Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les confidences de Willie Mullins avant le Grand-Steeple

Courses / 16.05.2018

Les confidences de Willie Mullins avant le Grand-Steeple

De nouveau Champion trainer en Irlande cette saison, après un duel jusqu’au bout du suspense avec Gordon Elliott, Willie Mullins effectuera le déplacement à Auteuil ce week-end avec beaucoup d’ambitions… Et l’espoir de remporter pour la première fois le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1), avec Djakadam.

Par Anne-Louise Échevin

Willie Mullins, c’est la grande classe. Lorsque nous l’appelons, il est en voiture. « Vous ne me dérangez absolument pas ! Je rentre chez moi et je vais à Punchestown ensuite. C’est le début de la saison, ici en Irlande, et c’est une petite réunion en nocturne. Elle est intéressante car elle permet de courir des novices avec lesquels nous avons des espoirs pour la saison. J’y avais d’ailleurs couru Hurricane Fly… »  

Jour de Galop. – Vous faites de nouveau le déplacement en France, avec beaucoup de bons chevaux. Pourquoi venir chaque année ?

Willie Mullins. – Il faut être présent dans les meilleurs meetings avec de bons chevaux. Il est important que les meilleurs se rencontrent en compétition, pour consolider l’assise des courses d’obstacle. En plat, l’élite mondiale s’affronte régulièrement, sur tous les hippodromes du monde. Je pense que nous devrions le faire davantage en obstacle. Et évidemment, les allocations sont aussi encourageantes !

Que pensez-vous de la création d’un grand week-end de l’obstacle regroupant les Grs1 de haies et de steeple ? Est-ce mieux pour les concurrents irlandais, après Cheltenham, Aintree et Punchestown ?

Sincèrement, je préfère l’ancien système ! Il y a des plus et des moins dans ce qui est proposé à partir de cette année. Le vrai plus selon moi, c’est que la météo a des chances d’être moins caniculaire à cette date qu’en juin. Mais cela rend les belles courses d’Auteuil peut-être un peu trop proches de Punchestown, notamment pour les chevaux qui évoluent sur de longues distances. Je crois cependant que, pour les courses françaises, il est probablement mieux d’avoir toutes les belles courses sur un même week-end. Cela va permettre de mettre plus d’ambiance. C’est probablement une belle initiative de créer une sorte de Festival qui pourrait, ainsi, attirer plus de partants. J’ai hâte de venir. Je pense que c’est mieux pour l’obstacle, afin d’avoir encore plus de compétition. Les Prix La Barka et Questarabad deviennent des consolantes, ce ne sont plus des préparatoires, ce qui peut aussi être intéressant.

Djakadam est un cheval très régulier au plus haut niveau, mais il va passer un vrai test ce dimanche dans le Grand Steeple-Chase de Paris. Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Cela fait un bout de temps que nous pensons à le faire venir en France. Je pense qu’il a assez de tenue pour tenir la distance du Grand Steeple et qu’il a assez de courage pour s’attaquer aux obstacles d’Auteuil. Il est bon et mes jockeys pensent qu’il aura le mental pour bien faire.

Le début de saison a été un peu compliqué, mais il a rassuré en se classant deuxième de la Punchestown Gold Cup. Vous le pensez sur la pente ascendante ?

Je pense que lorsque je l’ai aligné dans le Christmas Chase (Gr1) de Leopardstown, je l’ai couru trop rapproché par rapport à sa rentrée. Cela peut l’avoir contrarié. Je le crois en meilleure forme actuellement. Il est probablement ma meilleure chance parmi les chevaux que j’ai déjà amenés pour courir le Grand Steeple-Chase de Paris. Il va certainement être monté par David Mullins. Ruby Walsh ne sera pas en selle ce week-end.

Dans le Prix Alain du Breil, vous avez de nombreux pensionnaires. Mr Adjudicator est déà gagnant de Gr1 et s’est classé deuxième du JCB Triumph Hurdle notamment. Saglawy est gagnant de Gr2 et Msassa doit encore faire ses preuves à ce niveau. Quelles sont leurs chances ?

C’est un très bon cheval. C’est vraiment un très bon 4ans, qui ne déçoit jamais lorsqu’il est en piste. Je pense que Paul Townend va le monter. Saglawy (Youmzain) et Msassa (Sholokhov) ont un profil différent. Ce sont des chevaux qui sont en progrès. Je suis content de les amener et de tenter ma chance avec eux.

Vous avez en revanche choisi de courir la bonne Stormy Ireland en Irlande il y a quelques jours, plutôt que dans le Prix Alain du Breil ou le Prix d’Arles. Pourquoi ?

Une Listed était parfaite pour elle, dimanche dernier, à Killarney. Mais elle pourrait cependant venir à Auteuil pour le Prix Questarabad en juin, s’il ne fait pas trop chaud !

Dans la Grande Course de Haies, vous alignez notamment Yorkhill. Il a montré beaucoup de moyens mais a été décevant cette saison. Pourquoi tenter sa chance dans ce Gr1 ?

Nous avons dû beaucoup faire évoluer son programme cette saison. Il a été vraiment décevant. Nous allons essayer de voir ce que cela donne dans cette course. Je pense qu’il n’aura pas de problèmes avec les haies françaises. Nous verrons bien.

Vous avez aussi l’AQPS Coquin Mans dans cette Grande Course de Haies d’Auteuil. Il est gagnant de Gr2 mais seulement quatrième du Punchestown Champion Hurdle…

Il a été assez décevant à Punchestown. C’est pour cela que nous faisons le choix de le rallonger en le courant dans la Grande Course de Haies d’Auteuil. Cela lui plaira davantage.

Bapaume, deuxième du Prix Alain du Breil l’an dernier, a l’avantage de connaître Auteuil. Le retour en France va-t-il lui permettre de se retrouver après une saison en demi-teinte ?

On sait qu’il est capable de bien faire à Auteuil et je pense que la distance devrait aussi lui convenir. Je suis content de l’amener en France. Je pense que les courses françaises lui plaisent finalement peut-être plus que les courses outre-Manche.

Toujours dans la Grande Course de Haies d’Auteuil, vous avez Killultagh Vic, qui reste sur une cinquième place dans la Punchestown Gold Cup.

C’est un cheval qui a gagné un Gr1 à Punchestown en 2015, sur 4.800m. Il n’aura pas de problème avec la distance et, surtout, je pense que les haies françaises vont vraiment lui plaire.

Dans le Prix Maréchal Foch, Polidam devrait être monté par Patrick Mullins, qui ne peut être en selle sur Djakadam pour des raisons de poids. Est-ce important pour lui de gagner ici ?

Patrick voulait vraiment monter Polidam (Trempolino) dans ce Prix du Maréchal Foch. Il n’a encore jamais gagné à Auteuil et il a peu d’opportunités pour le faire. C’est vraiment quelque chose qui lui tient à cœur : il aimerait beaucoup gagner sur le grand hippodrome d’obstacle français.