GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1) - On the Go ** crucifie une extraordinaire Perfect Impulse

Courses / 20.05.2018

GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1) - On the Go ** crucifie une extraordinaire Perfect Impulse

AUTEUIL, DIMANCHE

Tête à tête

Le Grand Steeple-Chase de Paris est un drame, disait Bernard Secly. L’édition 2018 n’a pas fait mentir le grand professionnel disparu, qui partage désormais le record du nombre de victoires avec Guillaume Macaire. On the Go a en effet offert un sixième succès à son entraîneur, acquis d’une tête seulement devant Perfect Impulse. Mais dès le départ, l’épreuve a été fidèle à sa légende.

Meilleur steeple-chaser de sa promotion à 4ans en 2017, puisque lauréat du Prix Maurice Gillois (Gr1), On the Go ** (Kamsin) a remporté d’une tête le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Après 6.000m de course, c’est avec un très faible écart qu’il l’a emporté devant sa tante Perfect Impulse (Poliglote), deuxième comme l’année dernière. Le représentant de la famille Papot prend ainsi le pouvoir chez les steeple-chasers d’âge. À 5ans, pour son sixième parcours en steeple seulement, il a montré de quel bois il se chauffait. Perfect Impulse a été exceptionnelle, mais elle est encore tombée sur un sauteur de Guillaume Macaire. Elle a fait sa valeur, mais elle est battue par plus fort ce dimanche. Edward d’Argent (Martaline) a terminé bon troisième, permettant à Guillaume Macaire d’occuper la première et la troisième place. Malgré une faute au moyen open-ditch, Milord Thomas (Kapgarde) a conclu quatrième, précédant Balkan du Pecos (Balko). Ce Grand Steeple 2018 a malgré tout perdu un peu de sa saveur avec les chutes de Bipolaire (Fragrant Mix), So French (Poliglote) –vainqueurs des deux dernières éditions – et de Roi Mage (Poliglote) à la première haie.

Une course taillée pour On the Go. On the Go a eu la course parfaite pour ses aptitudes. Perfect Impulse et Milord Thomas ont animé l’épreuve à une allure sélective. Il a pu se faire emmener. Sautant parfaitement tout au long du parcours, il a déployé son immense action dans le tournant final. À ce moment du parcours, il semblait capable de l’emporter de plusieurs longueurs en roue libre. Mais Perfect Impulse a tout donné dans la ligne droite. Sur le plat, On the Go a rejoint Perfect Impulse. Après une magnifique lutte, il a réussi à prendre l’avantage sur le poteau. Ce qu’a fait On the Go est très fort car il n’en était qu’à son sixième parcours en steeple et était donc moins expérimenté que ses rivaux. Mais sa classe a fait le reste. Il ne faut pas oublier qu’il a été l’un des meilleurs de sa promotion dès ses 3ans, puisqu’il avait enlevé le Prix Stanley (L) 2016, puis le Maurice Gillois l’année dernière.

Guillaume Macaire rejoint Bernard Secly. Guillaume Macaire a signé sa sixième victoire dans le Grand Steeple après les succès d’Arénice, Bel la Vie, Storm of Saintly, So French et On the Go. Il a donc rejoint Bernard Secly au palmarès du Grand Steeple, lequel avait gagné l’épreuve avec Mon Filleul, Katko, Al Capone II et El Paso III. Et en plus de la victoire, sa cinquième en six ans dans ce Gr1, il a pris la troisième place avec Edward d’Argent. Ses deux 5ans avaient connu des contretemps, des abcès, ce qui avait retardé leur préparation et compliqué le travail de l’entraîneur. Le professionnel royannais nous a dit : « Je vais être obligé de continuer le métier pour en regagner un autre… » Un peu amer en raison de commentaires sur la rentrée victorieuse d’On the Go sur les haies de Strasbourg, il nous a dit : « C’est génial ! Je suis content, mais vous n’imaginez pas les agressions que j’ai subies. On m’a dit que ce n’était pas normal que je puisse le faire courir à Strasbourg. C’est tellement petit que des dirigeants viennent vous dire des choses comme cela… Je trouve ça lamentable ! Je suis très heureux, mais ça me gâche une partie du plaisir. Quand on gagne le Maurice Gillois, on a forcément une bonne chance dans le Grand Steeple car c’est le Grand Steeple des 4ans. Il a eu deux bons leaders, il a eu un très bon parcours. C’est un cheval de rythme qui a une grande action. Il y a eu du train et ça l’a beaucoup aidé. Sur la dernière haie, j’ai cru que nous allions être battus. Mais le cheval est reparti. Ce qui compte, c’est le poteau. Je pense que les deux premiers sont difficiles à départager. Mais On the Go a une tête plus grosse et plus longue, cela a aidé ! Edward d’Argent a sûrement été un peu débordé. Mais il court très bien aussi : il est troisième. Ensuite, il n’y a rien à dire, c’est une succession de choses qui se goupillent bien. C’est superbe de gagner pour les familles Papot et Gabeur, c’est quelque chose de familial. »

