ParisLongchamp : ils étaient là dimanche, ils racontent !

Courses / 09.04.2018

ParisLongchamp : ils étaient là dimanche, ils racontent !

Éric Hoyeau (pdg d’Arqana)

« J’étais tout d’abord ravi de retourner à Longchamp ! Je sais, pour l’avoir vécu à une moindre échelle, que l’ouverture d’un nouveau bâtiment est toujours un moment de stress. Je me suis senti bien dans ce nouvel hippodrome. Vous savez quoi ? Je me sentais vieux dans l’ancien hippodrome, et dimanche, je me suis senti jeune ! À la fin, je ne voyais plus que l’usure des bâtiments de l’ancien Longchamp, ses fuites d’eau… ParisLongchamp propose de vrais beaux espaces, c’est aéré, esthétiquement réussi. C’est un hippodrome à taille humaine, avec des zones modulables en fonction de la fréquentation, où l’on circule facilement. Même si la brasserie n’était pas encore ouverte, j’ai trouvé qu’il régnait déjà une vraie vie dans la zone près du rond, avec les mange-debout et les bars à champagne. Plus généralement, je pense qu’il est de notre devoir, nous les membres du secteur économique du pur-sang, de positiver. Nous devons nous considérer comme les ambassadeurs de ce nouvel hippodrome. Je sais que certains ont souligné quelques écueils. Pour moi, cela reste assez insignifiant et des corrections pourront certainement être apportées. J’ai été convaincu par le produit. J’étais content d’y aller, et je serai heureux d’y revenir ! »

Didier Krainc (créateur et animateur de l’écurie Vivaldi)

« C’est globalement positif, même si certaines choses doivent être améliorées. Nous avons essuyé les plâtres… mais nous étions contents de les essuyer ! Nous avons passé une excellente journée. Il y a le facteur météo et la qualité du spectacle sportif qui ont, bien sûr, joué. J’avais été un peu désagréablement surpris par la couleur lors d’une visite du chantier. Mais cette impression s’est estompée avec la vision de l’hippodrome dans son ensemble. C’est une réussite architecturale. C’est un lieu qui va attirer, qui va plaire. Au départ, beaucoup de gens trouvaient que le Centre Beaubourg ou la Tour Eiffel étaient moches. Heureusement qu’il y a des projets audacieux, même s’ils ne font pas toujours l’unanimité au départ. L’ensemble devrait bien s’intégrer dans son environnement, alors que l’ancien Longchamp était un bunker impénétrable pour les non avertis. Nous n’avons pas testé la restauration. Mais il semble à présent plus aisé d’allier spectacle hippique et déjeuner. Il manque certainement de lieux où les spectateurs peuvent se poser. Je pense notamment aux femmes qui portent des talons hauts. Je regrette aussi qu’il faille remonter dans la tribune pour passer du rond aux abords du poteau d’arrivée. Il faudra faire un bilan dans six mois ou un an. Je déplore que le produit jeux n’ait pas fait l’objet d’une même réflexion pour le renouveler. »

Ghislain Bozo (courtier)

« Le site n’est pas encore terminé mais l’impression générale est bonne, avec une certaine convivialité, facilité, ouverture et modernité. L’esthétique est plus contemporaine et j’ai finalement apprécié cette couleur que je n’avais pas aimée sur photos. La partie droite du rond faisait un peu vide et elle mériterait des aménagements. Cette zone qui entoure le rond doit être travaillée pour que l’on puisse mieux voir les chevaux. Certains points de passage, comme celui pour sortir du rond, manquent de fluidité. Cela peut poser des problèmes lors des journées d’affluence. Les loges sont magnifiques. Globalement, même si je n’ai pas encore eu le temps de tout parcourir, cela me paraît être une réussite. L’ensemble correspond aux attentes d’un public plus moderne. Il faudra également voir comment la restauration fonctionne lorsqu’elle sera mise en place. Les acteurs ont encore besoin de s’approprier les lieux, mais on note un certain nombre d’améliorations, comme la sonorisation ou le nombre de bornes de jeux par exemple. L’ensemble donne une impression de dynamisme, c’est un vrai dépoussiérage. Il faut enfin souligner l'impact bénéfique de l’open-stretch. Cela donne une chance à tout le monde en fluidifiant les épreuves. C'est important pour le propriétaire, pour les parieurs et pour l'élevage. Il y a suffisamment d'aléas dans les courses et cela permet de compenser un numéro de corde malheureux. »

