Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Guillemin, le right man pour les jeunes

Courses / 01.03.2018

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Guillemin, le right man pour les jeunes

 

Par Franco Raimondi

En 2017, les quatre meilleurs pensionnaires de Didier Guillemin – en tenant compte des gains à l’étranger – sont The Right Man (Lope de Vega), lauréat de l’Al Quoz Sprint (Gr1) à Meydan, le crack Paban de France (Benevolo de Paban), invaincu en sept sorties avec presque quarante longueurs d’avance cumulée, Zonza (Alex the Winner) gagnante du Prix du Bois (Gr3), et Joudh (Mahabb). Il s’agit d’un sprinter de 6ans, du meilleur anglo-arabe depuis des décennies, d’une lauréate de Groupe à 2ans et d’une gagnante de Gr1 pour les pur-sang arabes. Le Montois entraîne aussi des sauteurs avec succès. Il prouve ainsi qu’il est capable d’entraîner n’importe quel cheval. Didier Guillemin pourrait même gagner le Derby des chevaux à bascule si on venait à l’inventer !

Pour accéder à la liste des 2ans de Didier Guillemin :

http://jourdegalop.com/2018/02/2ans-de-didier-guillemin-2018/

Une année 2017 record. L’année dernière a été sa meilleure saison par les gains (1.298.215 €) et victoires (67, plus trois en obstacle et celle de Meydan). Il a sellé 84 sujets dont 41 ont gagné aux moins une course. Avec les pur-sang anglais, il compte 4 succès black types, avec 4 sujets différents : The Right Man, Zonza et Francesco Béré (Peer Gynt). Didier Guillemin en avait remporté 6 en 2016 sur un total de 23 dans sa carrière. Mais 21 ont été décrochés depuis 2010, une année avant son succès classique avec Tin Horse (Sakhee).

Quatorze succès black types avec les juniors. Les 2ans sont les véritables moteurs de l’écurie Guillemin. Avec les jeunes pousses, il a gagné 5 de ses 10 Groupes. Encore plus impressionnant : ses 2ans ont gagné 14 des 23 succès black types de l’écurie ! En France, en dehors de Matthieu Palussière, il n’existe pas un entraîneur ayant un tel pourcentage de victoires avec les juveniles.  Sur les cinq dernières saisons, Didier Guillemin a sorti 129 poulains et pouliches de 2ans dont 48 ont gagné, pour une réussite de 37,2 %. C’est un très bon indicateur. Surtout qu’il faut tenir compte de la saison 2015, durant laquelle il avait du se débrouiller avec une mauvaise cuvée (4 gagnant sur 26 sujets). Nous avons donc recalculé ses statistiques, en remplaçant 2015 par 2012. Voici une photographie plus fidèle de la réussite de Didier Guillemain avec les 2ans : 131 partants, 55 gagnants (43,5 %). Il compte 77 victoires sur 431 départs (17,8 %).

Zonza & C., une super équipe. L’équipe junior Guillemin 2017 est la meilleure depuis 2012. Le Montois a eu 13 gagnants sur 27 et ils ont remporté 18 courses. Il figure à la sixième place selon les gagnants et victoires. À la septième par les gains. En outre, il faut savoir que six poulains et pouliches ont terminé la saison avec une valeur de 40 ou plus. Enfin Mister Picnic (Penny’s Picnic), placée de Gr3, est parti pour Hongkong avec son joli 46 de valeur.

Pilarski au galop. Zonza & C. ont placé la barre très haut pour l’équipe junior 2018. Mercredi à midi, cette dernière comptait sur 30 sujets : moitié mâles et moitié femelles. Dix sont issus des ventes. Les plus chers, à 100.000 €, sont un mâle par Charm Spirit, qui appartient en copropriété à Pierre Pilarski et Jean-Pierre Dubois, et un Makfi, le demi-frère de Zonza qui est sous la casaque de son coéleveur Hugues Rousseau. Les huit autres affichent un prix moyen de 20.000 €.  Les poulains et pouliches enregistrés comme appartenant à leur éleveur, en partie ou en totalité, sont au nombre de 22.

