Fédérer pour s’élever

Élevage / 13.03.2018

Fédérer pour s’élever

COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION DES ÉLEVEURS DU GALOP

« Divers articles et tribunes libres ont été récemment publiés sur l’élevage français. Le parc étalon s’est élevé en qualité et quantité. Différentes causes ont été évoquées par les "voix de l’élevage". La conjoncture, la volonté de certains éleveurs et propriétaires d’étalons et la politique des primes figurent parmi elles, sans pour autant que nous puissions avoir une mesure fiable d’identification des facteurs prédominants à ce résultat. Toutefois, a-t-on besoin de définir un vainqueur, si ce n’est l’élevage français ?

Dans le cadre des débats du plan d’économie de France Galop, à l’automne dernier, la commission étalonniers de la Fédération des éleveurs avait impulsé la réunion d’un groupe d’étalonniers membres ou non de la Fédération, pour défendre une mesure de distinction des "conçus non conçus" qui semblait avoir fait ses preuves. Cette action a abouti à un courrier à destination de France Galop en demandant de dissocier le débat des primes des conçus et non conçus de celui du plan d’économie. Cette démarche était fédératrice et dans une volonté de dialogue avec notre société-mère, sans inviter à des actions de blocage. Ce dossier n’est d’ailleurs pas encore clos puisque la mesure n’a fait l’objet que d’une suspension.

Depuis plus de cent ans, la Fédération contribue à élever le niveau de l’élevage français, en restant à la disposition de ses membres, depuis le jeune porteur d’un projet d’élevage jusqu’aux plus grands haras, sans oublier les éleveurs sans sol.

La conjoncture actuelle semble plutôt favorable, néanmoins l’élevage français aura encore à faire face à de nombreux défis pour lesquels seule une action fédérée et concertée aura des chances de prospérer. »