STARS DE DEAUVILLE - Calyx, un joyau pour le Darley Prix Morny

Courses / 21.07.2018

STARS DE DEAUVILLE - Calyx, un joyau pour le Darley Prix Morny

Deauville, ses parasols, ses planches, ses stars… Durant l’été, ce sont les chevaux, les vraies vedettes de la station balnéaire. En guise de mise en bouche, voici le portrait de quelques-uns des chevaux qui devraient faire l’actualité lors du meeting de Deauville. Aujourd’hui, focus sur un 2ans qui est bien parti être la star du Darley Prix Morny (Gr1) : Calyx.

Invaincu en deux sorties, gagnant de trois courses. Si on vous demande votre plus belle impression de Royal Ascot, il y a de fortes chances pour que la réponse soit Alpha Centauri (Mastercraftsman) ou Calyx (Kingman). Vous avez de la chance, tous les deux devraient venir à Deauville ! Calyx a le Darley Prix Morny en ligne de mire. Ce représentant du prince Khalid Abdullah, entraîné par John Gosden, est invaincu en deux sorties dont un Gr2. Pas mal pour un poulain n’ayant débuté que le 9 juin. Pour ses débuts à Newmarket, il démolit l’opposition, s’imposant par cinq longueurs. Le style est tellement impressionnant qu’il amène John Gosden à faire quelque chose de peu habituel pour lui : le présenter au départ des Coventry Stakes (Gr2), seulement dix jours plus tard, à Royal Ascot. L’homme au chapeau a eu bien raison.

Calix survole les Coventry Stakes et il le fait dans un style assez époustouflant pour un 2ans n’ayant qu’une sortie dans les jambes. Il gagne non pas une course, mais deux courses : les Coventry Stakes, d’une longueur devant Advertise (Showcasing), qui a répété depuis, mais il gagne aussi la course de son peloton, celui venu le long de la lice extérieur. Il gagne cette course-là par six longueurs et demie. Peu importe, seule reste l’arrivée officielle, me direz-vous ! Oui, mais, pour un 2ans aussi inexpérimenté, s’imposer aussi isolé sur la piste en longeant une foule de hauts-de-forme et autres chapeaux à plumes en délire, ce n’est pas rien…

Signé Kingman. La présence de Calyx aura une saveur particulière. Elle nous remettra en mémoire la victoire de son père, Kingman (Invincible Spirit), dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1) en 2014. Kingman était entraîné par John Gosden. Quand l’entraîneur fait des points de comparaison entre le père et le fils, mieux vaut l’écouter et le prendre au sérieux : « Il est bourré de talent, son père était extrêmement talentueux et il l’est comme lui. »

Frankie Dettori, qui a déjà monté des 2ans qui en avaient sous le capot – Lady Aurelia, Shalaa ou Dabirsim pour ne prendre que des exemples récents – a de son côté dit : « C’est vraiment spécial ce qu’il a fait. Pour un poulain n’en étant qu’à sa deuxième sortie, galoper tout seul ainsi est vraiment signe de qualité. La manière dont il a fait décanter la course est impressionnante. Peu de 2ans sont capables de le faire. » Vous voilà prévenus.