Un deuxième Grand Steeple pour la famille Papot. La famille Papot a enlevé son deuxième Grand Steeple-Chase de Paris, cinq ans après le succès de Bel la Vie. Ému, Xavier Papot nous a dit : « J’ai pensé à Bel la Vie et Shannon Rock lorsque j’ai vu la phase finale de la course. J’ai eu peur que nous soyons battus de peu. Mais On the Go a fait quelque chose pour l’emporter. Nous avons assisté à une superbe course, avec une belle bataille finale comme nous les aimons. J’ai une pensée pour les entourages de Roi Mage, Bipolaire et So French qui sont des personnes passionnées. Nous savons ce que l’on ressent dans leur position. C’est la plus belle journée de l’année. J’y pense tous les jours, 365 jours par an. Je dors mal huit jours avant, à tel point que ma femme m’a dit que si cela continuait, j’irai dormir dans une autre chambre… Merci au public, ça fait plaisir de voir du monde »

James Reveley conserve son titre. Après deux succès avec So French, James Reveley avait délaissé son champion pour On the Go. Il en a profité pour enlever une troisième victoire consécutive dans le Grand Steeple. Il a expliqué : « Cela ne pouvait pas mieux se passer. J’ai fait le tour de la piste avant le Grand Steeple pour vérifier quelle trajectoire prendre, éviter les trous. Du coup, tout s’est bien passé. Il a fait quelque chose de très grand parce qu’il a commencé le steeple tard. Il y avait tous les bons 4ans de l’an dernier, Milord Thomas, Perfect Impulse, So French… Il est tellement courageux. Il était battu entre les deux derniers obstacles, mais il m’a tout donné pour l’emporter. »

Une Perfect Impulse exceptionnelle. Pour la deuxième année consécutive, Perfect Impulse a conclu deuxième du Grand Steeple. Elle se présentait dans la peau de favorite, elle a fait honneur à celle-ci et a réussi une course extraordinaire. Devant, elle a très bien sauté et a tout donné, mais elle n’a rien pu faire contre le vainqueur qu’elle n’a pas réussi à décramponner. Son copropriétaire, Richard Corveller, nous a déclaré : « Ce sont les courses. La jument a été parfaite, le jockey a été parfait. Il est effondré mais il n'a rien à se reprocher. Elle a été préparée à la perfection. On a vu qu'elle n'arrivait pas à prendre la demi-longueur nécessaire sur le plat. »

Milord Thomas quatrième malgré une faute sérieuse. Milord Thomas est venu aux avant-postes pour aller sur la rivière des tribunes une première fois. Légèrement hésitant sur le rail-ditch, il a fait une faute importante au moyen open-ditch, manquant de faire tomber son jockey, Jacques Ricou. Malgré cela, il s’est bien défendu pour finir, concluant quatrième devant le "Président" Balkan du Pecos. Entraîneur de Milord Thomas, Dominique Bressou nous a déclaré : « Peut-être qu'il en a un peu trop fait devant. Normalement, Perfect Impulse est une jument qui va devant et fait du train ; il l'a suivie et lui a même pris l'avantage. Il a peut-être brûlé trop de carburant. Au moment du rail-ditch, quand la course s'est lancée, il a demandé un bol d'air. Je crois que c'est pour cela qu'il a hésité. Après, les autres l'ont passé et cela lui a peut-être mis un coup au moral. »

Du côté des tombés… Bipolaire est tombé à la première haie, entraînant So French et Roi Mage par ricochet. Les trois chevaux se sont relevés, ainsi que Bertrand Lestrade et Steven Colas, jockeys des deux derniers nommés. En revanche, Thomas Gueguen, jockey de Bipolaire, est resté à terre. Il a eu une légère perte de connaissance avant de revenir à lui et a été transporté à l’hôpital Ambroise Paré pour passer des examens. Le pensionnaire de Willie Mullins Djakadam (Saint des Saints) est rentré avec une coupure importante aux antérieurs, certainement dû à la chute des trois concurrents précités. Sainte Turgeon (Turgeon) a fait une faute au moyen open-ditch, son jockey ne pouvant éviter la chute.

