Des économies à venir grâce au rapprochement d’Auteuil, Saint-Cloud et Longchamp

Institution / Ventes / 13.03.2018

Des économies à venir grâce au rapprochement d’Auteuil, Saint-Cloud et Longchamp

Le 8 mars, lors du Comité central d’entreprise, les représentants du personnel de France Galop ont émis un avis favorable à la création de l’établissement unique des hippodromes parisiens. C’est une évolution importante pour l’avenir du fonctionnement de France Galop.

Olivier Delloye, directeur général de France Galop, nous a expliqué ce mardi : « Il s’agit d’une avancée majeure dans la réforme de notre institution. Nous avons lancé une consultation, qui s’est conclue par un avis favorable [7 voix pour et une contre, ndlr]. Elle portait sur deux sujets. D’une part la création d’un établissement unique des hippodromes de l’ouest parisien, là où il y avait trois entités distinctes jusqu’à présent [Auteuil, ParisLongchamp et Saint-Cloud]. Il s’agit d’un changement d’organisation substantiel, avec un management unique et centralisé. D’autre part, une partie des équipes de maintenance sera mutualisée entre les trois hippodromes. Le fait d’avoir une équipe avec des moyens mis en commun permet d’être beaucoup plus efficace dans la planification du travail et l’optimisation des ressources tout au long de l’année. Cet établissement unique nous ouvre donc des perspectives d’économies, à effectifs constants, car nous ferons moins appel à des prestataires extérieurs. »

Stéphane de Veyrac sera le chef d’établissement de.la nouvelle organisation. L’équipe de direction sera composée de Jean-Guillaume d’Orglandes (directeur des pôles pistes et espaces verts), Christian Delporte (directeur des moyens généraux de chaque site) et Jean-Marie Dunas (responsable de la maintenance opérationnelle).

Dans la continuité des réduction d’effectifs. Cet accord s’inscrit en droite ligne des réformes mises en places depuis quatre ans. Olivier Delloye nous a confié : « Les effectifs déployés sur les hippodromes parisiens ont été réduits de l’ordre de 20 % en quatre ans seulement. Cette diminution a été significative mais progressive. La nouvelle organisation va nous permettre, à iso-effectif, d’aborder la charge de travail liée au Nouveau Longchamp. Le processus de négociation a été long et parfois douloureux, mais au final les représentants du personnel ont donné leur accord. Cette signature est importante car elle illustre le fait que les salariés de France Galop ne sont pas réticents au changement. Ils sont capables d’évoluer dans le sens de l’intérêt général et en particulier de celui des professionnels, pour lesquels nous nous levons tous les matins. »

La fin d’un chapitre ouvert il y a près de 20 ans. France Galop tente depuis un peu moins de deux décennies de mutualiser, dans un objectif d’économies, les moyens de ses différents sites parisiens. On mesure donc d’autant plus l’importance de cet accord sur lequel beaucoup s’étaient jusqu’alors cassé les dents. Olivier Delloye nous a expliqué : « Les salariés ont compris les enjeux de ces réformes. Nous avons consacré beaucoup de temps au dialogue social depuis un an. Les salariés et leurs représentants ont conscience du fait que l’ensemble de la filière fait des efforts, avec des économies à tous les niveaux et une baisse des encouragements. Il est nécessaire d’alléger notre modèle de fonctionnement dans un contexte économique compliqué pour retrouver des marges de manœuvre et repartir de l’avant sur de bonnes bases. C’est un message que nous devons continuer à porter et expliquer pour créer l’adhésion des salariés de France Galop à notre projet. »