Comment gagner 4,582 milliards en misant 1 € !

Courses - International / 29.05.2018

Comment gagner 4,582 milliards en misant 1 € !

La moitié des Guinées et Poules européennes ont eu un gagnant dont la cote était à deux chiffres. L’écossaise Nyaleti est la seule favorite qui a sauvé les meubles, ce dimanche dans les 1.000 Guinées allemandes (Gr2). Un grand propriétaire italien comme le Dottor Carlo Vittadini, qui a gagné le Derby d’Epsom – entres autres ! – avec Grundy, était en colère quand un outsider s’imposait dans un classique. Et moi, l’amoureux des tocards, je n’étais pas d’accord. Mais en prenant de l’âge, j’ai quelque peu changé d'idée…

Par Franco Raimondi

Logique ! La cascade de gagnants inattendus a une explication assez logique : le mauvais temps qui a frappé l’Europe et les îles anglo-irlandaises en mars et avril. Les préparatoires se sont disputées en terrain souple ou lourd. Les classiques se sont courus en bon terrain. Tout a donc été chamboulé d’une course à l’autre. Le résultat de tout cela est qu’un magicien, avec un report de dix gagnants classiques pour un euro, aurait touché plus de 4,5 milliards d’euros…

Le plaisir de la première fois. Un autre détail est à noter : cinq des gagnants sont entraînés par des professionnels qui ont décroché leur premier classique. En Irlande, ce fut Ken Condon et Jessica Harrington. En Allemagne, Jean-Pierre Carvalho. En Italie, Endo Botti et Cristiana Brivio Sforza en association. Et en France, ce fut David Simcock. Cela veut dire que les superpuissances n’ont pas connu un printemps favorable ou que la concentration des meilleurs chevaux sur un nombre restreint d’écuries a quelque peu ralenti. Ou bien qu'il s’agit d’un coup de hasard, tout simplement.

Gustav Klimt juge de paix. Les handicapeurs sont encore en train de travailler sur les 2.000 Guinées d’Irlande de ce samedi. C’est une course assez difficile à juger. Le cheval susceptible d’avoir fait sa valeur est Gustav Klimt (Galileo), troisième au Curragh et sixième à Newmarket. Il avait un rating de 113, ce qui pousserait Romanised (Holy Roman Emperor), le gagnant, entre 120 et 121, et US Navy Flag (War Front), deuxième, à 116. Le pensionnaire de Ken Condon aurait affiché une progression de 13 ou 14 livres par rapport à sa valeur (107) réalisée à 2ans. L’irlandais serait donc presque au même niveau que Saxon Warrior (Deep Impact), dont le succès de Newmarket a été crédité d’un 121.

Les deux versions d’US Navy Flag. La progression la plus forte de la course irlandaise viendrait cependant d’US Navy Flag. Il avait hérité d’un 108 pour sa cinquième place dans The Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1). Huit livres, c’est beaucoup, même en prenant en compte toutes les circonstances de course à ParisLongchamp. Le 3ans de Ballydoyle a glissé ou trébuché, il partait de la stalle 11, n’a pas eu tous ses aises à 100m du poteau et son jockey a posé les mains pour finir. Le champion des 2ans a eu une course plus propre au Curragh où la valeur de sa deuxième place a été un peu gonflée. Un poulain qui est vite devrait aussi être plus à son aise sur les 1.600m moyenne piste de ParisLongchamp que sur le mile du Curragh.

Olmedo, la sagesse. La forme de la Poule d’Essai des Pouliches n’est pas aussi mauvaise que ne l’indique l’écart de six livres entre son gagnant Olmedo ** (Declaration of War) et les lauréats en Angleterre et en Irlande. Les handicapeurs du Racing Post ont crédité de 115 le représentant d’Antonio Caro et de Gérard Augustin-Normand. Il faut rappeler que les handicapeurs du Racing Post travaillent sur une échelle deux livres plus basse que celle des valeurs officielles. Olmedo vaut plus que 115 mais, souvent, les Anglais accordent des valeurs "prudentes" aux courses françaises. Et le déroulement de la Poule a été assez chaotique pour troubler encore un peu plus les choses…

Ancient Spirit ou l’optimisme. L’impressionnant succès d’Ancient Spirit (Invincible Spirit) dans les 2.000 Guinées allemandes a réchauffé le cœur du handicapeur local… Il a donné au poulain un GAG de 97,5 qui, traduit en livres, donne un rating de 115 ou une valeur de 52 si vous préférez. Le pensionnaire de Jean-Pierre Carvalho a dominé deux anglais assez fiables. Mais c’est afficher trop de confiance que de le juger au même niveau qu’Olmedo. Wait Forever (Camelot) s’est quant à lui imposé à Capannelle dans le Premio Parioli (Gr3) avec un rating à confirmer entre 109 ou 110. C’est un peu haut : le seul étranger au départ n’a pas fait sa valeur, mais le pensionnaire d’Alduino Botti est en revanche bien meilleur que le 102 très peu généreusement attribué par le Racing Post.