Lien pedigree : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/On-the-Go.pdf

L’élevage Gabeur au firmament. Avec les victoires de Bel la Vie (2013), So French (2016 et 2017) et On the Go (2018), l’élevage de Benoît Gabeur et son épouse figure quatre fois au palmarès du Grand Steeple-Chase de Paris en six années. C’est un cas unique dans l’histoire de cette course. Cet élevage, qui n’a jamais compté beaucoup de poulinières, n’a jamais cessé de produire de très grands sauteurs, comme Long Run (Cadoudal), Master Minded (Nikos)… Grâce à Whetstone ** (Saint des Saints) et On the Go, ces éleveurs mayennais décrochent deux Grs1 supplémentaire ce dimanche à Auteuil. Visiblement ému, Benoît Gabeur nous a confié : « Que voulez-vous que je vous dise ? On the Go a été conçu alors que son père, Kamsin (Samum), faisait la monte en Allemagne. C’est la seule jument que je lui avais envoyée. Je ne l’avais pas vu en vrai mais il avait remporté trois Grs1 à 3ans sur 2.400m, le Derby allemand, le Rheinland-Pokal et le Grosser Preis von Baden Baden. Quand un 3ans est capable de gagner cela, vous ne vous occupez pas de savoir s’il est comme si ou comme ça. Ses origines plaidaient en sa faveur pour l’obstacle, avec les mêmes inbreedings et croisements qu’Esmondo (Sholokhov). C’est le fruit d’une réflexion et je devais y croire car j’ai envoyé la jument jusqu’en Allemagne [environ 1.600 km aller-retour, ndlr]. »

Saint des Saints, Poliglote… Kamsin ! Après Saint des Saints (Cadoudal) et Poliglote (Sadler’s Wells), Kamsin est désormais le troisième étalon stationné au haras d’Étreham à produire un gagnant de Grand-Steeple Chase de Paris. Ce sont les premières performances d’On the Go qui avaient motivé l’arrivée de son père en Normandie. Quatre des cinq derniers gagnants du Grand Steeple, et les deux premiers de l’édition 2018, ont donc été conçus à partir de saillies du haras de la famille Chambure. Kamsin, le père d’On the Go, a décroché un deuxième black type ce dimanche avec la troisième place d’Adjali sur les haies du Prix Stanley (L). Franck Champion, du haras d’Étreham, nous a confié au sujet de l’étalon : « Comme Poliglote, Kamsin était un cheval extrêmement dur avec de grandes performances sur 2.400m en terrain souple. Je crois énormément à ce type de profil pour faire des pères de sauteurs. Le sang allemand, qui va dans le lourd, est devenu incontournable dans l’élevage des chevaux d’obstacle. À l’image de Poliglote, Kamsin n’est pas un très beau cheval. Il a été très critiqué au départ. Ses produits sont un peu tardifs mais le moteur est là. L’étalon a tardivement été orienté vers la production de sauteurs. Il a déjà 14ans et je pense qu’il ne faut pas tarder à l’utiliser. En 2018, nous le proposons à 3.000 €. C’est presque du dumping ! Nous avons eu Saint des Saints et Poligote, aujourd’hui Kamsin… et demain Masked Marvel (Montjeu) ! »

Les deux premiers sont issus de la même souche ! On the Go est un fils de Sacral Nirvana (Mansonnien), deuxième du Prix Finot (L), qui avait été élevée par Olivier Tricot. Ce dernier est aussi l’éleveur de Perfect Impulse (Poliglote), un produit de la deuxième mère d’On the Go, Aubane (Cadoudal). Sous l’entraînement de Guillaume Macaire, Aubane avait remporté les Prix de Sagan et de Chambly (Ls). Elle a également donné Scorpio Imperator (Scorpion), lauréat du Prix Grandak 2013 et deuxième du Prix Stanley (L). Miss Dundee (Esprit du Nord), la troisième mère, a gagné le Prix Finot (L).

 

 

 

Monsun

 

 

Samum

 

 

 

 

Sacarina

 

Kamsin

 

 

 

 

 

Winged Love

 

 

Kapitol

 

 

 

 

Karlshorst

ON THE GO ** (H5)

 

 

 

 

 

 

Tip Moss

 

 

Mansonnien

 

 

 

 

Association

 

Sacral Nirvana

 

 

 

 

 

Cadoudal

 

 

Aubane

 

 

 

 

Miss Dundee