TRIBUNE LIBRE - Les raisons de l’amélioration du parc étalon français

Élevage / 09.03.2018

TRIBUNE LIBRE - Les raisons de l’amélioration du parc étalon français

TRIBUNE LIBRE

Les raisons de l’amélioration du parc étalon français

par l’Association des entraîneurs propriétaires

« Pour mémoire, la proposition phare de l’AEP lors des élections de 2011 était de différencier les taux de primes entre conçus et non-conçus pour redynamiser l’élevage français (qualité des étalons, qualité des poulinières avec des retombées économiques sur l’ensemble de l’élevage français).

C’est naturellement grâce à l’action de l’AEP et de son représentant au Conseil d’administration de l’époque que la proposition de modification du mode d’attribution des primes à l’éleveur différenciant les chevaux conçus et non-conçus a été votée en France en 2012, avec effet pour les chevaux à naître en 2014.

Force est de constater, quelques années après, l’utilité manifeste de cette initiative sur l’amélioration du parc étalon français.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : entre 2012 et 2017, le nombre d’étalons officiant à 15.000 € ou plus a été multiplié par 5, le nombre de juments allant à la saillie à l’étranger a baissé de près de 12 % (- 155) et le nombre de juments étrangères venant à la saillie en France a augmenté de 177 %, passant de 160 à 444.

Lors des discussions sur la baisse des encouragements pour 2018, les étalonniers, regroupés en collectif, ont même adressé un courrier au président de France Galop, stipulant : « La mesure annoncée d’une augmentation des primes pour les étalons étrangers, supprimant ainsi le soutien à l’élevage français et aux étalons stationnés en France, nous a stupéfaits.

La réglementation actuelle de 15 % pour les étalons français et 10 % pour les étrangers a suscité un intérêt certain pour les éleveurs français et pour les étrangers attirés par une différence de taux pour un cheval conçu en France. »

Cela démontre que ce sont bien les mesures préconisées par l’AEP pour « redonner des couleurs à l’élevage français » qui ont été à l’origine de l’amélioration tant qualitative que quantitative du parc d’étalons français et, par voie de conséquence, de l’amélioration très nette de la jumenterie française.

L’AEP a toujours eu pour principe de proposer des mesures qui vont dans le sens de l’intérêt général de notre institution.  Les entraîneurs, comme les propriétaires et les éleveurs, peuvent compter sur notre implication au sein de l’institution. »