Mobilisons-nous pour l’obstacle

Élevage / 29.05.2018

Mobilisons-nous pour l’obstacle

COMMUNIQUÉ

Par Loic Malivet, président de la Fédération des éleveurs du Galop

« Outre-Manche, nos élèves "FR" ont su s’imposer en obstacle comme de véritables porte-drapeaux de l’élevage français. Alors que la saison s’achève, le bilan de nos "Frenchies" en terres anglaise et irlandaise est révélateur d’un produit français qui s’exporte bien et se met en valeur à l’étranger, sachant s’acclimater.

Comme le soulignait la presse récemment, la moitié de l’élite des sauteurs anglo-irlandais est née en France, mettant en lumière la remarquable réussite des pur-sang et AQPS nés dans l’Hexagone.

Mais n’oublions pas les brillantes performances des élèves de nos adhérents (*) dans les Groupes de ce début de la saison d’obstacle française : The Reader (Pierre Goral) s’adjuge le premier Groupe de l’année à l’occasion du Grand Prix de la Ville de Nice ; Srelighonn (Écurie Pégase), sur sa belle lancée de 2017, enlève le Troytown ; les qualificatifs laudatifs manquent pour l’exceptionnelle De Bon Cœur (haras de Saint-Voir et Jacques Détré), lauréate des Prix Hypothèse et Juigné ; Wildrider (Raymond Bietola), profitant des explications entre Tunis et Master Dino, passe le poteau du Pépinvast en tête ; un anglo-arabe, Balkan du Pécos (haras du Pécos) est "élu" Président de la République ; le premier essai dans un Groupe, le Prix Hopper, est transformé pour Royale Maria Has (Hamel Stud) ; Edward d’Argent (Yves Geissenhoffer) s’offre le Prix Ingré, portant son score à 12 victoires pour 16 courses ;  Farlow des Mottes (E.A.R.L. des Mottes) réalise un retour tonitruant en s’adjugeant la Grande Course de Haies de Printemps ;  enfin, le Prix Léon Rambaud revient au toujours fringant Alex de Larredya (Chantal & Jean-Luc Laval). Applaudissons et saluons ces succès, démonstration de la formidable qualité de notre élevage.

Que l’excellence de ces résultats, en France comme à l’étranger, nous permette de rebondir et de promouvoir nos chevaux et nos courses auprès d’une nouvelle cible d’investisseurs en recrutant de nouveaux propriétaires. Si la qualité de nos élèves est indéniable au plus haut niveau, en revanche la quantité s’amenuise, appauvrissant le nombre de partants au détriment du sport et des enjeux. Il est indispensable d’y remédier.

Aussi, travaillons ensemble, mobilisons-nous, car il nous appartient à tous, passionnés de l’obstacle, de contribuer à revitaliser cette discipline.

Je souhaite à l’élevage français de graver les lettres "FR" sur de nombreux programmes et palmarès pour cette saison. »

(*) Le nom de l’éleveur est entre parenthèses.