Jean Pierre Vogel nouveau président du groupe Cheval au Sénat

Institution / Ventes / 21.03.2018

Jean Pierre Vogel nouveau président du groupe Cheval au Sénat

Ce mercredi, Anne-Catherine Loisier a transmis les rênes du groupe Cheval du Sénat à Jean Pierre Vogel. Cet expert-comptable, âgé de 62 ans, est sénateur de la Sarthe depuis 2014. Il était jusqu’à présent vice-président de ce groupe. Sa nomination est liée à sa bonne connaissance de la filière. L’élu a d’ailleurs pratiqué le concours complet et l’attelage. Administrateur de la Société des courses du Mans et expert-comptable pour le Mondial du Lion-d’Angers, il compte de nombreuses structures équestres parmi ses clients. Jean Pierre Vogel a en effet tenu à conserver une activité professionnelle à temps partiel, avec son cabinet Altexa (50 collaborateurs).

Jean Pierre Vogel a par ailleurs déclaré à L’Eperon.fr : « Petit à petit, une gouvernance qui regroupe les cinq sociétés-mère de la filière se met en place pour la défense de ses intérêts. L’objectif est que tous ces organismes qui font face aux mêmes problématiques parlent d’une seule voix. C’est un travail qu’a mené Anne-Catherine Loisier depuis plusieurs mois, et qui voit son aboutissement. Une charte va être signée le 27 mars à 15 heures dans le bureau du président du Sénat. Il est essentiel que le président lui-même soit impliqué dans ce dossier. » Dans un communiqué, il annonce : « Les enjeux sont multiples :

- Engager des réflexions sur la mise en place d’une politique nationale du Cheval avec un renforcement et une mise en cohérence des financements de l’État.

- Suite à la hausse de la T.V.A. en 2014 qui a profondément touché les acteurs du monde du cheval, il est nécessaire de travailler sur les modalités d’application de taux réduits de T.V.A. pour la filière, au regard des propositions de la Commission européenne.

- La France doit se doter d’une véritable politique des jeux pour limiter les risques de distorsion de concurrence entre les opérateurs de paris. En effet, les paris hippiques sont essentiels dans le modèle actuel de financement de la filière des courses.

- Valoriser et soutenir les sports équestres à l’horizon des Jeux Olympiques de 2024.

- Adapter la réglementation du transport non professionnel des équidés en cohérence avec les règles applicables aux agriculteurs. »