Mendelssohn a (presque) réussi à éclipser la Dubai World Cup

International / 01.04.2018

Mendelssohn a (presque) réussi à éclipser la Dubai World Cup

Par Franco Raimondi

Le handicapeur du Racing Post en charge de donner les valeurs de la réunion de la Dubai World Cup a pris son temps et, après une bonne demi-heure de réflexion, il a jeté à la poubelle le résultat de l’UAE Derby (Gr2). Il était tout simplement impossible de juger le show de Mendelssohn (Scat Daddy) par rapport aux adversaires qu’il a perdus en route. Il y avait une seule solution pour le positionner sur l’échelle sans embêter Secretariat (Bold Ruler) et les grands champions du dirt. C’est pour cela qu’il a revêtu une casquette de baseball et qu’il a jugé la course à l’américaine, sur le chrono.

Un rating Racing Post de 122. Je laisse à notre Bruno Barbereau et à son chrono la lourde tâche d’un jugement supplémentaire et plus pointu. De mon côté, j’ai rallongé de 100m la distance de l’UAE Derby pour comparer le chrono record de Mendelssohn avec celui, également record, de Thunder Snow (Helmet) dans la Dubai World Cup. Le résultat est que les 1’55’’18 du 3ans correspondent à 2’01’’47 sur 2.000m. Pour arriver à ce chrono virtuel, j’ai pris comme repère la vitesse de Mendelssohn sur les derniers 300m. Thunder Snow a battu le record de la World Cup, qui appartenait à African Story (Pivotal), de 32 centièmes, en 2’01’’38. Le 4ans de Godolphin est donc allé plus vite de 11 centièmes que le 3ans de Coolmore, ce qui correspond à presque deux mètres. Thunder Snow et Mendelssohn portaient le même poids, 57 kilos, parce que – faute de concurrents de l’hémisphère sud – ceux de l’UAE Derby ont été remontés de deux kilos. Le résultat, c’est que le Racing Post a assigné un rating de 123 à Thunder Snow – en supposant que les quatre qui l’ont suivi se sont exprimés à la baisse entre 7 et 18 livres – et de 122 à Mendelssohn.

Une épidémie de lenteur chez les battus ?  Le 122 de Mendelssohn effondre les ratings des 3ans qu’il a battus de dix-huit longueurs et un quart. Rayya (Tiz Wonderful) est à 80, l’américain Reride (Candy Ride) à 78 et le Godolphin Gold Town (Street Cry) à 75. Un rating 75 de Racing Post correspond – en gros - à notre 33 de valeur, pas assez pour gagner un maiden à Paris. Les trois victimes de Mendelssohn valent beaucoup mieux que cela mais c’est la limite des ratings quand ils sont calculés avec le système du Vieux Continent.

148, trop bon pour être vrai. Les ratings et les speed figures à l’américaine sont deux choses bien différentes. Les parieurs professionnels américains soustraient quatorze points au rating Timeform pour le convertir en Beyer – la speed figure la plus connue aux États-Unis – et il faut savoir que les valeurs de Timeform sont de quatre livres (en gros) plus hautes que celles du Racing Post. Reride est arrivé à Meydan avec un Beyer de 91, c’est-à-dire 115 sur l’échelle Timeform et 111 sur celle du Racing Post. Le pensionnaire de Steven Asmussen aurait donc fait une valeur de 33 livres plus faible que son standard américain ! Trop mauvais pour être vrai. Et en ajoutant les 21 longueurs et un quart au Beyer converti en RPR de Reride, la valeur de Mendelsson serait 148. Trop bon pour être vrai.

Il aurait battu de quatorze longueurs le Thunder Snow 2017. Dans ce jeu des chiffres, on peut faire une autre comparaison entre Mendelssohn et Thunder Snow. Oui, ils sont les deux derniers gagnants de l’UAE Derby. Le poulain de Coolmore a affiché un chrono de 2’’58 meilleur que celui enregistré douze mois avant par le Godolphin. Traduit en distance, il l’aurait laissé à 14 longueurs alors que les autres lauréats de l’UAE Derby sur le dirt à Meydan auraient terminé plus loin. Mubtaahij (Dubawi), qui a aussi décroché une allocation pour son troisième essai dans la World Cup et qui avait remporté l’UAE Derby en 2015, avait parcouru les 1.900m – et avec deux kilos en moins – en 1’58’’35 et il aurait pris 17 longueurs dans la vue ! Mubtaahij avait affiché un RPR de 118 et avec les 17 longueurs (soit 29,75 livres sur 1.900m) plus les deux kilos, Mendelssohn aurait réalisé une valeur de 152…

Il a enfin pratiqué son sport ! Les chiffres que j’expose amènent à deux conclusions. En premier lieu, l’UAE Derby est devenu l’un des grands moments de la nuit de la World Cup. Les quatre dernières éditions ont fourni un lauréat de la World Cup, plus un deuxième de la Breeders’ Cup Classic avec Toast of New York (Thewayyouare), un japonais troisième des Belmont Stakes avec Lani (Tapit) et un triple placé de la World Cup et gagnant de Gr1 avec Mubtaahij. À mon sens, c’est plus intéressant que des courses de vieux chevaux… Deuxièmement, et cela peut aider à mieux comprendre l’explosion de Mendelssohn, le poulain a pratiqué pour la première fois le sport pour lequel il a été élevé : galoper sur le dirt. Et pour d’autres chiffres, ne ratez pas la chronique de Bruno Barbereau dans notre prochaine édition. Ici Franco, à toi Bruno !