Ils ont sellé un partant à ParisLongchamp

Francis-Henri Graffard

« Je n’ai pas eu le temps de faire une visite complète, mais l’architecture du bâtiment me plaît. Sa couleur est moderne et se démarque des teintes habituelles. J’aime beaucoup cette vue transversale, qui permet de voir aussi bien la piste que le rond de présentation. Le seul souci que j’ai eu, c’était pour monter et descendre des tribunes, car la circulation était difficile. Il n’y a peut-être pas assez d’ascenseurs. Je pense aussi que l’espace entre le rond et la route n’est pas utilisé ; il faudrait peut-être y installer des bars à champagne. En ce qui concerne l’open-stretch, j’y suis favorable, mais je le trouve trop large. Trois à quatre mètres devraient être suffisants. »

Nicolas Caullery

« J’ai trouvé dommage, même si nous avions été prévenus que tout n’était pas encore installé, que l’hippodrome ne soit pas plus prêt que cela pour une première réunion. Il faudrait vraiment améliorer l’accès aux écuries, et créer par exemple un passage le long du rond de présentation. Dimanche, nous étions obligés de nous rendre aux écuries en traversant le rond par un tout petit passage, et lorsque nous sommes beaucoup à vouloir nous y rendre, c’est vite la cohue ! Un second accès aux écuries faciliterait grandement la circulation.

J’ai un doute sur l’efficacité de l’open-stretch. Dimanche, la plupart des chevaux venaient en dehors quand même, et j’ai remarqué que ceux qui venaient en dedans n’étaient pas forcément avantagés. Je suis donc plutôt mitigé à ce propos.

Néanmoins, j’ai trouvé le nouveau Longchamp plutôt bien dans l’ensemble. Je l’ai trouvé beau ! Il y a quelques détails à régler, mais on va s’y faire. Je suis assez convaincu ! »

Jérôme Reynier

« Mon avis est partagé. Il y a du positif avec de l’esthétisme et la praticité du site côté public, en particulier au niveau de la nouvelle tribune. Des propriétaires avaient effectué le déplacement, et ils ont d’ailleurs passé un bon moment. L’ambiance des balances et du rond de présentation s’est aussi améliorée. Il me tardait de revenir courir sur cet hippodrome qui est le temple du galop. Royal Julius était préparé dans cet objectif. Mais du côté négatif, il y a une trop grande proximité du public lorsque les chevaux marchent dans le rond. Ce dimanche, une personne de grande taille a presque réussi à toucher un cheval. D’autres faisaient des appels de langue et compte tenu de la faible distance, les animaux réagissaient. Il faut en tenir compte car ParisLongchamp accueille d’importantes courses pour 2ans, et les jeunes sujets sont particulièrement sensibles à ce genre de stimulation. C’est une bonne chose que de vouloir rapprocher le public des chevaux. Mais là, il y a certainement une trop grande proximité.

Ce que j’ai pu constater de l’envers du décor, au niveau des écuries notamment, n’est pas satisfaisant. Il faut parfois marcher plusieurs centaines de mètres pour atteindre un point d’eau car beaucoup de robinets ne fonctionnent pas. Le personnel a du mal à suivre les courses car une seule télévision était disponible pour l’ensemble des écuries. Malgré un rafraîchissement des peintures, l’aménagement des douches laisse clairement à désirer. De même, il manquait des sanitaires. On doit offrir de meilleures conditions de travail aux lads, qui bénéficient tout de même, et c’est appréciable, d’une salle réservée. Le parking des vans aurait pu être réaménagé pour limiter des déplacements et les pertes de temps. Il reste donc beaucoup de choses à améliorer. C’est important car ce sont des éléments clés dans la réussite d’un tel projet. »

