Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

J.R.H.A. SELECT YEARLING SALE - Tous les records battus, et pas que pour Deep Impact !

International / 09.07.2018

J.R.H.A. SELECT YEARLING SALE - Tous les records battus, et pas que pour Deep Impact !

La vente de yearlings J.R.H.A. a battu tous les records et a surtout changé de visage. L’année dernière, on pouvait lui accoler la griffe "Deep Impact Sale" parce que sept des dix lots les plus chers étaient par le champion sire, responsable à lui seul de huit des quinze sujets vendus à plus de 100 millions de yens (773.000 €). Ce lundi, 23 lots ont été adjugés à plus de 100 millions, dont 11 par Deep Impact, et parmi les dix top-lots, on trouve la moitié de produits d’Impacto. Ce qui est plus qu'anecdotique : les trois top-lots sont issus de poulinières qui ont couru dans l’hémisphère sud, une en Nouvelle-Zélande et deux en Argentine. Le chiffre d’affaires a progressé de 12 % et s’est fixé à 9,674 milliards de yens (74,5 millions d’euros) pour 211 vendus à un prix moyen de 45,850 millions de yens (353.000 €). Les 22 yearlings par Deep Impact ont engendré un chiffre d’affaires de 2,431 milliards de yens, soit 25,1 % du total. L’année dernière, ses 21 yearlings pesaient pour 28,5% du chiffre d’affaires. Katsumi Yoshida, tête de liste des vendeurs via Northern Farm, a dit : « Le chiffre d’affaires et le prix moyen ont progressé largement plus que ce à quoi je m’attendais. Les beaux chevaux ont été très bien vendus et je suis très content parce que d’autres étalons ont eu un très bon accueil du marché. » 

Le top pour Deep Impact. Deep Impact est le père du top price, un mâle issu de King’s Rose (Redoute’s Choice), gagnante de Gr1 en Nouvelle-Zélande, qui est propre frère du lauréat de Gr3 Satono Arthur. C’est à 250 millions de yens (1,926 millions d’euros) que Masahiro Noda, de Danox Co, a eu le dernier mot. L’acheteur a déclaré : « C’est un très beau poulain, même si je ne pensais pas aller si loin pour l’avoir. Le marché est très fort et je ne voulais pas le perdre. » Le deuxième prix, 240 millions de yens (1,849 millions d’euros), a été payé par Yoshihisa Ozasa qui a investi sur un mâle par King Kamehameha (Kingmambo), deuxième produit de la championne argentine Miss Serendipity (Not For Sale), gagnante de Gr1 dans son pays et aux États-Unis.

Heart’s Cry sur la montante. Les résultats en piste ont fait monter la cote de Heart’s Cry (Sunday Silence), qui a eu quatre sujets adjugés à plus de 100 millions de yens. Riichi Kondo s’est offert le troisième prix de la vente, un poulain issu de la lauréate du Prix de Diane argentin Life for Sale (Not for Sale). Le marteau est tombé à 230 millions de yens (1,772 millions d’euros) et le propriétaire, qui était avec l’entraîneur Yasuo Tomomichi, a dit : « Mon entraîneur m’avait recommandé ce poulain qui est, en plus, par Heart’s Cry, mon étalon préféré. » L’entraîneur a ajouté : « Je pense qu’il est un cheval typique de 2.400m, il se déplace très bien et il était le plus beau yearling de la journée. »

Le fils de Nova Hawk top des français. Le top price parmi les yearlings issus des poulinières "FR" ou entraînées en France a été payé par Hajime Satomi qui s’est adjugé un mâle par Deep Impact et la belle Nova Hawk (Hawk Wing) à 160 millions de yens (1,232 million d’euros). Le mâle par Heart’s Cry et Samaaha (Singspiel) n’avait pas une bonne position dans le catalogue, avec son numéro 1, mais Makoto Hayamo a dû poser une enchère de 135 millions de yens (1,04 million d’euros) pour l’avoir. Le troisième "français" à plus de 100 millions est un mâle par Just a Way (Heart’s Cry) et la lauréate du Prix de Royallieu (Gr2) Maria Royal (Montjeu). C’est Tatsuo Tanikake qui l’a pris à 125 millions de yens (963.000 €).

Un Le Havre à 462.000 € et le profit American Pharoah. En plus des produits issus des poulinières françaises, il y avait aussi un yearling par Le Havre (Noverre) et Notte Bianca (Kendargent), troisième du Critérium de Saint-Cloud (Gr1). C’est à 60 millions de yens (462.000 €) que Keizo Ooshiro a eu droit à son rêve français. Le seul produit d’American Pharoah (Pioneerof The Nile) a fait monter les enchères à 180 millions de yens (1,386 million d’euros) et il est passé à la casaque Danox. Katsumi Yoshida avait acheté la mère, Crisp (El Corredor), lauréate des Santa Anita Oaks, quand elle était pleine du héros de la Triple couronne, pour 350.000 $. Quel joli profit !