Grand Steeple-Chase de Paris - Rafraichissant !

Courses / 19.05.2018

Grand Steeple-Chase de Paris - Rafraichissant !

Cette première journée du week-end du Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1) a été celle de la relève, de la jeunesse triomphante. Ces derniers mois en obstacle, Gabriel Leenders, son frère Grégoire, David Cottin ou encore Mickaël Seror ont émergé au plus haut niveau dans la colonne des entraîneurs. Ce samedi à Auteuil, les noms de Mathieu Pitart et Hector de Lageneste se sont ajoutés à la liste. Installé à Chazey-sur-Ain depuis le mois de novembre, Mathieu Pitart n’a d’abord eu sous sa responsabilité que Wildriver. En quelques mois, la fille de Willywell lui a apporté sa première victoire, son premier Groupe dans le Prix de Pépinvast (Gr3) et son premier Gr1 dans le Prix Alain du Breil (Gr1). À 32 ans, Mathieu Pitart a déjà atteint les sommets de l’obstacle et son écurie est appelée à grandir.

À moins de 30 ans, Hector de Lageneste, lui, a signé sa première victoire à Auteuil comme entraîneur grâce à Eden Conti (Khalkevi), brillant lauréat du Prix Djarvis. Avec son pensionnaire, le jeune professionnel palois peut rêver aux courses de Groupe car il a laissé une belle impression. Hector et Mathieu ont fait souffler un vent de fraîcheur sur Auteuil. À l’image d’Antoine de Watrigant, peu habitué des lieux, mais vainqueur de sa première Listed en obstacle grâce à Alpha Joa (Kentucky Dynamite), gagnante du Prix d’Arles (L).

Les statistiques pourraient laisser croire qu’il n’y a que deux professionnels en obstacle en France, Guillaume Macaire et François Nicolle. Et que la réussite de ces deux derniers étouffe celle des autres. Comme en Irlande, où Willie Mullins et Gordon Elliott écrasent l’opposition et où peu de jeunes professionnels se lancent. Mais c’est faux ! La concurrence est l’essence même d’un sport et elle fait progresser. C’est parce qu’il y a Guillaume Macaire et François Nicolle, qui tirent la profession vers le haut, que des jeunes arrivent eux-mêmes au sommet. Ils n’ont pas tué la magie de l’obstacle. Il y a de la place pour les jeunes entraîneurs et la journée de samedi à Auteuil n’en est que la plus parfaite illustration.