Balkan du Pecos, un Président venu du Sud-Ouest

Élevage / 23.04.2018

Balkan du Pecos, un Président venu du Sud-Ouest

Par Adrien Cugnasse

Grâce à Balkan du Pecos (Balko), l’élevage de Patrick Davezac et Sophie de Courval a décroché son premier Groupe. Mais cette victoire dans le Prix du Président de la République (Gr3), c’est aussi celle de leur amitié avec Jean-Marie Lapoujade, le propriétaire du cheval, et de la confiance qui s’est installée avec François Nicolle, l’entraîneur. Une histoire 100 % Sud-Ouest !

François Nicolle, Patrick Davezac et Jean-Marie Lapoujade sont trois épicuriens et ils étaient faits pour bien s’entendre. Ce lundi, Patrick Davezac nous a d’ailleurs confié : « Jean-Marie Lapoujade et son épouse sont des amis de longue date. J’ai rencontré François Nicolle il y a quelques années lors de l’anniversaire de Jean-Marie. Cet entraîneur, qui a toujours eu des anglo-arabes dans son effectif, a alors commencé à prendre à l’entraînement des chevaux issus de notre élevage. Fugees du Pecos (Jebeland Pontadour), qui a gagné huit courses sous les couleurs de la mère de François Nicolle, a lancé notre collaboration. Cette dernière est une fille de Femme, la mère de Fiasco du Pecos (Anzillero) et la deuxième mère de Balkan. C’est François Nicolle qui a repéré le futur gagnant du Prix du Président de la République. Il l’a d’ailleurs pris en location et lorsque le cheval a montré une certaine qualité, il a proposé à Jean-Marie Lapoujade de s’associer avec lui. »

Les Lapoujade brillent sur tous les fronts. Les couleurs de Jean-Marie et Martine Lapoujade se sont distinguées à haut niveau. Ces Tarn-et-Garonnais confient souvent leurs sauteurs à François Nicolle. C’est le cas de Farlow des Mottes (Prix Murat, Gr2, Prix Robert de Clermont-Tonnerre et Orcada, Grs3), Groove (deuxième du Prix Fleuret, Gr3 et troisième du Prix Morgex, Gr3), Rokambol (troisième du Prix Robert Lejeune, L), Symphonique (Prix de Chambly et Sagan, L)… En plat, Jean-Marie Lapoujade fut l’éleveur ou le propriétaire de plusieurs bons chevaux comme Chope Mockery (deuxième du Critérium du Bequet, L) et Lacarolina (Prix Miesque, Gr3). Les Lapoujade sont très présents dans les courses d’anglo-arabes où ils ont remporté toutes les plus grandes courses du programme français. Leurs anglos ont particulièrement brillé sous l’entraînement de Thierry de Laurière. C’est le cas de Perlasbord du Lac (Grand Prix d’Aquitaine), Dream Pearl du Lac (Grand Prix des Pouliches), Perlasbord du Lac (Grand Prix des Pouliches), Varan des Savanes (Prix de l'Élevage des anglo-arabes et Grand Prix d’Aquitaine)…

Près d’un siècle d’élevage. Depuis 1930, les Davezac élèvent à Ladevèze-Ville dans le Gers. À partir La Favorite (Condé), ils ont développé la plus grande souche du stud-book anglo-arabe. Cette dernière a donné naissance à une descendance pléthorique (plus de 40 étalons en Europe) et elle est très souvent présente à trois ou quatre reprises dans les pedigrees des anglo qui naissent de nos jours en France. Les produits de cette souche ont gagné à de très nombreuses reprises les meilleures courses de sélection réservées à cette race. C’est dans cet objectif, et principalement en plat, que les efforts des Davezac se sont concentrés. Néanmoins, par le passé, plusieurs produits de l’élevage ont gagné à Auteuil, comme Floridio (Dionysos II), sous la casaque Wildenstein, ou Nébuleux (Floid), deuxième du Prix du Président de la République. Pendant très longtemps, les anglo-arabes étaient cantonnés au Sud-Ouest et ce n’est que récemment, avec l’évolution de la réglementation instaurée par Anglo Course, que les éleveurs de cette race ont commencé à penser aux courses parisiennes sur les obstacles (et au caractère gras associé).

