DARLEY PRIX MORNY (GR1) - Pretty Pollyanna, l’autre fille de son père !

Courses / 19.08.2018

DARLEY PRIX MORNY (GR1) - Pretty Pollyanna, l’autre fille de son père !

DARLEY PRIX MORNY (GR1)

Pretty Pollyanna, l’autre fille de son père !

Les pouliches sont habituellement plus précoces que les mâles, mais il faut quand même une très très bonne pouliche pour gagner le Darley Prix Morny (Gr1). Pretty Pollyanna (Oasis Dream) est la deuxième femelle au palmarès de la course lors des dix dernières éditions. Elle s’est imposée de trois quarts de longueur, une marge identique à celle de Lady Aurelia (Scat Daddy), dans un chrono (1’10’’24) un peu plus rapide que celui de l’américaine qui avait bouclé les 1.200m en 1’10’’61. Tout comme Lady Aurelia, la belle Pretty Pollyanna a battu une femelle, mais les deux ne peuvent pas être plus différentes. La pensionnaire de Wesley Ward a montré ensuite qu’elle était une bombe sur 1.000m, alors que celle de Michael Bell a le profil d’une pouliche de 1.000 Guinées. Frankie Dettori, pilote de la dauphine, Signora Cabello (Camacho) a bien résumé le profil de la gagnante : « Ma pouliche a couru extra, elle a tenu les 1.200m, mais l’autre a mieux couru et tient plus… »

Signora Cabello lui a donné une course. Pretty Pollyanna était la favorite logique de la course et elle s’est montrée digne de ce statut. Elle est partie vite en pleine piste et s’est installée en tête du peloton qui n’a pas prêté attention à Comedy (Dandy Man). Cette dernière a fait son sprint de 600m le long du rail avant de lâcher prise. Très bien posée, Pretty Pollyanna a attendu les attaques et s’est vite équilibrée quand Signora Cabello a prononcé son effort au poteau des derniers 400m. La représentante de Phoenix Thoroughbred est venue pour un instant sur la ligne de Pretty Pollyanna qui a alors placé un second changement de vitesse. Les deux se sont détachées de quatre longueurs, alors que True Mason (Mayson) est venu décrocher la troisième place devant l’irlandais Land Force (No Nay Never).

Michael Bell, 100 % dans le Morny. C’est bien la meilleure qui a gagné et son entraîneur, Michael Bell, a maintenu son score parfait dans le Darley Prix Morny : Pretty Pollyanna est sa deuxième partante et sa deuxième lauréate, vingt-quatre ans après Hoh Magic (Cadeaux Généreux). L’entraîneur anglais a expliqué : « C’est une super pouliche et ce que j’aime le plus, c’est que son meilleur furlong est toujours le dernier. Elle a placé une autre accélération pour finir et ça promet beaucoup. Je pense qu’elle tiendra le mile, elle vient d’une souche de tenue. »

Une pouliche de Guinées. Pretty Pollyanna a parcouru les derniers 600m en 35’’07, un temps partiel plus lent que celui de Beyond Reason dans le Shadwell Prix du Calvados (Gr2). Les derniers 200m ont en revanche été couverts en 11’’49, ce qui est bon dans une course menée rondement. Sa cote dans les 1.000 Guinées est descendue de 12 à 8/1. Michael Bell n’a pas l'intention de la courir cette année sur 1.600m. Le professionnel a dit : « Elle est engagée dans les Moyglare Stud Stakes (Gr1), sur 1.400m, avec une option alternative dans les Cheveley Park Stakes (Gr1). »

Curragh ou Newmarket ? L’entourage de Signora Cabello espère bien que Pretty Pollyanna fera le déplacement en Irlande… Lanfranco Dettori a dit : « Je suis très content de la pouliche, elle a progressé par rapport à son succès dans le Prix Robert Papin (Gr2) et a tenu les 1.200m. C’est une pouliche pour les Cheveley Park Stakes, mais la gagnante m’a vraiment impressionné. » L’entraîneur John Quinn a ajouté : « La pouliche a fait une course exceptionnelle, j’y ai cru un moment. Les 1.200m sont bien dans ses cordes. On peut penser aux Cheveley Park et aussi à la Breeders’ Cup Juvenile Turf Sprint. »

