Les sanctions concernant les chevaux non vaccinés contre la rhinopneumonie font polémique

Courses / 14.04.2018

Les sanctions concernant les chevaux non vaccinés contre la rhinopneumonie font polémique

Les sanctions concernant les chevaux non vaccinés contre la rhinopneumonie font polémique

Dans notre journal daté du vendredi 6 avril, nous évoquions la vague de non-partants due à un non-respect du nouveau protocole de vaccination. Jean Biraben, éleveur-propriétaire, a souhaité réagir. Il nous a dit : « Ma jument Matsay (Montmartre) devait prendre part au Prix de l’Association des propriétaires du Sud-Ouest, jeudi 5 avril à Toulouse. Malheureusement, elle a été empêchée par le vétérinaire de service de participer à l’épreuve. Je suis très mécontent d’avoir été lésé par un excès de zèle. Cela mettrait-il en cause le côté dangereux de la contamination vis-à-vis des autres chevaux, puisque les vaccinations de ma jument étaient à jour depuis 2015 ? J’aimerais bien connaître la réponse ! Je ne suis hélas pas la seule victime de ces nouvelles normes. Je n’en fais donc pas une affaire personnelle, ayant déjà fait preuve de ma bonne foi par le passé. Mais une fois de plus, le propriétaire est le principal pénalisé dans ce cas de figure. Ma jument n’a pas vraiment le choix des engagements et il est regrettable qu’elle n’ait pas pu courir ! Nous vivons à une époque où le nombre de partants est en baisse et nous nous efforçons tant bien que mal de trouver des propriétaires. Il y a eu de nombreux non-partants récemment à cause de ces sanctions. Est-ce bien logique, dans la mesure où le manque de professionnalisme du vétérinaire et la non-vigilance de l’entraîneur sont les principaux responsables ? Il serait préférable d’agir avec plus de souplesse et de diplomatie vis-à-vis de ceux qui aujourd’hui, avec les parieurs, font vivre l’institution des courses ! »