EXCLUSIF PMU - La lettre envoyée par Alain Resplandy-Bernard aux salariés du PMU

Institution / Ventes / 19.03.2018

EXCLUSIF PMU - La lettre envoyée par Alain Resplandy-Bernard aux salariés du PMU

 

Le nom de Cyril Linette a circulé avec insistance ces derniers jours pour le poste de directeur général exécutif du PMU. Pourtant, rien n’est encore joué. Et on comprend dans la lettre qu’il a adressée aux salariés du PMU, qu’Alain Resplandy-Bernard, actuel président par interim, est encore sur les rangs…

« Bonjour à tous,

Depuis l’annonce du départ de Xavier Hürstel, le 19 septembre 2017, je me suis fixé une seule ligne de conduite : piloter l’entreprise dans ces temps mouvementés, assurer la cohésion du Comité de direction et aller de l’avant, sans commenter les rumeurs et les supputations.

La multiplication des articles qui circulent dans la presse m’oblige à déroger à cette règle. Je reste, malgré tout, surpris de la manière dont des projets confidentiels et encore provisoires peuvent aboutir dans les journaux. Force m’est donc de vous confirmer qu’il y a bien un projet d’évolution de la gouvernance de notre GIE. La direction du PMU est aujourd’hui assurée par un président directeur général assisté d’un directeur général délégué, tous les deux mandataires sociaux. La volonté des sociétés-mères est de mettre en place un président de Conseil d’administration non exécutif et un directeur général exécutif, seul mandataire social.

Il ne s’agit encore que d’un projet. Il doit être débattu entre les administrateurs au sein du Conseil d’administration, avec les représentants du personnel au sein du Comité d’entreprise et entre les membres du GIE lors de l’Assemblée générale. Il doit aussi être avalisé par l’État à qui il appartient de modifier le décret régissant le PMU. Ce projet que j’appuie depuis le début, me paraît excellent pour l’entreprise. Il normaliserait notre gouvernance et l’alignerait sur celle de la plupart des grandes entreprises. Ce nouveau système permettrait d’avoir un président focalisé sur les grandes questions stratégiques et sur le partage de cette stratégie avec toutes les parties prenantes (dirigeants de sociétés de courses, socio-professionnels, État, etc.) et un directeur général pleinement en charge de la gestion de l’entreprise, de sa politique marketing, de son action commerciale et des projets informatiques très complexes qui les sous-tendent. J’espère donc que ce projet verra le jour.

Je laisse aux sociétés-mères, décisionnaires en la matière, le soin d’annoncer le nom des personnes appelées à assumer ces missions lorsqu’elles auront fait leur choix. Je vous assure que, me concernant, seul l’intérêt de l’entreprise guidera ma décision et mon action.

D’ici là, il y a 25 jours, c’est plus de 630 M€ d’enjeux hippiques à aller chercher ! Il nous faut rester focalisé sur cet objectif, d’autant que nous sommes en plein lancement de notre nouveau produit avec la campagne médiatique qui l’accompagne. C’est un moment crucial de l’année, après les mauvais chiffres de février. Les premiers résultats sont bons puisque sur les 8 premiers jours, après le lancement du 2/4 Jackpot dans le réseau, les enjeux hippiques retrouvent leur croissance (+ 1,8 %) alors même que nous nous comparons à une période d’opération "100 % gagnant" en 2017. Certes, l’annulation de la réunion support de Quinté samedi en raison de la neige est venue arrêter temporairement cette dynamique, et nous rappeler que notre belle activité reste dépendante des éléments, mais nous devons continuer à aller de l’avant. C’est ce que j’attends de vous à chaque niveau de l’entreprise.

Je sais que je peux compter sur vous.

Alain Resplandy-Bernard

Président directeur général a.i. »