Craven breeze up - le Derby des pinhookers

Institution / Ventes - International / 16.04.2018

Craven breeze up - le Derby des pinhookers

 

La Craven breeze up, c’est le Derby des pinhookers, la vente où sont présentés les poulains et pouliches qui ont coûté le plus cher. Celle d’Arqana, qui a trouvé un nouvel élan à Deauville, c’est l’Arc de Triomphe pour cette catégorie de professionnels, devenus de plus en plus importants sur le marché international. Lundi, sur le Rowley Mile de Newmarket, les 2ans ont sprinté sur un terrain encore très souple mais beaucoup plus favorable que celui d’Ascot et de Doncaster, lors des deux premières breeze up de la saison qui ont affiché des résultats différents.

Donny & Ascot, plus de vendus mais chiffre d’affaires à la baisse. Le cumul des deux premières ventes a affiché une baisse du chiffre d’affaires de 7,449 à 6,950 millions de livres (8,02 millions d’euros), soit - 7,1 %, alors qu’il a été vendu dix 2ans de plus que l’an passé (197). C’est le pourcentage des vendus qui a chuté le plus, passant de 85,7 à 65,6 %, et il a provoqué une baisse du prix moyen de 39.834 £ à 35.279 £.

Ces chiffres bruts peuvent donner l’impression qu’une crise est en train d’arriver pour ce segment du marché, mais une lecture plus pointue montre que la chute a frappé surtout le tiers le plus bas. Le marché des 2ans est de plus en plus sélectif et on peut imaginer une nouvelle hausse des deux breeze up haut de gamme, celle de ce mardi à Newmarket et celle d’Arqana, le 12 mai à Deauville. La progression de la Craven breeze up a été assez exceptionnelle : depuis 2010, le chiffre d’affaires a presque doublé en affichant 14,120 millions de Guinées. Arqana, sur la même période, a progressé à 12,994 millions d’euros, soit un bond de 132 %.

Trente-quatre lots ont affiché six chiffres. L’offre à Tattersalls a augmenté. Le catalogue propose 172 lots, soit vingt de plus qu’en 2017. Vingt et un sujets sont déjà scratchés et après les forfaits de dernière minute, ils ne seront plus que 140 à passer sous le feux des enchères.

Parmi les 2ans du catalogue, trente-quatre ont enregistré un prix à six chiffres, en euros, livres, ou Guinées lors de leur précédent passage sur un ring. Sept sont des rachats, mais vingt-sept ont donc été achetés pour des sommes très importantes.

Van Beethoven et les Scat Daddy. Trente et un sujets sont issus d’étalons stationnés aux États-Unis et celui qui en a le plus est Scat Daddy. Si ce mardi, l’inédit Van Beethoven (Scat Daddy) gagne pour Aidan O’Brien la course des 2ans du Craven meeting, on peut imaginer la réaction du marché… Les huit Scat Daddy ont affiché aux ventes une valeur de 1.323.000 $, ou 1,072 millions d’euros ou 929.000 £, mais quatre parmi eux sont des rachats. Le Scat Daddy qui a coûté le plus est un mâle issu d’Alegendinmyownmind (Cape Cross), adjugé 270.000 $ à Robert Moss et John Egan. Il est présenté par Mocklershill Stables.

Douze sont passés en France. Après le retrait d’une pouliche par Siyouni (Pivotal), qui avait été achetée 57.000 € à la vente d’octobre, il reste douze 2ans provenant des ventes françaises. Dix ont été achetés, deux n’ont pas atteint leur prix de réserve et feront donc un deuxième passage sur le ring. La valeur totale des douze sujets est de 1.030.000 €. Le plus cher est un fils de War Front (Danzig) et d’une demi-sœur, par Galileo, de Dutch Art (Medicean), présenté par l’écurie des Monceaux et acheté à l’amiable par Grove Stud pour 220.000 €.

Le top price Osarus pour Con Marnane. Le top price 2017 chez Osarus, un demi-frère par Wootton Bassett (Iffraaj) de la gagnante de Gr2 Al Wathna (Nayef), sera proposé par Con Marnane qui l’a payé 105.000 €. Les autres 2ans qui sont passés en France sont issus d’Olympic Glory (Choisir), qui a deux poulains, Teofilo (Galileo), Lope de Vega (Shamardal), Dark Angel (Acclamation), Siyouni, Dabirsim (Hat Trick) qui a aussi deux sujets allemands, Kheleyf (Green Desert), Kendargent (Kendor) et French Fifteen (Turtle Bowl). Il y a aussi un poulain irlandais par Anodin (Anabaa).