Le mot de la fin - Science

Courses / 14.07.2018

Le mot de la fin - Science

Depuis des décennies, les entraîneurs attachent la langue de certains chevaux pour qu’ils respirent mieux. Mais, jusqu’alors, l’aide que cette pratique apporte n’avait été mesurée qu’empiriquement. Un vétérinaire canadien a entrepris de réaliser une étude scientifique sur les bienfaits apportés par cette pratique, basée sur 12 pur-sang, équipés ou non d’un attache-langue. L’équipe du docteur Chalmers a notamment réalisé des images échographiques des voies respiratoires hautes. Le verdict est sans appel : non seulement un cheval avec la langue attachée respire mieux, surtout s’il est victime à l’effort d’un déplacement du voile du palais, mais cette pratique, sujette à caution pour les défenseurs du bien-être animal, n’entraîne pas d’inconfort pour le cheval.