PREAKNESS STAKES (GR1) - La deuxième étape du rêve American

Courses - International / 18.05.2018

PREAKNESS STAKES (GR1) - La deuxième étape du rêve American

PREAKNESS STAKES (GR1)

La deuxième étape du rêve American

Trois ans après American Pharoah (Pioneerof the Nile), Bob Baffert peut encore viser la Triple Crown. Depuis 1997, année où il a remporté le premier de ses cinq succès dans le Kentucky Derby (Gr1), tous ses gagnants ont passé sans faute le deuxième obstacle, les Preakness Stakes (Gr1). L’entraîneur a remporté deux autres succès dans les Preakness, avec des chevaux battus à Churchill Downs, et Justify (Scat Daddy) peut lui permettre ce samedi d’égaler le record qui appartient depuis 1888 à Robert Wyndham Walder. Le héros de Churchill Downs a passé quelques jours difficiles à la suite d’une infection provoquée par la boue, mais il a repris son travail et il est arrivé à Pimlico mercredi après-midi. Il est en pleine forme et lors du tirage au sort, il a hérité du 7, le même numéro qu’il avait à Churchill Downs. C’est un signe parce que dans le jargon des dés, le sept est connu comme le Big Red, le grand rouge, le surnom que Justify a gagné avec son ascension imparable.

Dix ont réussi le doublé depuis 1997. Le score des gagnants du Kentucky Derby dans les Preakness est excellent. Depuis le début de l’époque Baffert, les vingt-et-un gagnants de Churchill Downs ont couru à Pimlico et dix ont réussi le doublé. Si l’on efface le cas du pauvre Barbaro (Dynaformer) qui s’était accidenté à la sortie des boîtes, la moitié a donc confirmé sur une piste qui est assez différente, avec des tournants plus serrés, par rapport à celle de Churchill Downs. Parmi les dix qui ont été battus, trois sont tombés sur des rivaux qui avaient fait l’impasse sur le Derby ; les sept autres n’avaient pas impressionné comme Justify.

Good Magic, une revanche difficile. On peut s’attendre à une photocopie de la course de Churchill Downs. Justify est un cheval agressif, qui aime dominer, un peu comme American Pharoah. Le point commun entre les deux est aussi le lot qu’ils doivent affronter à Pimlico : sept rivaux. American Pharoah avait un mauvais numéro dans les boîtes (l’as) et quatre adversaires déjà battus dans le Derby ; Justify est opposé à son dauphin Good Magic (Curlin), au sixième Bravazo (Awesome Again) et au huitième Lone Sailor (Majestic Warrior). Ils doivent refaire respectivement deux longueurs et demie, huit longueurs et neuf longueurs et demie. Très dur. Le terrain à Pimlico risque d’être le même bourbier que celui Churchill Downs. Justify s’est bien sorti de ces conditions difficiles. Une nouvelle course sur le sloppy ou le muddy est surtout un souci pour la santé du poulain et l’avenir, plus que pour le résultat. Good Magic ne peut pas émettre de regrets sur le déroulement de course dans le Kentucky Derby. Il a été battu à la régulière et c’est assez curieux de le retrouver en piste deux semaines après. Son entraîneur, Chad Brown, n’aime pas courir les chevaux rapprochés.

Quip pour la French Connection. Le danger peut venir de chevaux qui ont fait l’impasse sur le Derby, en premier lieu Quip (Distorted Humor) qui représente la French Connection Rodolphe Brisset - Florent Géroux. Le poulain, qui appartient à deux des propriétaires associés sur Justify (WinStar et China Horse Club), s’était classé deuxième de Magnum Moon (Malibu Moon) dans l’Arkansas Derby (Gr1). La ligne de la course d’Oaklawn Park n’a pas brillé dans le Derby, mais il faut considérer les conditions difficiles. Quip, sur sa fraîcheur, peut surprendre.