MARES’ HURDLE (GR1) - Bénie des Dieux  au sommet de son art

International / 13.03.2018

MARES’ HURDLE (GR1) - Bénie des Dieux  au sommet de son art

CHELTENHAM (GB), MARDI

 

Willie Mullins n’est pas l’un des meilleurs entraîneurs d’obstacle au monde pour rien. Il l’a prouvé en amenant Bénie des Dieux  (Great Pretender) au top pour ce Mares’ Hurdle (Gr1). L’ex-protégée d’Isabelle Gallorini participait à son premier Groupe pour le professionnel irlandais, sous la casaque Ricci. Depuis son arrivée en Irlande, en 2016, elle n’avait couru que trois fois, pour trois succès faciles en steeple. D’ailleurs, son entraîneur avait avoué qu’il l’aurait plutôt engagée dans un Groupe sur le steeple s’il y en avait eu un pour les femelles… Bénie des Dieux débutait ainsi sur les claies en compétition, directement au niveau Gr1. Mais elle a prouvé toute sa classe. Attentiste dans la seconde moitié du peloton, elle a marqué la favorite, Apple’s Jade (Saddler Maker), à la culotte dans le tournant final. Son jockey, Ruby Walsh, a temporisé le plus longtemps possible avant de lancer franchement Bénie des Dieux à l’entrée de la ligne droite. Le couple a plongé côté corde, s’assurant l’avantage sur le plat avant de résister à la belle fin de course de Midnight Tour (Midnight Legend). Après avoir dirigé les débats en étant un peu tendue, Apple’s Jade a dû s’avouer vaincue à la fin. Il faut dire qu’elle a eu de vrais combats cette saison.

Comme un goût de revanche. Il y a quelques mois, Michael O’Leary (Gigginstown House Stud), propriétaire d’Apple’s Jade, a décidé de retirer tous ses chevaux des boxes de Willie Mullins… lequel a sorti Bénie des Dieux de sa manche pour battre le meilleur cheval d’O’Leary ! Invaincue en quatre sorties pour Willie Mullins, Bénie des Dieux s’était notamment classée troisième du Prix André Michel (Gr3) en France. Son entraîneur a déclaré : « Je pense que Ruby [Walsh, jockey de Bénie des Dieux, ndlr] a signé la monte de la semaine. C’est une belle et grande jument. Après sa première victoire, je la surnommais Bénie des Douvan quand je voyais ce qu’elle pouvait faire. »

Du harcèlement pour acheter Bénie des Dieux. Pierre Boulard avait acheté Bénie des Dieux à Bartabas. Il nous a raconté : « Bénie des Dieux m’avait tapé dans l’œil lorsqu’elle s’était placée à Auteuil. Elle me rappelait vraiment Robin des Champs. Elle était très masculine, elle avait un gros potentiel. J’ai presque harcelé Bartabas pour l’acheter. Nous avons trouvé un compromis et nous avons pu l’avoir. Elle était bien nommée également et je crois en ces choses-là. Elle avait tout, le pedigree, le modèle et un peu de marge. » Pour la petite histoire, Pierre Boulard avait aussi acheté Apple’s Jade.

La famille de Cokoriko . Élevée par Gérard Doyen, Bénie des Dieux est une fille de Great Pretender, étalon au haras de la Hêtraie, et de Cana (Robin des Champs), placée lors de trois de ses quatre sorties sur les haies. Bénie des Dieux est la cousine de Ceasar’s Palace (Voix du Nord), vainqueur des Prix Carmarthen, de Pépinvast et de Longchamp (Grs3), Cokoriko  (Robin des Champs), vainqueur du Prix Gérald de Rochefort (L), devenu étalon, Chanducoq (Voix du Nord), Corscia (Nickname), lauréate de deux Prix Sytaj (Gr3), des Prix Christian de Tredern et André Michel (Grs3), et de Calotin (Martaline), vainqueur du Prix Wild Monarch (L). Elle est aussi la nièce de l’étalon Chœur du Nord.