Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le PMU fête ses trente ans dans les DOM

Institution / Ventes / 07.06.2018

Le PMU fête ses trente ans dans les DOM

Le PMU fête ce mois-ci ses 30 ans de présence aux Antilles-Guyane et à La Réunion. Implanté à l’été 1988, le PMU dans les DOM a trouvé ses clients dès le lancement. Aujourd’hui, la passion est intacte, les parieurs antillais et réunionnais sont parmi les plus fidèles. Le PMU est heureux de célébrer trente ans d’activité auprès d’une clientèle très attachée à ses points de vente locaux. Ce double anniversaire est marqué par des opérations promotionnelles locales dans les points de vente de La Réunion et des Antilles. Pour l’occasion, le PMU s’associe également à la Soirée tropicale organisée par LeTrot qui aura lieu vendredi 8 juin sur le Vincennes-Hippodrome de Paris.

Le PMU aux Antilles. L'arrivée du PMU en 1988 aux Antilles-Guyane était attendue depuis fort longtemps. L'activité a débuté avec quinze points de vente en Martinique, quinze en Guadeloupe et cinq en Guyane. L'engouement pour les paris hippiques ne s'est pas fait attendre, que ce soit à Cayenne, Pointe-à-Pitre ou Fort-de-France. Les rares points de vente qui hébergeaient cette nouvelle activité étaient pris d'assaut. Leur fréquentation n'a cessé de croître durant les premiers mois de lancement. Comme en métropole, il y avait trois rendez-vous hebdomadaires, le jeudi, le samedi et le dimanche. Les turfistes pouvaient trouver toutes les informations dans leurs quotidiens locaux (France-Antilles et France-Guyane) qui, pour la circonstance, avaient aménagé une pagination spécifique qui était publiée la veille de chaque Tiercé et Quarté. Un an plus tard, le Quinté + est arrivé : succès immédiat !

À l’époque, les joueurs antillo-guyanais devaient jouer la veille, à cause du décalage horaire avec la France. Le départ du Tiercé était à 5 heures du matin, heure locale. Certains établissements accueillaient le public très tard dans la nuit jusqu’à 3 heures, voire 4 heures du matin. Les paris étaient alors enregistrés sur bandes magnétiques et il fallait les traiter avant le départ du Tiercé. Au fil des années et des évolutions technologiques, les Antillo-Guyanais ont bénéficié des mêmes avantages que les parieurs de l'Hexagone. L'arrivée de la chaîne France-Courses, puis d’Equidia, avec la retransmission en direct, le traitement des informations, la prise de paris proche de l'heure du départ puis en direct, ont été autant de facteurs qui ont amélioré l'image des courses aux Antilles.

De nombreuses anecdotes jalonnent ces trois décennies. Par exemple, un animateur d'association de lutte contre l'illettrisme avait remarqué une forte fréquentation de ses cours d'alphabétisation. Après enquête, il a su que c'est l'arrivée du PMU qui avait motivé certaines personnes âgées en situation d'illettrisme et qui jusque-là étaient réticentes. Une autre personne avait remarqué : « Des individus allaient consulter un ophtalmologue pour se faire prescrire le port de lunettes, pour pouvoir jouer au Tiercé. »

Aujourd’hui, le Quinté + est de loin le pari préféré des turfistes antillo-guyanais, avec environ 40 % de part de marché. Le record de gains au Quinté + est détenu par un habitant du Lorrain (Martinique) qui a empoché, le 24 octobre 2014, la Tirelire de 6.850.000 € grâce au Numéro plus.

Le PMU à La Réunion. La Réunion a été le tout premier département d’outre-mer à avoir accueilli le PMU. Quarante points de vente s’y sont implantés en l’espace de trois mois. La notoriété du PMU n’ayant pas encore atteint l’île de La Réunion, l’équipe commerciale a dû redoubler d’inventivité pour convaincre les propriétaires de cafés et éveiller la curiosité des habitants. Très vite, les Réunionnais se sont enthousiasmés pour le Tiercé puis pour le Quinté +, attirés par les gros gains. À la différence des Antillais, les Réunionnais n’étaient pas très familiarisés avec l’univers des courses de chevaux qui leur était quasiment inconnu jusqu’à l’implantation du PMU.

Tout comme aux Antilles, l’attente des parieurs pour pouvoir bénéficier de la retransmission des courses en direct s’est vite fait ressentir dans les points de vente.

La logistique était également originale. Compte tenu de l’éloignement avec la métropole, les stocks de tickets pouvaient aller jusqu’à six mois d’avance. Partant du Havre, un bateau ravitaillait l’agence PMU de La Réunion deux fois par an, après trente jours de navigation ! Le Quinté + est le produit leader à 43 % de part de marché. Le gain record est de 8,6 millions d’euros remportés en 2013 par un joueur réunionnais.