KEENELAND PHOENIX STAKES (Gr1) - L’équipe de Ballydoyle face à Advertise

International / 11.08.2018

KEENELAND PHOENIX STAKES (Gr1) - L’équipe de Ballydoyle face à Advertise

KEENELAND PHOENIX STAKES (Gr1)

L’équipe de Ballydoyle face à Advertise

Un anglais, quatre Ballydoyle et un seul cheval pour le reste de l’Irlande. Tel est le portrait-robot de cette course. L’anglais Advertise (Showcasing) possède les meilleurs titres et peut enfin briser la domination irlandaise. Elle a commencé en 1998 quand Lavery (Royal Academy) a donné à Aidan O’Brien le premier de ses seize succès dans les Keeneland Phoenix Stakes (Gr1), la course qui signe le coup d’envoi de la saison des Grs1 pour 2ans. Advertise vient de s’imposer aisément dans les Arqana July Stakes (Gr2) et s’était aussi classé deuxième des Coventry Stakes (Gr2). Il avait devancé les dix poulains qui ont couru le long de la lice loin des tribunes, mais il n’avait pas pu rattraper Calyx (Kingman) qui était parti tout seul de l’autre côté de la piste.

Sergei Prokofiev, le meilleur O’Brien. Parmi les dix qui ont été battus par Advertise à Royal Ascot, il y avait Sergei Prokofiev (Scat Daddy), troisième à une encolure. Advertise a battu à la régulière l’irlandais, capitaine du quatuor de Ballydoyle. Il doit donc progresser pour remettre en jeu la supériorité de son adversaire qui, à Newmarket, a fait bonne impression et sera à son aise sur les 1.200m du Curragh, un parcours qui peut mettre en difficulté les sprinters.

Battre Aidan, mode d’emploi. La réussite d’Aidan O’Brien dans cette course est impressionnante. Ses jeunes n’ont été battus que quatre fois ces vingt dernières années. En 2013, War Command (War Front) a été pris de vitesse et s’est classé troisième de Sudirman (Henrythenavigator), un Coolmore entraîné par David Wachman. Deux ans auparavant, Power (Dansili) n’avait pas apprécié le terrain très souple et s’était incliné dans les dernières foulées face à la pouliche La Collina (Strategic Prince), une pensionnaire de Kevin Prendergast. Le terrain lourd n’a pas joué en faveur d’Henrythenavigator (Kingmambo) en 2007. Il n’a pas sorti ses pieds de la boue et il a été battu par Saoirse Abu (Mr Greeley) de Jim Bolger. C’est une pouliche, Damson (Entrepreneur), qui a infligé la défaite à Oratorio (Danehill), mais Coolmore avait tout de même gagné, car elle appartenait à Mme Magnier et était entraînée par David Wachman.

Scat Daddy et No Nay Never. Le pensionnaire de Jessica Harrington, Indigo Blessing (Invincible Spirit), a déçu à Royal Ascot et les trois autres O’Brien ne sont pas du même niveau que Sergei Prokofiev. La pouliche So Perfect (Scat Daddy) a déjà remporté son Gr3, mais il lui manque quelque chose. Gossamer Wings (Scat Daddy) est passée à côté de son Gr2 dans les Queen Mary Stakes où elle a terminé dans la même foulée que Signora Cabello (Camacho), lauréate du Prix Robert Papin (Gr2). Les 1.200m du Curragh sont un peu longs. Le quatrième de Ballydoyle n’est pas par Scat Daddy, mais par son fils No Nay Never. Il s’agit de The Irish Rover, bien battu dans les Coventry Stakes. Ces trois chevaux peuvent jouer un rôle tactique, mais les courses ne sont pas un sport d’équipe et le jockey d’Advertise n’est pas un apprenti.