Une diversification vers l’obstacle. Cela ne fait pas longtemps qu’une partie de la jumenterie du haras du Pecos a clairement été orientée vers la production de sauteurs. Patrick Davezac nous a confié : « Nous avons augmenté le nombre de juments du haras et nous ne voulions pas mettre tous les œufs dans le même panier. Au côté des juments qui produisent des anglo-arabes, c’est-à-dire des chevaux polyvalents, nous avons décidé d’élever quelques poulains uniquement pour l’obstacle. Pour cela, nous disposons de deux juments anglo-arabes à 12,5 % de sang arabe : Fiesta du Pecos et Festive du Pecos (Panoramic). Elles peuvent produire à la fois dans leur stud-book d’origine ou dans celui des AQPS si nous les croisons avec des étalons pur-sang. C’est ce qui s’est passé avec Balkan du Pecos. J’ai toujours beaucoup aimé son père, Balko (Pistolet Bleu), qui croise bien avec les familles anglo-arabes. C’est une valeur sûre. Sa mère, Fiesta du Pecos, est une fille de Panoramic (Rainbow Quest), un étalon que j’aimais aussi beaucoup lorsqu’il officiait au sein des Haras nationaux. La jument a eu une femelle par Walk in the Park en 2016. Elle était vendue en Irlande mais elle morte une semaine avant d’être exportée. Fiesta du Pecos est actuellement pleine de Jeu St Eloi (Saint des Saints). Elle avait gagné sur les obstacles face aux AQPS. C’était une jument assez tendue. Elle n’est pas très grande mais transmet du modèle à sa production. » Depuis 2006, Patrick Davezac est épaulé par Sophie de Courval à la tête du haras du Pecos.

Une souche solide. Parmi les différentes branches de la descendance de La Favorite, celle de Fortune Abrupte (Montfleur) a clairement le vent en poupe : « L’élevage familial a toujours eu quelques sauteurs, soit anglo-arabes soit pur-sang anglais. C’est une discipline que j’affectionne et qui permet de valoriser les qualités des souches anglos. La descendance de Fortune Abrupte nous a par exemple donné trois black types sur les obstacles ces dernières années. En 2014, Foudre du Pecos (Network) s’est classée troisième du Prix Sytaj (Gr3) après avoir beaucoup gagné dans le circuit des courses réservées aux anglo-arabes. En 2017, Fiasco du Pecos (Anzillero) a remporté le steeple-chase national des anglo-arabes à Auteuil et il s’est ensuite classé troisième du Prix Richard et Robert Hennessy (L). Et cette année, Balkan a pris la troisième place du Prix Journaliste (L) avant de s’imposer dans le Prix du Président de la République (Gr3). Fortune Abrupte avait couru en plat mais elle était carrossière et nous avons voulu orienter sa fille, Femme (Le Chevreuil), et sa petite-fille Fiesta du Pecos (Panoramic), vers l’obstacle. Dès lors, nous avons réalisé des croisements en conséquence. C’est une famille qui n’est pas très précoce, d’ailleurs, au départ, Balkan du Pecos ne montrait pas grand-chose. »

Les points communs entre Alex de Larredya et Balkan du Pecos. Ce dimanche, Auteuil accueillait deux Groupes et ils ont été remportés par deux chevaux du Sud-Ouest : Balkan du Pecos et Alex de Larredya (Crillon), élevé au haras de Bergeret par Jean-Luc Laval, Chantal Terrenègre-Laval et Maurice-Alexis Letchimy. Ces deux chevaux présentent plusieurs points communs : ils sont entraînés par François Nicolle, ils sont AQPS et issus de souches anglo-arabes. Ils ont également le même père de mère, Panoramic, un lauréat du Prix d’Harcourt (Gr2) et deuxième du Prix Foy (Gr3) qui a fait la monte aux quatre coins de la France sous la bannière des Haras nationaux. Panoramic est aussi le père de mère plusieurs bons chevaux de plat comme Toscanini (deuxième des Goffs Vincent O'Brien National Stakes, Gr1, de Gleneagles) ou Tybalt (deuxième des Oak Tree Mile Stakes, Gr2).