LE SPORT PAR LE TEMPS - Des Poules bien mouvementées

Courses / 14.05.2018

LE SPORT PAR LE TEMPS - Des Poules bien mouvementées

Les deux premiers classiques français se sont disputés dimanche à ParisLongchamp, sur deux parcours différents. Olmedo a pris sa revanche sur Wootton, pour qui rien ne s’est déroulé comme prévu. Teppal a quant à elle préservé son invincibilité face à Cœur de Beauté, la principale victime du tirage au sort des numéros à la corde puis du changement de parcours.

Olmedo prend sa revanche. De retour sur le parcours des 1.600m moyenne piste (un parcours emprunté jusqu’en 1987, date du transfert des Poules sur la grande piste), l’Emirates Poule d’Essai des Poulains (Gr1) promettait un match retour entre les deux premiers du Prix de Fontainebleau (Gr3), Wootton ** (Wootton Bassett) et Olmedo ** (Declaration of War), avec comme arbitre possible Dice Roll (Showcasing), net lauréat du Prix Djebel (Gr3).

La course est partie très vite sous l’impulsion d'US Navy Flag (War Front), qui a pris la direction des opérations malgré son numéro 11 dans les boîtes. La faute du représentant Coolmore dans le tournant et le ralentissement qui s’en est suivi a perturbé bon nombre de candidats. Wootton, déjà pénalisé par un mauvais départ, a alors progressé vivement contre la volonté de son jockey. Il a fait sa course à ce moment du parcours. La phase finale a été le cadre d’une belle lutte entre Hey Gaman (New Approach), Olmedo et Dice Roll. Les écarts à l’arrivée sont infimes : encolure et nez. Olmedo est parvenu à s’imposer grâce à son accélération : il a parcouru les derniers 400m en 23’’. Le temps global, sur un terrain jugé à 3,2, est assez moyen, de 97’’72. Le record de la course sur la moyenne piste est détenu par Siberian Express en 95’’60, en 1984.

Hey Gaman, en poulain dur, a bien résisté, alors que Dice Roll confirme ses progrès de course en course.

Les temps des trois premiers

Nom Tps brut L400 m Acc. % L400
Olmedo 1’37’’72 23’’ 106,2
Hey Gaman 1’37'’’76 23’’48 104
Dice Roll 1’37’’77 23’’21 105,3

La corde, encore et toujours. L’Emirates Poule d’Essai des Pouliches a été transférée sur la grande piste suite au déroulement de la course des poulains. Sur le parcours des 1.600m grande piste, le tournant arrive 120m plus tôt que sur la moyenne piste. L’incidence des numéros de corde y est donc plus importante, car les jockeys ont moins de temps pour chercher une bonne place. Could it Be Love (War Front) a mené les opérations à un train très modéré. Elle a franchi les premiers 1.000m en 62’’36, et les premiers 1.200m en 75’’23. C’est trois secondes plus lent que ce que réalisent habituellement des chevaux de Gr1 sur ce parcours. Dans ces conditions, l’importance des places à la corde a été encore plus importante : les pouliches de tête n’ont pas brûlé d’énergie dans le parcours, ce qui leur a permis d’accélérer fort. Il était donc très difficile de revenir de l’arrière. Teppal (Camacho) a eu un parcours en or, en deuxième ou troisième position, et s’impose dans le temps de 1’37’’97, un chronomètre très modeste, à comparer avec celui de Flotilla (Mizzen Mast) en 2013 (1’34’’77), réalisé il est vrai sur un terrain plus rapide. Cœur de Beauté (Dabirsim) est la victime principale du changement de piste, avec son numéro 14 dans les boîtes. Musis Amica (Dawn Approach), longue à se mettre en jambes, est la meilleure note de la course. C’est elle qui a réalisé le meilleur chrono sur les derniers 400m (22’’20). Elle se positionne comme une grosse prétendante au Prix de Diane Longines (Gr1).

Le temps des trois premières

Nom Tps brut L400 m Acc. % L400
Teppal 1’37’’97 22’’67 108
Cœur de Beauté 1’38’’00 22’’31 109,8
Wind Chimes 1’38’’01 22’’37 109,5

City Light **, la relève. La discipline du sprint est particulièrement exigeante pour les chevaux et nous avons assisté dans le Prix de Saint-Georges à une passation de pouvoir. City Light ** (Siyouni) a fait une entrée fracassante dans la cour des grands. Après avoir patienté en troisième ou quatrième position, il est venu s’imposer au prix d’une forte accélération. Il a bouclé le parcours des 1.000m en 56’’26, un très bon temps, avec des derniers 400m couverts en 22’’20. C’est une performance du niveau de celle de Last Tycoon, lauréat en 1990. Il devrait faire mal cette année dans les courses sur 1.000m ou 1.200m.