INGLIS EASTER YEARLING SALE - Hongkong dynamise un marché déjà très fort

Institution / Ventes - International / 10.04.2018

INGLIS EASTER YEARLING SALE - Hongkong dynamise un marché déjà très fort

 

La deuxième session chez Inglis Easter a confirmé la force du marché des yearlings en Australie. Ce mercredi, il suffira de vendre pour 39 millions de dollars pour battre le chiffre d’affaires record de 2017, soit 109,32 millions de dollars australiens (59,5 millions d’euros). Après deux sessions, le chiffre d’affaires a franchi le cap de 80 millions de dollars australiens (80,827, soit 50,5 millions d’euros) et marque une légère hausse (1,4 %). Le prix moyen (348.394 AU$, ou 217.770 €) affiche une petite baisse (- 1,3 %) et le médian recule de 270.000 à 260.000 AU$. Les acheteurs asiatiques ont joué un rôle majeur dans la vente, à hauteur de 30 % du chiffre d’affaires.

Le top price pour Fastnet Rock. Le top price de la session – 1,8 million de dollars australiens ou 1,12 million d’euros – a été acheté par George Moore pour un client de Hongkong. Il s’agit d’un fils de Fastnet Rock (Danehill), élevé par Kia Ora Stud, un petit haras de grande qualité. Le patron de Kia Ora, Alex Kingston, a dit : « C’est mon meilleur résultat. Nous sommes un petit haras et nos yearlings sont élevés pour cette grande vente. » George Moore a battu Coolmore. Le poulain est le premier produit de la gagnante de Gr1 en Nouvelle Zélande O’Marilyn (O’Reilly).

La réponse de Snitzel. C’est un autre premier produit qui a affiché le deuxième prix de la session. Un partenariat à quatre a eu le dernier mot sur un mâle par le champion sire Snitzel (Redoute’s Choice) et la lauréate de Gr1 à 2ans en Australie Go Indy Go (Bernardini). Robert Roulston, de RIFA Mustang, a posé la bonne enchère. Il nous a expliqué : « Nous l'avons acheté pour une association. Nous pensions qu'il était le meilleur mâle de la vente, mais tout le monde peut avoir un avis différent sur la question. Il en faut pour tous les goûts et les couleurs ! Il est par un top-étalon, Snitzel, et il est issu d'une top-jument de course, Go Indy Go. Il était splendide. Il a encore besoin de s'améliorer et de grandir. Nous avions pas mal de concurrence face à nous pour l'acheter, mais nous l'avons eu. »

Le Hong Kong Jockey Club casse sa tirelire. Quinze sujets ont déjà été adjugés pour une somme à sept chiffres alors que l’année dernière, ils étaient dix-sept à la fin de la troisième session. Le cercle des acheteurs millionnaires compte treize membres et, parmi eux, il faut souligner le retour, après un boycott de quatre mois, du Hong Kong Jockey Club qui a payé un million pour un I Am Invincible (Invincible Spirit) et 900.000 AU$ pour un Snitzel. C’est l’agent du Hong Kong Jockey Club, Nick Columb, qui nous a dit : « Ils étaient pour nous les deux meilleurs poulains de la vente. Tous les deux très beaux et solides pour Hong Kong. Nous faisons du pinhooking pour les revendre plus tard prêts à être entraînés. C'est la première fois que nous achetons pour autant d'argent. Le marché est très solide et sélectif, nous avons dû ajuster nos prix pour atteindre le million pour le mâle d'I Am Invincible.  Et le mâle par Snitzel était à mes yeux le plus joli. C'est l’une des raisons pour lesquelles nous avons mis 900.000 $ sur la table. »

Les étalons navette. Il est toujours intéressant pour les éleveurs européens de découvrir comment le marché australien a accueilli les jeunes étalons qui officient en navette. Le sprinter Brazen Beau (I Am Invincible) est proposé en Europe par Darley à 7.000 £, alors qu’en Australie il faut compter 44.000 AU$, soit trois fois et demie plus cher. Lors de la deuxième session, il a affiché un record quand Tony McEvoy est monté à 700.000 $ (437.000 €) pour une pouliche demi-sœur de deux gagnants de Groupe, dont le placé de Gr1 Sertorius (Galileo).  Brazen Beau a ses premiers yearlings européens et l’année dernière, ses foals ont affiché un prix moyen de 37.850 €.

Olympic Glory demandé. L’étalon du haras de Bouquetot Olympic Glory (Choisir), qui a ses premiers 2ans, est en vogue. Ce mardi, l’une de ses pouliches, issue de la gagnante de Groupe Let’s Make Adeal (Red Ransom), a fait tomber le marteau à 400.000 AU$ (250.000 €) en faveur de Boomer Bloodstock. C’est un joli prix pour une pouliche qui remonte à la souche de tenue de la championne Let’s Elope (Nassipour) et qui est née d’une saillie à 19.250 AU$ (12.000 €). La moyenne des premiers yearlings d’Olympic Glory en Europe a été de 52.589 € et l’étalon officie en 2018 à 12.000 €. Toronado (High Chaparral), un autre étalon Bouquetot avec ses premiers yearlings, a enregistré une pouliche vendue 270.000 AU$ (169.000 €).