ASSEMBLÉE GÉNÉRALE  DE L’EFTBA - Les éleveurs européens se rassemblent pour trouver des solutions face au Brexit

International - Élevage / 22.05.2018

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE  DE L’EFTBA - Les éleveurs européens se rassemblent pour trouver des solutions face au Brexit

L’Association européenne des éleveurs de pur-sang (Eftba) tenait son Assemblée générale à Cologne dimanche 20 et lundi 21 mai. Avant la tenue du Comité vétérinaire, les représentants des associations d’éleveurs du vieux continent ont visité le Gestüt Röttgen et le Gestüt Schenderhan. Le soir, la délégation était reçue par le docteur Günter Paul, sur la propriété de la fondation Mehl-Mülhens. Lundi 21 mai, Joe Hernon, en tant que président, ouvrait l’Assemblée générale annuelle. Le sujet du Brexit, au cœur des préoccupations actuelles, a été beaucoup évoqué. Le docteur Gadot, invité à cette réunion, a présenté le projet qui permettrait de palier à l’abandon de l’accord sanitaire tripartite Grande-Bretagne, Irlande et France. Ce projet de H.H.H.S. (High Health Horse Status) viserait à adapter le dispositif H.H.P. (High Health Performance) prévu par la confédération internationale (F.E.I./Ifha) pour les chevaux de compétition, aux transports liés à l'élevage de pur-sang. Ce système aurait en outre l’avantage de ne pas être limité aux trois pays de l’A.T.P. initial.

Toujours pour essayer d’appréhender les conséquences du Brexit, Weatherbys a présenté un projet de système digital de gestion des passeports et mouvements des chevaux.

Le comité vétérinaire, présidé par le vétérinaire irlandais Des Leadon, lors de son rapport du Comité à l’Assemblée, a salué la position de la France sur la vaccination contre la rhino-pneumonie, en précisant que l’obligation visait les chevaux français et étrangers venant courir en France.

Un nouveau vaccin pour la rhino-pneumonie. En appui des discussions sur la vaccination, la France avait sollicité la présence du docteur Éric Shott. Ce dernier est le directeur équin de Boerhringer Ingelheim. Ce laboratoire familial a un rayonnement mondial tout en étant très intéressé par le secteur équin, notamment depuis le rachat de Merial. Il dispose d’un vaccin contre la rhino-pneumonie qu’il fabrique et vend aux États-Unis et a lancé des démarches pour obtenir une autorisation de mise sur le marché en Europe. L’arrivée d’un nouveau laboratoire, en concurrence avec Zoetis, permettrait dans un avenir proche de pouvoir assurer un approvisionnement suffisant en vaccins.

Le bien-être animal. Il a aussi été question d’un projet de Guide européen de bonnes pratiques sur le bien-être équin, initié par un sous-groupe cheval de la plateforme européenne "bien-être animal" mise en place par la Commission européenne. Ce groupe, sous la présidence d’une Danoise, s’est réuni deux fois et les remarques des éleveurs n’ont pas toujours été retenues. Le syndicat agricole européen Copa-Cogecca représenté par la France (Fédération nationale du cheval) dans ce groupe entend défendre la voix des éleveurs pour ce dossier, appuyé par la Fédération des éleveurs du galop ayant déjà travaillé en collaboration avec la F.N.C. pour l’élaboration en France de sa charte du bien-être équin.

Dans le domaine du bien-être animal, les différents pays européens ont également échangé sur leurs difficultés face aux pressions d’associations de protection animale, notamment l'interdiction d'attacher la langue, appliquée en Allemagne depuis une demande du ministère, mais ce pays doit également faire face à des demandes récurrentes de suppression des courses de 2ans.

Enfin, les représentants européens ont été parfaitement reçus par la Fédération des éleveurs allemande en ponctuant cette journée avec les 2.000 Guinées allemandes sur l’hippodrome de Cologne.