37e ASIAN RACING CONFERENCE - Les délits d’initiés et le dopage menacent l’avenir des courses

Courses - International / 16.05.2018

37e ASIAN RACING CONFERENCE - Les délits d’initiés et le dopage menacent l’avenir des courses

Ce mercredi, Séoul a accueilli la sixième session de la 37e conférence des courses asiatiques. Kim Nag Soon, président-directeur général de la Korea Racing Authority, a donné le ton de la séance : « Dans notre filière, rien n'est plus important que l'intégrité. Si nous voulons gagner et conserver la confiance du public, notre sport doit être propre et juste. Et il doit être considéré comme cela. C'est ce qui nous différencie des opérateurs de jeux illégaux. À l'avenir, nous devons renforcer l'éducation de tous les participants. Il faut lancer des partenariats et partager des informations pour combattre notre ennemi commun et maintenir la confiance dans les courses. »

Combattre les délits d’initiés. À travers le monde, les sports en général sont touchés par des scandales. Les matchs truqués, la corruption d'officiels, les jeux illégaux, le dopage et le blanchiment d'argent ont terni l’image des activités sportives pendant des décennies, érodant la confiance du public. En s'appuyant sur des études de cas du monde entier, le professeur Jack Anderson, directeur des études de droit du sport à l'Université de Melbourne, a expliqué : « Nous pouvons penser que la menace vient de l’extérieur, mais elle vient en réalité de l’intérieur (…) Le délit d'initié est la menace clé. On peut manipuler les paris et ainsi mettre en jeu l'intégrité du sport et son image. Il faut éduquer et former les jockeys comme les joueurs à adopter des comportements intègres. » Il a poursuivi en expliquant qu'il n'existe pas de crime sans victime quand il s'agit de la corruption : « La corruption et le manque d'intégrité ont un prix. Une irrégularité dans une course ou chez les bookmakers affecte l’ensemble des consommateurs du microcosme. Au final, c’est la criminalité économique transnationale qui en profite. »

Les conséquences collatérales du dopage. Jack Forrest, de la Cour suprême de Victoria (Australie), a expliqué : « Nous ne pouvons pas reprocher au grand public de penser que la triche et le dopage sont monnaie courante dans les courses australiennes. Nous avons eu le scandale du cobalt et, plus récemment, celui de l’Aquanita, où du bicarbonate de sodium a été administré aux chevaux sur plusieurs années. Il y a toujours eu des gens qui essayaient de tricher. La question est de savoir à quelle vitesse ils sont détectés et comment ils sont contrôlés. La réponse à ce problème semble être que les moyens attribués au contrôle ne sont peut-être pas suffisants. » Kim Nag Soon a clôturé la séance en posant une question à l’assemblée sur ce qu'elle considérait comme la plus grande menace pour les courses. Pour Jack Forrest, le problème est la qualité de la technologie utilisée pour le contrôle ainsi que le fait d'avoir des dopeurs qui sont des experts. La manipulation des résultats des courses n'est plus le défi principal. Selon Jack Forrest, les produits améliorant les performances constituent désormais la question centrale de l'intégrité des courses hippiques.