LE SPORT PAR LE TEMPS - Thunder Snow et Mendelssohn, héros de la nuit dubaïote

International / 02.04.2018

LE SPORT PAR LE TEMPS - Thunder Snow et Mendelssohn, héros de la nuit dubaïote

 

Depuis 2010, Meydan et son cadre idyllique nous offrent un spectacle permettant d’oublier les derniers jours d’hiver, la météo et les conditions des courses aussi déprimantes que les performances hippiques. Cette année, la vague bleue, annoncée lors du Carnaval, s’est confirmée samedi soir, puisque Godolphin a remporté quatre des huit Groupes de la soirée. Les semaines passées nous avaient permis de recueillir plusieurs informations techniques capitales. La plus importante, sans doute, concernait la piste en dirt : pour gagner, la stratégie tête et corde est la plus payante. Trois des quatre Groupes sur dirt de la soirée ont été remportés de cette manière. Le Super Saturday, il y a trois semaines, nous avait quant à lui délivré le nom de trois lauréats en puissance : Hawkbill (Kitten’s Joy), Benbatl (Dubawi) et Jungle Cat (Iffraaj).

Thunder Snow, la stratégie gagnante

James Willoughby, excellent journaliste hippique, a ironisé sur son compte Twitter : « Quand North America a pris tête et corde dans l’Al Maktoum Challenge, il a laissé Thunder Snow à plus de cinq longueurs. Castellano a commis une erreur fatale en lui laissant la corde. » Parodiant l’expert américain Andrew Beyer, il a ajouté : « Andy Beyer aurait dit que dans la liste des plus grandes absurdités de l’humanité, la monte de Castellano arriverait même plus tôt que le Watergate ou l’élection de Trump ! »

La Dubai World Cup semblait cette année promise à un américain, même si West Coast (Flatter) n’est pas California Chrome ou Arrogate. Thunder Snow (Helmet), bien parti de sa stalle 10 et installé tête et corde par Christopher Soumillon, a établi un nouveau record en 2’01’’38, et a triomphé par cinq longueurs trois quarts. Même si le dirt n’avait jamais été aussi rapide à Meydan, il s’agit d’une excellente performance, dans laquelle le choix tactique de son pilote a joué un rôle déterminant. Si l’on estime la piste plus rapide de 0,4 seconde par 1.000m, sa performance n’égale toutefois pas celle de California Chrome ni d’Arrogate. La déception causée par Talismanic (Medaglia d’Oro) confirme qu’on ne s’improvise pas cheval de dirt !

Aidan O’Brien n’a jamais été aussi près de son rêve

Mendelssohn (Scat Daddy), lauréat de l’UAE Derby (Gr2), aura été la star de la soirée. Le poulain avait gagné le Breeders’ Cup Juvenile Turf (Gr1) à 2ans, et venait d’effectuer une rentrée gagnante dans une Listed disputée sur la P.S.F. de Dundalk. Il semblait avoir une chance correcte dans ce lot, mais on ne pouvait imaginer une telle démonstration ! Pour lui, la clé a été le passage du turf au dirt. Très bien parti de sa stalle 4, il a pris tête et corde et s’est imposé comme à la parade, dans le temps record de 1’55’’18, et par dix-huit longueurs et demie ! Il convient toutefois de relativiser sa performance avec la vitesse de la piste. Ce succès lui ouvre les portes du Kentucky Derby, la course dont rêve son entraîneur, Aidan O’Brien. Il a été crédité d’un Beyer Speed Figure de 106, ce qui le place au-dessus des autres prétendants à la victoire à Churchill Down, Audible, Bolt d’Oro et McKinzie, entre autres.

Thunder Snow vs Mendelssohn, qui est le plus fort ?

La tentation est forte de comparer Thunder Snow et Mendelssohn, tous les deux lauréats de l’UAE Derby.

Première méthode : on arrête la Dubai World Cup à 1.900m, la distance de l’UAE Derby, et on compare la performance des deux chevaux ce samedi. Les deux sont exactement dans la même foulée : Mendelssohn a parcouru la distance en 1’55’’18, et Thunder Snow en 1’55’’19. Au niveau des ratings, on ne peut faire aucune différence – rappelons que le Racing Post a attribué 122 au cadet et 123 au partenaire de Christophe Soumillon. Cependant, le tracking indique que Mendelssohn a parcouru 7m de plus que Thunder Snow, ce qui rend sa performance supérieure de deux longueurs trois quarts à celle de Thunder Snow.

Comparons ensuite les performances des chevaux dans l’UAE Derby, à un an d’intervalle. Au temps, Mendelssohn a un net avantage : 1’55’’18 d’un côté, 1’57’’77 de l’autre. Cependant, Mendelssohn a parcouru 1.925m, contre 1939m pour Thunder Snow. Il faut donc réajuster le temps de Thunder Snow à 1’56’’90. Le pensionnaire d’Aidan O’Brien garde l’avantage. Si l’on corrige les temps avec la vitesse de la piste, celui de Thunder Snow tombe à 1’56’’20. La performance de Mendelssohn lui est supérieure de six longueurs et demie. D’où, à mon avis, un rating de 128 pour Mendelssohn, de 115 pour Thunder Snow l’an passé, et de 122 cette année dans la Dubai World Cup. Mais en tout état de cause, Mendelssohn est nettement supérieur à Thunder Snow. Il est probable que l’on ait vu un cheval hors norme !

AnnéeCourseNomDistanceTps brutDist. ajust.Tps ajust.Tps ajusté/vitesse pisteRPRRating
2018G2 UAE DerbyMendelssohn1.925m1'55"181.925m1'55"181'55"18122128
2017G2 UAE DerbyThundersnow1.939m1'57"771.925m1'56"901'56"20113115
2018G1 DWCThundersnow1.918m1'55"191.925m1'55"611'55"61123122

Benbatl, chronique d’une réussite annoncée

Sans sa course désastreuse dans le Jebel Hatta (Gr1), Benbtal aurait dû rester invaincu cet hiver à Meydan et réaliser un exploit historique en remportant les Singspiel Stakes (Gr3), l'Al Rashidiya (Gr2), le Jebel Hatta puis le Dubai Turf (Grs1).

Il a une qualité essentielle pour briller sur le turf : le rythme et l’accélération. Très bien parti de sa stalle 5, il s’est retrouvé vite bien placé, dans une course emmenée à un train rapide par Janoobi (Silvano). Il s’impose en 1’46’’02, de trois longueurs un quart. C’est le deuxième meilleur temps de la course, sachant que le record appartient à Just a Way 1’45’’52. Il a parcouru les 600 derniers mètres en 35’’30, soit un très beau passage.