True Mason, pas de regrets. L’écart à l’arrivée ne laisse pas place aux regrets. True Mason a tracé un bon parcours et tôt ou tard il trouvera son Groupe. Son entraîneur, Karl Burke, a expliqué : « C’est un bon poulain, mais à ce niveau, sur ce terrain et face à de tels chevaux, P.-J. McDonald m’a dit que c’était trop dur pour lui. Il aurait apprécié un terrain plus souple, mais nous n’avons aucun regret. Il signe une belle performance, face à de bonnes pouliches. Nous pourrions l’envoyer vers Newmarket en septembre, en espérant avoir un terrain plus souple. Cette année, nous réalisons une saison de rêve en France. C’est un poulain que j’ai choisi avec Mark Crossman aux ventes. C’était un yearling remarquablement bien fait. Il est bai avec un peu de blanc, comme Laurens ! »

Sexy Metro, un jour sans. Avant la course, on pouvait penser qu’une bagarre de vitesse aurait servi Sexy Metro (Diamond Green), mais l’écart entre Signora Cabello et le français est passé d’une encolure à presque sept longueurs. Son entraîneur, Didier Guillemin, nous a dit : « Aujourd’hui, il nous déçoit un petit peu par rapport à sa performance dans le Robert Papin, où il avait fini plus près de Signora Cabello. Je pensais qu’il allait faire mieux que cinquième. Il n’a pas eu la même tonicité que la dernière fois. Il a peut-être eu du mal à se remettre de sa dernière course. Nous allons l’engager dans le Lagardère. Vu ce qu’il nous a montré aujourd’hui, il peut peut-être tenir. Il faudra le revoir. » Le résultat est très mauvais pour les 2ans français et on a le courage de le reconnaître.

Bill Gredley et ses deux Pollyanna

Bill Gredley avait ses chevaux bien avant la naissance d’Amer Abdulaziz, le manager de Phoenix Thoroughbreds, propriétaire de Signora Cabello. Propriétaire passionné et éleveur, il garde un enthousiasme de jeune homme, alors qu’il a dépassé les 80 ans. Il nous a confié avant de monter sur le podium pour la remise des trophées : « Je suis doublement content, comme propriétaire et éleveur de la pouliche qui est nommée d’après ma fille Pollyanna. » La Pollyanna à deux jambes est la femme du jeune entraîneur George Scott, l’un des professionnels qui travaillent pour la casaque jaune, manches noir et jaune, du patron.

Lien pedigree : http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Pretty-Pollyanna.pdf

La souche de User Friendly. Ces couleurs sont bien connues par les turfistes en Angleterre et Pretty Pollyanna est presque une fille pour Bill Gredley. Elle vient de la même souche que la championne User Friendly (Slip Anchor) qui avait subi sa première défaite dans l’Arc de Triomphe — deuxième de Carnegie — après avoir remporté les Oaks, les Irish Oaks, les Yorkshire Oaks et le St Leger. L’éleveur nous a dit : « Je travaille sur cette souche depuis plus de trente ans et j’ai connu une très belle réussite avec. J’ai cherché un peu de vitesse avec Oasis Dream et apparemment le croisement a très bien fonctionné. »

Pretty Pollyanna a donné à son père Oasis Dream (Green Desert) un deuxième succès dans le Prix Morny après celui d’Arcano en 2009. C’est une bonne réponse au marché qui n’aime plus l’étalon de Juddmonte malgré sa réussite constante, et sa cinquantaine de gagnants de Groupe dont une dizaine d’étalons avec en tête le jeune Muhaarar. Oasis Dream a brillé cette année à Deauville avec Polydream, lauréate du LARC Prix Maurice de Gheest (Gr1). Les éleveurs qui ont profité de cette inexplicable perte de popularité ne regretteront pas d’avoir investi 30.000 £ pour une saillie.

Les regrets seront pour tous les acheteurs qui ont obligé Bill Gredley à racheter pour 50.000 Gns la future lauréate du Prix Morny à Tattersalls. Sa page de catalogue valait beaucoup plus que cela. La mère, Unex Mona Lisa (Shamardal), inédite, avait déjà produit deux gagnants sur deux foals. La deuxième mère, Friendler (Zafonic), en a donné cinq, dont Gender Agenda (Holy Roman Emperor), lauréate de Gr3 aux États-Unis, et est une demi-sœur de User Friendly.

Unex Mona Lisa a un yearling par Nathaniel (Galileo) et un foal par New Approach (Galileo).

Danzig

Green Desert

Foreign Courier

Oasis Dream

Dancing Brave

Hope

Bahamian

PRETTY POLLYANNA (F2)

Giant’s Causeway

Shamardal

Helsinki

Unex Mona Lisa

Zafonic

Friendlier

Rostova

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 12’’89

De 1.000m à 600m : 22’’28

De 600m à 400m : 11’’33

De 400m à 200m : 12’’25

De 200m à l’arrivée : 11’’49

Temps total : 1’10’24