Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

INTERNATIONAL - Justify, la probable fin de carrière d’un champion…

International / 25.07.2018

INTERNATIONAL - Justify, la probable fin de carrière d’un champion…

Par Franco Raimondi

Ce samedi à 15 h 40 heure locale, après la quatrième course, Justify (Scat Daddy) se rendra dans le paddock de Del Mar. Il défilera devant les turfistes du sud de la Californie. Ces derniers ne l’ont vu qu’à la télévision, pour chacune de ses sorties. Le héros de la Triple Crown fera quelques tours au rond de présentation, une petite promenade devant les tribunes, avant de revenir dans le barn de Bob Baffert. Il ne s’agit pas d’un schooling, c’est-à-dire d’un tour de repérage avant une course. C’est tout simplement un cadeau de l’entourage du champion aux turfistes, au public et à l’hippodrome. Il sera précédé par une session d’autographes du pilote Mike Smith à Plaza de Mexico, en plein cœur de la ville.

Dans l’expectative. L’avenir de Justify sur les pistes reste entre parenthèses. Le champion a été transféré à Del Mar, mais il n’a pas encore repris l’entraînement. Il y a neuf jours, il a été sorti de ses quartiers d’été pour être montré à la presse. Bob Baffert n’a pas su dire si, et quand, Justify serait revu en piste. L’entraîneur avait déclaré ce matin-là aux journalistes : « Nous sommes dans l’expectative. Notre travail, c’est surtout de le maintenir à 100 %. Il faut faire preuve d’un peu de patience. J’aimerais bien sûr le garder à l’entraînement. C’est un cheval à part, même le matin. »

Quand le doute s’installe. Baffert avait annoncé qu’il serait en capacité d’en dire plus deux semaines plus tard. C’est-à-dire au début du mois d’août. Mais ce lundi, un des propriétaires de Justify, Jack Wolf, qui représente les intérêts de Starlight Racing, a émis des doutes sur le possible retour du crack. Il a déclaré à Bloodhorse : « La décision concernant la carrière de Justify revient à Elliott Walden, le manager de WinStar, et à Bob Baffert. En tant qu’observateur et fan des courses, je serais très surpris s’il était revu en piste. D’un point de vue économique, j’aimerais qu’il continue à courir, pour gagner l’Haskell Invitational, les Travers Stakes ou la Breeders’ Cup Classic. Mais je ne suis qu’un associé minoritaire. » Starlight Racing avait acheté 15 % de la carrière de course de Justify après ses débuts gagnants. Depuis, le cheval a gagné 3,75 millions de dollars d’allocations. Toujours selon Jack Wolf, le poulain a presque assuré à son groupe un retour sur investissement… avec en plus le bénéfice d’avoir participé à l’aventure de la Triple couronne. Les associés de Starlight Racing ne peuvent donc pas se plaindre, même si Justify ne court plus jamais…

Count Fleet, le seul qui n’a pas couru après Belmont. Dans le cas où Justify quitterait l’entraînement, il signerait un autre record en devenant le premier lauréat de la Triple Crown à prendre sa retraite en tant qu’invaincu. Count Fleet (Reign Count), le héros de 1943, est le seul parmi les douze qui l’ont précédé à ne pas avoir recouru après les Belmont Stakes. Presque tous les autres ont aussi fait carrière à 4ans. American Pharoah (Pioneerof the Nile) a fait ses adieux en gagnant dans la Breeders’ Cup Classic. Jack Wolf a ajouté : « À la place de Coolmore, je ferais le choix de mettre fin à sa carrière sportive. » Difficile de savoir s’il s’agit du véritable avenir du cheval ou d’une simple confidence faite à un journaliste entre deux cocktails.

Breeders’ Cup, le seul objectif possible. En restant assis devant un bon cocktail, on peut rajouter quelques chapitres à cette histoire. La condition sine qua non à nos divagations est que Justify puisse reprendre l’entraînement afin d’avoir des objectifs avant la fin de saison. Il est au pas et, dans le meilleur des cas, il peut aller sur la Breeders’ Cup Classic, avec peut-être une course de préparation. L'Haskell Invitational de dimanche, à Monmouth Park, n'est pas envisageable. Tout comme les Travers Stakes à Saratoga. Ce qu’a déjà accompli Justify en 108 jours, la Triple couronne, était franchement impossible à imaginer. Un retour après ses ennuis de santé serait un deuxième miracle, surtout pour un cheval à la pointure XXL, qui galope en puissance…

Il n’a pas d’adversaires. La façon dont il a dominé les 3ans ne laisse pas de doutes sur sa supériorité et, parmi les poulains qui sont restés dans le coton pendant les courses de la Triple Crown, on n’a pas vu un candidat capable de le battre. Chez les chevaux d’âge c’est pareil : aucun danger pour un Justify en pleine forme. L’entourage du crack doit donc juger s'il faut jouer la carte du retour à la compétition avec un cheval qui ne sera pas forcement au sommet de sa forme, même s'il n'est pas diminué.

Une décision commerciale. C’est aussi un choix délicat pour l’avenir d’étalon de Justify, qu’il soit stationné à Coolmore ou dans un autre haras. Le retirer en gagnant invaincu de la Triple Crown est  fascinant pour un turfiste, mais les turfistes n’achètent pas de saillies. Un lauréat de la Triple Crown n’ayant pas couru après les Belmont Stakes peut créer des doutes chez les éleveurs. Imaginez-vous les pessimistes éternels disant : il est le meilleur d’une génération moyenne. Ou encore les éleveurs à l’ancienne qui aiment un étalon affichant une longue carrière et sont prêts à lui pardonner une défaite mais pas l’abandon des pistes prématuré. Voici un beau cocktail d'éléments pour discuter en attendant le miracle !