Histoires de famille

Courses / 07.08.2018

Histoires de famille

La journée du Prix de Crèvecœur et des Marettes est toujours un moment très attendu du meeting de Deauville. Les entraîneurs y débutent leurs espoirs, et à dix jours des ventes d’août, un succès dans ces épreuves qui ont révélé tant de champions prend une importance capitale pour l’étalon ou la famille maternelle concernée. Cette année, les scenarios des deux courses ont été bien différents. Avec quatorze partantes, le Prix des Marettes n’a pas donné lieu à une grande démonstration, mais la gagnante, Montviette (Le Havre), a montré qu’elle savait déjà lutter. Elle imite sa propre sœur, La Cochère **, qui avait gagné cette course il y a deux ans. Des soucis de santé l’ont empêchée de s’exprimer ensuite.

Le suspense a été moins long chez les mâles du Prix de Crèvecœur, dominé quasiment de bout en bout par Anodor **, issu de la première production d’Anodin. Il fait même mieux que son père, deuxième de cette course et qui n’a cessé de progresser ensuite. Anodor était certainement déjà très prêt pour débuter, mais son jeu de jambes dans la phase finale, ainsi que les temps partiels qu’il a signés, ne trompent pas : la famille Head possède un 2ans de tout premier plan.