Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Une Française dans la nouvelle promotion du Godolphin Flying Start

International / 06.06.2018

Une Française dans la nouvelle promotion du Godolphin Flying Start

Godolphin Flying Start vient d'annoncer les derniers candidats à leur formation de deux ans. La promotion 2018-2020 est composée de cinq hommes et sept femmes venant d'Irlande, d'Australie, des États-Unis, de France et du Royaume-Uni. Le Godolphin Flying Start permet aux stagiaires d’apprendre et d’expérimenter les différents aspects de la filière hippique avec des périodes à Kildare en Irlande, à Newmarket au Royaume-Uni, au Kentucky aux États-Unis, à Sydney en Australie ainsi qu’à Dubaï. Cinquante pour cent des diplômés du Godolphin Flying Start sont ensuite devenus des dirigeants et sont basés aux quatre coins du monde. Ils travaillent dans les médias, l’entraînement, l'élevage, les ventes, les métiers de consultant, la médecine vétérinaire, le marketing, etc.

La nouvelle promotion 2018-2020 est composée de :

Nicholas Archdale (GB)

Lucy Blake (IE)

Corbin Blumberg (US)

John Bourke (IE)

Samantha Cripps (US)

Luke Evans (GB)

Liza Hendriks (US)

Amélie Lemercier (FR)

Annise Montplaisir (US)

Niall O’Connor (GB)

Isabella Paul (GB)

Anna Power (AU)

Amélie Lemercier : « J’ai un profond attachement pour notre filière française »

Amélie Lemercier, travaillant actuellement au service marketing des Aga Khan Studs, est l’unique Française de la nouvelle promotion. Elle nous parle de son parcours, son souhait d’intégrer le Godolphin Flying Start et ses projets futurs.

Jour de Galop. – Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

Amélie Lemercier. – Mon père était entraîneur de trotteurs, j’ai donc grandi dans le milieu du trot et je suis passionnée de courses hippiques depuis mon plus jeune âge. Tous ces dimanches passés sur les hippodromes m’ont donné ce sincère attachement pour l’animal et le sport.

C’est en parallèle de mes études de commerce et de marketing que j’ai découvert cette filière passionnante du pur-sang, notamment en intégrant l’équipe d’élevage des Frères Wertheimer à Deauville. Au sein de cette structure, Pierre-Yves Bureau m’a beaucoup appris et aidé à comprendre cette filière et l’activité d’élevage. Entre deux années d’études, j’ai travaillé en Irlande et en Nouvelle-Zélande pour acquérir une expérience internationale et cela m’a vraiment confortée dans l’idée que je souhaitais continuer à travailler dans ce milieu. Après un stage de fin d’études réalisé avec l’agence marketing de Coolmore, Primus, et suite à l’obtention de ma licence, j’ai rejoint l’équipe des Aga Khan Studs en tant qu’assistante marketing, il y a quatre ans.

J’ai beaucoup appris au sein des Aga Khan Studs, et notamment avec Aline Giraud et Georges Rimaud. C’est une équipe formidable, qui a fait preuve de beaucoup de pédagogie, et riche d’un excellent savoir-faire dans de nombreux domaines. En parallèle de mon travail, j’ai eu la chance de pouvoir créer et cogérer l’écurie de groupe High Heels Racing avec trois amies, et aussi de pouvoir m’impliquer bénévolement dans l’association Au-delà des Pistes en intégrant son comité de pilotage.

Qu’est-ce qui vous a motivé à intégrer le Godolphin Flying Start ?

Le Godolphin Flying Start est une formation reconnue, qualifiante et très complète, la seule qui existe à ce niveau dans notre filière, avec un programme de formation riche dans divers domaines. À un certain stade, j’ai eu le sentiment d’avoir besoin d’améliorer les compétences que j’ai acquises jusqu’ici en marketing, mais aussi de découvrir d’autres domaines du secteur économique que je connais moins et dans lesquels je pense qu’il est nécessaire d’accroître ses connaissances et compétences pour améliorer son expertise, sa vision globale du secteur économique et du marché. Ce que permet le Godolphin Flying Start sans aucun doute. Dans ce cadre, le fait de pouvoir observer et travailler dans ce qui se fait de mieux à travers le monde, associé à l’idée de pouvoir bénéficier de ce pointilleux programme de formation, étaient les arguments principaux dans ma décision de postuler. Le Godolphin Flying Start permet également de rencontrer de nombreux professionnels qui excellent dans leurs activités et de comprendre leur fonctionnement ainsi que leur point de vue. Enfin, je pense que ce programme offre des opportunités professionnelles d’envergure, ce qui est un véritable atout.

Quels sont vos projets futurs ?

J’aborde le futur sous deux angles. D’abord à court terme, je connais mon domaine de prédilection, le marketing des haras commerciaux, et les compétences qui y sont liées, dans ce sens, je vais progresser et continuer d’apprendre sur ce sujet et je l’espère, dans d’autres modèles d’activités comme les agences de ventes, les autorités hippiques, les consignataires, etc. La communication hippique, le propriétariat, ainsi que le concept d’écurie de groupe sont aussi des thèmes que j’affectionne beaucoup et que je trouve passionnants, j’ai pu le découvrir avec la création d’High Heels Racing, notamment. En France, nous avons certainement une marge de progression sur ces différents sujets et nous rencontrons aussi diverses problématiques, il sera ainsi très intéressant d’étudier les schémas étrangers et de réfléchir à ce qui pourrait être adapté en France, par exemple.

Et à plus long terme ?

Si je poursuis dans mon domaine, un poste de responsable marketing ou commercial au sein d’une entreprise commerciale est un objectif cohérent. Par ailleurs, travailler sur la promotion de notre sport, l’amélioration de l’image des courses au sein d’une institution peut être une bonne piste de travail. L’éventualité de pouvoir créer une entreprise basée sur mes compétences acquises et à venir en communication peut également être un projet passionnant. Tout cela dépendra des opportunités qui se présenteront à moi. J’ai un profond attachement pour notre filière française et l’idée de revenir en France à l’issue de cette formation m’est très plaisante. Toutes les options professionnelles seront à considérer.