Il y a un peu de Sicambre dans ce Kew Gardens…

Courses / 16.07.2018

Il y a un peu de Sicambre dans ce Kew Gardens…

Quel est le point commun entre Kew Gardens (Galileo) et Sicambre (Prince Bio) ? Le plus évident, c’est que les deux chevaux ont remporté le Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr1). Le premier, samedi dernier, et le second… en 1951. Mais ils ont aussi une aïeule en commun. Sif (Rialto), la mère du champion de Jean Stern, se retrouve dans le pedigree de Kew Gardens. Et c’est presque un miracle…

Les archives de l’INA permettent de voyager dans le temps. Il y a plus de soixante ans, un authentique crack s’imposait dans le Grand Prix de Paris devant plus de 100.000 personnes. Le poulain de Jean Stern a déjà gagné les Prix de Guiche, Greffulhe, Hocquart, et du Jockey Club, mais aussi le Grand Critérium à 2ans. Sur les 3.000m du parcours de l’époque, il ne résiste que d’une encolure à Lavarède. Ses jambes ne lui permettront pas ensuite de disputer l’Arc de Triomphe. Pour revivre ce moment d’histoire à Longchamp, cliquez ici : http://www.ina.fr/video/AFE85004119.

Sicambre aurait pu ne jamais voir le jour. Son père, Prince Bio, fut sauvé d’une fracture au genou. Sa mère, Sif, débuta sa carrière au haras sous la responsabilité de Jean Couturié, mais fut emmenée en Allemagne en 1944, alors pleine de Le Gosse. Elle ne revint en Normandie, au haras de Nonant-le-Pin, qu’en 1946. Il se dit même que ses détenteurs allemands étaient bien contents de se débarrasser d’une aussi mauvaise jument ! En 1947, Jean Stern la fit saillir par Prince Bio, un lauréat de la Poule d’Essai des Poulains dont les premiers produits n’avaient pas encore débuté. Ainsi naquit Sicambre, qui a marqué l’histoire du haras de Saint-Pair-du-Mont, où il fit toute sa carrière d’étalon. Sif était une excellente jument de course, lauréate du Finlande et quatrième du Prix de Diane, et devint une poulinière encore plus performante.

Outre Sicambre, elle donna avec Prince Bio, en 1952, Senones, une lauréate de Pénélope. Senones a engendré le champion Snob II (Mourne), Sigebert (Alizier), deuxième d’un Arc, et Servilia (Auréole), moins douée que ses frères en piste. C’est par cette branche que l’on arrive à Chelsea Rose (Desert King), la mère de Kew Gardens. Servilia est la quatrième mère de Chelsea Rose, lauréate en son temps des Moyglare Stud Stakes (Gr1).

Chelsea Rose avait réalisé le top price de la vente d’élevage de Goffs en 2012. Présentée par Airlie Stud, elle avait été adjugée 450.000 € à BBA Irlande. À cette date, Chelsea Rose, pleine de Tamayuz, avait donné un vainqueur, Hamlool (Red Ransom), par ailleurs placé de Listed. Deux ans plus tard, sa pouliche, Thawaany (Tamayuz), remportait le Prix de Ris-Orangis (Gr3) avant de se classer deuxième du Maurice de Gheest (Gr1), pour les couleurs du cheikh Hamdan Al Maktoum. Kew Gardens, élève de Barronstown Stud, est son premier gagnant de Gr1. Elle n’a depuis rencontré que Galileo…