Ils ont monté à ParisLongchamp

Stéphane Pasquier 

« En premier lieu, j’étais très content de retrouver la piste de Longchamp ! Je reste favorable à l’open-stretch. Cela se fait partout : à Newmarket pour les Guinées, en Afrique du Sud, en Turquie… C’est bien que l’on suive le mouvement, plutôt que d’attendre d’avoir trois trains de retard. Je pense que dimanche, les meilleurs chevaux ont gagné. On a vu que toutes les tactiques étaient possibles. Certains sont venus en dedans, d’autres en dehors ; certains sont allés devant, d’autres ont attendu… Ma petite déception concerne le rond de présentation. L’ancien était vraiment magnifique, majestueux. Le nouveau est plus étroit… Les balances et les vestiaires sont jolis. Il y a des réglages à faire mais rien d’insurmontable. Je n’ai pas eu trop le temps de me promener dans l’hippodrome. La couleur du bâtiment me laisse vraiment perplexe… Il faut que l’on s’y habitue, sans doute. »

Pierre-Charles Boudot

« La piste de Longchamp est toujours aussi sélective et j’étais ravi d’y monter à nouveau. Je crois que l’open-stretch est encore un peu large, et les chevaux se retrouvent un peu perdus dans ce grand espace. 4 mètres, cela serait suffisant. Le dessin de la piste a aussi un peu changé. Avant, nous avions la fausse ligne droite, un petit coude et la ligne droite. Là, avec l’open-stretch plus le décordage de ce dimanche, un tournant est apparu qui n’existait pas auparavant. Le rond de présentation ne me cause pas de souci. Il est moins large que l’ancien, mais je n’ai pas eu l’impression que les chevaux étaient plus tendus que d’habitude. Il manque quelques finitions dans les vestiaires, et il faut pas mal marcher, mais rien de bien grave. Dimanche, j’ai monté toutes les courses donc je n’ai pas eu le temps de me promener. Mais j’avais visité l’hippodrome auparavant. Il y a des spots vraiment sympas, et j’ai hâte de voir l’hippodrome dans sa configuration finale, avec tous les lieux de restauration ouverts ! »

Cristian Demuro

« C’était une première et donc il faut attendre avant de juger ParisLongchamp. La tribune dorée est assez drôle, surprenante même, vue de la piste. Les installations pour les jockeys sont de haut standing, même si je trouve qu’un vestiaire sans fenêtre, c’est un peu oppressant. Il m’a été dit que même dans les grands stades de football, c’est pareil. Or, avant toute critique, il faut penser à ce qu’on trouve dans les autres pays… Le plus important, c’est la piste. L’open-stretch va changer beaucoup de choses. En principe, le déroulement sera plus limpide, avec moins de malchanceux, mais dimanche, sur un terrain lourd, c’était mieux de galoper en pleine piste. Il n’était pas évident de décaler les chevaux dans l’open stretch et de leur demander d’accélérer tout de suite. En terrain lourd, la réponse des chevaux n’est pas immédiate. Je pense qu’on pourra mieux juger l’impact de l’open-stretch quand le terrain sera bon ou léger. »

Ioritz Mendizabal

« Je suis arrivé à l’hippodrome avec quelques a priori, mais finalement j’ai apprécié, même si je n’ai pas fait le tour entier. Il manque peut-être un grand espace en face du rond de présentation, afin que les professionnels se retrouvent, comme dans l’ancien Longchamp. J’avais entendu beaucoup de choses négatives par rapport à la taille du rond, mais je l’ai trouvé assez spacieux. Je n’ai rien à reprocher aux vestiaires, ni à la salle de repos.

Je suis favorable à l’open-stretch. Dans neuf cas sur dix, c’est le meilleur cheval qui va gagner. Nous allons vers la sélection des courses, et cela donne plus de chances à tout le monde ! »

Anthony Crastus

« C’est bien d’avoir remis un coup de neuf, mais je m’attendais à quelque chose de plus grandiose. Ceci dit, je n’ai pas vraiment eu le temps de visiter l’hippodrome car je suis plutôt resté dans les vestiaires. J’ai apprécié que le public soit tout près des chevaux au rond de présentation. Cela leur permet d’être à leur contact et de mieux vivre l’événement. En revanche, je ne suis pas favorable à l’open-stretch. Je trouve que cela enlève le charme des anciennes courses qui étaient très tactiques. Cela va être beaucoup plus facile de gagner des courses. Cela ne donne pas la même atmosphère ! »