Siyouni et Sea the Stars au top à BBAG

International / 31.08.2018

Siyouni et Sea the Stars au top à BBAG

BBAG JAHRLING AUKTION

Godolphin s’offre un Siyouni à 280.000 €

À l’heure où nous écrivons ces lignes c’est un poulain par Siyouni (Pivotal) et une pouliche par Sea the Stars (Cape Cross) qui sont codétenteurs du top price, ce vendredi chez BBAG, pour la grande vacation allemande de yearlings. Carola Ortlieb, la directrice de l’agence de vente, nous a dit : « Les acheteurs internationaux continuent à s’intéresser aux vacations et aux chevaux allemands. Certains vendeurs ont pu tirer leur épingle du jeu et dans l’ensemble les haras sont satisfaits. Avant la vente, nous savions que le marché des yearlings n’est actuellement pas évident»

Les deux tops ont été vendus pour 280.000 € sur le coup de 18 h 30, alors qu’il restait encore une soixantaine de yearlings à vendre. Godolphin a eu le dernier mot pour le lot 200, un mâle par Siyouni et Waldtraut (Oasis Dream), placée dans le Preis der Diana (Gr1) et dans les German 1.000 Guineas (Gr2). C’est Matt Coleman qui a signé le bon pour Godolphin et il a commenté : « David Loder et Anthony Stroud l’ont beaucoup aimé. Il est issu d’un très bon élevage et il est le produit d’un étalon confirmé. La mère a donné un bon 3ans comme Woodmax (Maxios). C’est un très beau poulain, avec un bon physique et une bonne attitude. »

La pouliche par Sea the Stars, le lot 76, est le troisième produit de la gagnante de Gr3 à 2ans Monami (Sholokhov), une demi-sœur de la lauréate de Gr1 en Italie, Meridiana (Lomitas). C’est Tom Goff de Blandford Bloodstock qui a posé l’enchère gagnante et il nous a dit : « C’est pour un de nos clients et nous ne savons pas encore qui sera son entraîneur. Elle est très belle et issue un haras de grande qualité. Je l’aime beaucoup»

Godolphin dans la souche de Novellist. Godolphin a acheté un autre lot à plus de 200.000 €. Il s’agit d’un mâle par Golden Horn (Cape Cross), élevé par Christoph Berglar, l’éleveur du champion Novellist (Monsun). La mère du poulain Ninfea (Sakhee), placée black type, est une demi-sœur de Novellist, lauréat des King George VI and Queen Elizabeth Stakes (Gr1), du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) aussi bien que du Grosser Preis von Baden (Gr1) et du Gran Premio del Jockey Club (Gr1). Moyennant 205.000 €, le poulain est passé sous les couleurs de Godolphin.

Un fils d’Amaron à 160.000 €. Quatorze sujets ont dépassé le cap des 100.000 € à 18 h 30. Le prix le plus élevé pour un produit d’un étalon officiant en Allemagne est revenu à une pouliche de la première génération d’Amaron (Shamardal), gagnant de Gr1 en Italie. Meridian International a eu le dernier mot à 160.000 € pour une pouliche par le jeune étalon. C’est un produit d’une demi-sœur de Rock my Love (Holy Roman Emperor), récente deuxième du Prix de la Nonette.

Un Soldier Hollow pour l’Australie. L’étalon Soldier Hollow (In the Wings) a encore été très populaire avec quatre lots à plus de 100.000 €. L’u deux a été acheté à 120.000 € par lAustralien Justin Bahen. Le courtier, basé à Hongkong, a été très actif, sous l’entité Orbis Bloodstock, dont il est le Racing et Bloodsock director. Il a acheté cinq yearlings pour 331.000 € et il nous a confié : « Les yearlings achetés feront un mois de vacances avant de rentrer en quarantaine en Allemagne et ensuite ils partiront pour l’Australie. Ils seront mis au pré et débourrés plus tard en 2019. Ils auront ainsi la chance de bénéficier du beau temps et de se prendre de la maturité. »

La politique Orbis. Justin Bahen a ajouté : « L’objectif est d’avoir des chevaux pour les bonnes courses de tenue. En Australie, il y a des allocations très intéressantes dans ce créneau. C’est devenu presque impossible d’acheter en Europe un cheval à l’entraînement qui peut se montrer compétitif dans ce genre de courses. Nous avons donc décidé de changer d’approche. Orbis Bloodstock est opérationnel depuis un an. Nous avons quelques chevaux à l’entraînement chez Joseph O’Brien en Irlande, dont un a gagné l’autre jour. Orbis Bloodstock est encore jeune, mais nous avons soixante chevaux en Australie. J’ai eu de la chance en dénichant en France un bon cheval comme Home of the Brave (Starspangledbanner). Je l’ai vendu à Godolphin. Il a gagné deux Grs3 en Angleterre avant de partir pour l’Australie. Les chevaux allemands sont très durs. Ceux que j’ai achetés sont des athlètes, avec de bons pedigrees. Mais j’ai surtout regardé le modèle. »