Beaucoup d’élevés et de français. Le principal client de Didier Guillemin est l’écurie Jarlan, avec six sujets, tous nés et élevés. Mais dans la colonne propriétaire de notre tableau figurent d’autres casaques importantes du galop français. Olympic Glory (Choisir) est l’étalon le plus représenté avec trois sujets et presque tous les 2ans de l’écurie sont issus de pères qui officient en France. Les pères étrangers sont Bated Breath (Dansili), Canford Cliffs (Tagula) et Kyllachy (Pivotal). C’est un joli paquet de poulains et pouliches, avec assez de précocité et de vitesse mais aussi de qualité. En 2018, encore une fois, il va falloir compter sur les juniors de Guillemin.

LES CINQ COUPS DE CŒUR

EARLY TIMES (F2)

Charm Spirit & Every Time (Pivotal)

Propriétaires et éleveurs : Haras d’Étreham & Écurie des Charmes

La mère, Every Time (Pivotal), n’a pas gagné. Mais elle a été achetée 300.000 Gns à Tattersalls en décembre, alors qu’elle portait en elle cette pouliche. Lors de la même vente, 1.400.000 Gns n’ont pas été jugés suffisants pour une demi-sœur de cette poulinière, Time Control (Sadler’s Wells), qui était pleine de Dubawi et a produit la gagnante de Gr1 Cursory Glance (Distorted Humor). La deuxième mère, Time Away (Darshaan), lauréate de Gr3, placée du Prix de Diane et des Nassau Stakes (Gr1), a produit Time On (Sadler’s Wells), qui a remporté le Prix de Malleret (Gr2). Il s’agit de la grande souche Barnett de la championne Time Charter (Saritamer).

SYDELIA (F2)

Siyouni & Apulia, par Street Cry

Propriétaire et éleveur : Dunnmore Stud

Didier Guillemin entraîne la demi-sœur de cette pouliche, Fazendera (Elusive City), qui a gagné trois courses et n’est pas loin de son black type. La mère, Apulia (Street Cry), a donné une autre gagnante et Siyouni (Pivotal) est la valeur ajouté à un très bon pedigree. La deuxième mère, Altamura (El Gran Senor), est gagnante black type et mère de black type, tout comme la troisième mère Narwala (Darshaan).

MR BOLD (M2)

Charm Spirit & Supergirl, par Woodman

Propriétaires : Écuire Pierre Pilarski & Jean-Pierre Dubois

Éleveur : Jean-Pierre Dubois

La mère, Supergirl (Woodman), n’était plus une girl quand elle a produit, à 22ans, ce poulain. Pas de souci : une bonne poulinière peut bien produire, même à cet âge. Elle a déjà donné Super Célèbre (Peintre Célèbre), qui aurait gagné le Prix du Jockey Club s’il n’avait pas croisé le chemin de Dalakhani (Darshaan), et deux autres black types. Jean-Pierre Dubois connaît bien cette souche qui a brillé pour la casaque Wildenstein et il a déjà sorti une lauréate classique comme Stacelita (Monsun).

AUNOU (M2)

Rajsaman & Alta Luna, par Fasliyev

Propriétaire : Gérard Augustin-Normand

Éleveur : E.A.R.L. Apyrene

Ce poulain est un pur produit de l’élevage Lagardère, comme son père, Rajsaman (Linamix). Il descendant de la souche du grand Linamix (d’où un inbreeding intéressant sur Lunadix). La mère, Alta Luna (Fasliyev), galopait. Elle est passée proche de son black type mais a gagné cinq courses. Son premier produit a gagné. La deuxième mère, Lunatoria (Vettori), a donné une placée de Listed, la troisième mère, Lunafairy (Always Fair), a remporté le Prix de Sandringham (Gr3 à l’époque).

ZIGLARA (F2)

Makfi & Zanyeva, par Oasis Dream

Propriétaire : Hugues Rousseau

Éleveurs : Hugues Rousseau & Jean-Pierre Dubois

Le marteau est tombé à 100.000 € pour cette demi-sœur de Zonza (Alex the Winner), la meilleure 2ans de l’écurie en 2017. La mère, Zanyeva (Oasis Dream), avait beaucoup de vitesse et ses deux autres produits sont gagnants. Cette pouliche est née très tôt, ce qui n’est pas un désavantage, et le choix de Makfi (Dubawi) est un upgrade par rapport aux étalons croisés avec Zanyeva dans les premières saisons.