Le casse-tête des pouliches. Les trois Guinées ou Poules "majeures" pour les pouliches ont affiché des cotes de 66/1 en Angleterre, 12/1 en France et en Irlande. Alpha Centauri (Mastercraftsman) était même proposée à 25/1 dimanche matin. Les pouliches qui ont disputé deux Guinées en se classant dans les quatre premières sont Happily (Galileo) et sa coéquipière Could it Be Love (War Front). La première nommée n’avait pas confirmé dans les 1.000 Guinées de Newmarket son 113 (50,5) décroché à 2ans. La gagnante de Newmarket, Billesdon Brook (Champs Élysées), a de son côté mérité son 115. On peut donc prendre la pensionnaire d'Aidan O’Brien à un rating 111. A-t-elle progressé au Curragh ? Franchement, non. Si elle a refait cette valeur – et on peut en douter – Could it Be Love passerait à 104. C’est le rating de sa huitième place à ParisLongchamp où elle a mené, mais sans se détacher comme en Irlande, à 112… Et Alpha Centauri se retrouverait entre 115 et 116, avec une progression importante sur son pic à 109 à 2ans.

Teppal favorite à Royal Ascot. La lauréate de ParisLongchamp, Teppal (Camacho), paye avec son petit 111 le déroulement de la course, très tactique et français, avec onze pouliches en trois longueurs. En théorie, elle vaut plus que cela et la confirmation arrive des bookmakers. La pensionnaire de David Simcock est la favorite des Coronation Stakes (Gr1) entre 4,5 et 5/1, suivie par Alpha Centauri et Happily, qui dansent entre 5 et 6/1. Billesdon Brook n’est pas engagée mais, après supplémentation, elle sera positionnée sur le même créneau. La lauréate 1.000 Guinées allemandes, Nyaleti (Arch), n’est pas non plus dans la liste du Gr1 de Royal Ascot et son succès de dimanche à Düsseldorf lui permet de remonter à 110 de rating, pas loin de son top à 2ans. Quant à l’italienne Act of War (Mujahid), elle est jugée à 104/105 et doit s’essayer sur plus long dans les Oaks d’Italie (Gr1).

LES GUINÉES EUROPÉENNES EN 2018

Course Gagnant Père Propriétaire Entraîneur Achat
Premio Regina Elena Act of War Mujahid Dioscuri Endo Botti Galoppo élevée
Irish 1.000 Guineas Alpha Centauri Mastercraftsman Famille Niarchos Jessica Harrington élevée
German 1.000 Guineas Ancient Spirit Invincible Spirit Stall Ullmann Jean-Pierre Carvalho élevée
1.000 Guineas Billesdon Brook Champs Élysées Pall Mall Partners Richard Hannon amiable
German 1.000 Guineas Nyaleti Arch Batterhams & Reay Mark Johnston 40.000 Gns (Tat Oct)
Poule d'Essai des Poulains Olmedo Declaration of War A. Caro & G. Augustin-Normand Jean-Claude Rouget 110.000 € (Arq Août)
Irish 2.000 Guineas Romanised Holy Roman Emperor Robert Ng Ken Condon amiable
2.000 Guineas Saxon Warrior Deep Impact Simth, Magnier & Tabor Aidan O'Brien élevage
Poule d'Essai des Pouliches Teppal Camacho S.A. cheikh Moh. bin Khalifa Al Thani David Simcock 105.000 €  (Arq BU)
Premio Parioli Wait Forever Camelot Scuderia Effevi Alduino Botti 22.000 €  (Tat Irl)

Danzig dans tous les pedigrees. Les classiques sont les moments clé de la sélection et celles sur le mile ont comme critère la vitesse. Cette année, on a encore assisté à la confirmation de la lignée mâle de Danzig (Northern Dancer), à l’origine de sept gagnants classiques sur dix et issue de sept étalons différents. Les trois restants sont Wait Forever, Nyaleti et Saxon Warrion qui ont quand même le nom Danzig dans leur pedigree. Et Galileo (Sadler’s Wells) ? Ne vous inquiétez pas, il est aussi présent comme père de mère de Saxon Warrior et d’Ancient Spirit, alors qu’Holy Roman Emperor (Danehill) est le seul qui figure à la fois comme père et père de mère.