilton Stayers’ Million, ndlr]. C’est un cheval que nous aimons beaucoup et nous souhaitons qu’il fasse une longue carrière. Si on le respecte et sauf accident, il n’y a pas de raison pour que cela ne soit pas le cas. »

L’analyse de Christophe Soumillon. Christophe Soumillon s’est exprimé au micro d’Equidia après cette victoire : « Les chevaux autour de lui ont vieilli… Lui aussi, mais il n’a finalement que 6ans et a été préservé. L’an dernier, il a été blessé en début de saison. Il avait réalisé une performance un peu décevante dans le Prix Royal Oak (Gr1)où il est deuxième et je pensais gagner. Pour sa rentrée ici à Meydan, il était aussi deuxième. Aujourd’hui, le rythme de la course l’a beaucoup servi et il s’est envolé pour finir. Il aime se faire emmener le plus loin possible. J’ai eu deux bons chevaux en point de mire jusqu’à 150m du poteau ».

Concernant la Gold Cup d’Ascot, Christophe Soumillon a dit : « La Gold Cup d’Ascot était son objectif de l’an dernier, mais il a dû faire l’impasse. C’est une course qui peut lui convenir, mais il n’est pas facile et peut être un peu capricieux. J’espère qu’Ascot va lui plaire. Les 4.000m sur une piste avec un profil sélectif devraient lui convenir. C’est en tout cas un super travail d’équipe. Son cavalier du matin le connaît par cœur. Le cheval n’a jamais été aussi bien physiquement, même s’il n’a plus dans son action la souplesse de ses 3ans. Il peut encore faire une ou deux bonnes saisons. »

Un fils d’une lauréate du Prix de Flore. Vazirabad a été élevé par son propriétaire, Son Altesse l’Aga Khan. C’est un fils de Manduro, étalon au haras du Logis et Visorama (Linamix), lauréate du Prix de Flore (Gr3), deuxième du Prix Corrida (Gr2) et troisième du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1). Il est le frère de Visoriyna (Dansili), lauréate du Prix La Sorellina (L) et deux fois placée de Grs3. Les sept produits de Visorama répertoriés se sont tous imposés. Vazirabad est le neveu de Varenar (Rock of Gibraltar), vainqueur du Qatar Prix de la Forêt (Gr1), Visindar (Sinndar), lauréat du Prix Greffulhe (Gr2) et cinquième du Derby d’Epsom (Gr1) et Visionary (Linamix), troisième de la Poule d’Essai des Poulains (Gr1).

Koniggstuhl

Monsun

Mosella

Manduro

Be my Guest

Mandellicht

Mandelauge

VAZIRABAD (H6)

Mendez

Linamix

Lunadix

Visorama

Mr Prospector

Visor

Look