Fabrice Chappet dans le bon tempo

Courses / 01.06.2018

Fabrice Chappet dans le bon tempo

Par Adeline Gombaud

Il lui a fallu quelques heures pour digérer, mais sur les coups de 17 h, sur la route pour ParisLongchamp avec en fond sonore l’un de ses titres préférés, le mythique Sympathy for the Devil, Fabrice Chappet avait retrouvé sa bonne humeur. L’entraîneur sellera trois chevaux dans le Qipco Prix du Jockey Club (Gr1), Dice Roll (Showcasing), Intellogent ** (Intello) et Stable Genius (Siyouni). Le tirage au sort des places à la corde pouvait difficilement lui être plus défavorable : le 18 pour le premier, le 16 pour le deuxième, et le 11 pour le troisième. Avec le forfait de dernière minute de Pharrell (Manduro), chacun gagnera une place, mais bon…

La chance, ou pas… Trois partants dans le French Derby, un an après avoir décroché son premier classique avec Précieuse (Tamayuz) dans la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1), cela pose son homme. « Certains disent que j’ai de la chance d’avoir trois partants. Je ne sais pas, c’est de la chance à votre avis ? » Les résultats attestent que ce n’est pas une question de chance. À ce stade de l’année, l’écurie a déjà passé le million d’euros de gains (primes comprises) et pointe en cinquième position, place qu’elle occupait déjà l’an passé. L’écurie a grandi en quantité et qualité, progressivement, sans brûler les étapes, grâce notamment à l’audace du chef d’orchestre qui, depuis des années, n’hésite pas à investir dans des yearlings, même à l’époque où il n’avait pas forcément les ordres d’achat correspondants. Le plan établi dès cet hiver pour ses trois poulains s'est déroulé sans accroc. Là se situe sans doute la chance qu'a eue l'entraîneur. « Je me revois à Noël dernier, au coin d’un feu de cheminée alors qu’il neigeait dehors, établir le programme de ces trois poulains, dont deux avaient déjà couru en montrant un vrai potentiel. L’objectif, c’était le Jockey Club. Les avoir amenés tous les trois à ce rendez-vous est une vraie satisfaction. La chance se situe peut-être dans le fait qu’ils n’ont pas connu de soucis, qu’ils ont couru comme nous l’espérions… Nous travaillons avec de la matière vivante, alors il est rare qu’un grain de sable ne vienne pas enrayer la machine ! »

Dice Roll, la valeur sûre. Donc dimanche, Fabrice Chappet partira avec trois selles sous le bras aux écuries, sur les coups de 15 h 45. Ne lui en demandez pas plus sur son état d’esprit à trois jours du jour J, sur les raisons pour lesquelles il est triplement représenté pour sa première participation au Jockey Club. Car il répondra par une pirouette, forcément. Il vous citera peut-être quelque extrait de l’un des tubes de Jacques Dutronc… La vraie réponse, il la garde pour lui, bien enfouie. Nous ferons sans, mais avec ses explications sur ses trois atouts. Dice Roll d’abord, le troisième, tout près, de l’Emirates Poule d’Essai des Poulains : « Il n’a pas beaucoup de fausses notes à son palmarès ! Il a gagné trois fois à 2ans et n’a cessé de progresser. Il a très bien enlevé le Djebel, puis, comme d’autres, n’a pas eu le meilleur des parcours dans la Poule. Les 1.600m de Longchamp, que ce soit sur la grande ou la moyenne piste, c’est sans doute le parcours le moins sélectif du monde, ce qui, pour une course de sélection, est un peu gênant ! Les minimes écarts entre les trois premiers cette année le prouvent. Et ces écarts ne reflètent sans doute pas la différence de valeur entre les chevaux. Qui est vraiment le meilleur ? On le saura dimanche. Le petit point d’interrogation le concernant, c’est la distance. Au papier, on peut douter de sa tenue. Mais c’est un poulain relax, qui ne m’a jamais montré, ni le matin  ni en course, qu’il ne pourrait pas faire plus long que 1.600m. Et puis j’aime assez rallonger les chevaux le jour de l’objectif. C’est ce que j’avais fait avec Précieuse, et cela ne s’était pas si mal passé … Quant à son numéro de corde, c’est tout sauf un avantage. Je compte sur Christophe Soumillon pour s’en sortir… »

Intellogent, façonné patiemment. Intellogent a eu un parcours différent. Il n’a couru qu’une fois, en fin d’année de 2ans, et reste sur un succès dans le Prix de Guiche (Gr3) : « C’est un poulain que j’ai reçu assez tard, à la fin août, ce qui explique qu’il n’ait débuté que fin octobre. On l’a ensuite laissé tranquille, mais avec le Jockey Club en tête, je voulais lui donner plusieurs courses pour lui faire acquérir de l’expérience. C’est fondamental pour ce genre d’épreuves. Il a donc effectué sa rentrée tôt, dans l’Omnium, même si je savais qu’il n’était pas prêt. Il a été battu de peu et il est ensuite tombé sur Mer et Nuages et Wusool dans une Classe 1. Dans le Prix de Guiche, il a commencé à nous montrer son vrai visage. Il arrive sur le Jockey Club comme je le souhaitais, avec suffisamment de maturité. Le Guiche, sur 1.800m, est pour moi une très bonne préparatoire pour le Jockey Club, toujours dans cette idée de ne les rallonger que le jour J. Son pedigree indique qu’il devrait tenir. C’est un poulain maniable, mais évidemment, son numéro dans les boîtes est compliqué. Il n’y a pas mille tactiques possibles : soit on part vite et on fait le forcing pour prendre une bonne place, soit on reprend et on attend, avec le risque de subir. On décidera cela en temps voulu, après avoir étudié la physionomie de la course. Je compte aussi sur le talent de Pierre-Charles Boudot ! »

Stable Genius, l’outsider séduisant. Stable Genius, c’est la surprise du chef. Un poulain qui n’a débuté que cette année, par une victoire, puis qui s’est bien comporté dans le Prix La Force (Gr3) et le Suresnes (L). « Il se présentera avec le statut d’outsider. C’est un poulain plus tardif que les autres, mais que j’ai toujours bien aimé. Il est sur la montante et a très bien travaillé. Il sera muni d’une petite paire d’œillères car il a besoin d’être concentré au moment de l’effort. Il a fini tout près de Study of Man dans la Force, ce qui lui donne le droit de courir. Ses lignes sont plutôt flatteuses et il sera monté par Tony Piccone, qui le connaît parfaitement. »