LARC PRIC MAURICE DE GHEEST (GR1) - Freddy de Gheest VII

Courses / 05.08.2018

LARC PRIC MAURICE DE GHEEST (GR1) - Freddy de Gheest VII

DIMANCHE, À DEAUVILLE

Elle n’est pas bien grande, mais elle a un cœur énorme ! Polydream ** (Oasis Dream) a fait étalage de sa classe dans le Larc Prix Maurice de Gheest (Gr1). Nous avons vu ce dimanche la Polydream que nous avions tant aimée l’an dernier, celle qui avait déposé une certaine Laurens (Siyouni) dans le Shadwell Prix du Calvados (Gr3).

Polydream offre un septième Prix Maurice de Gheest à Freddy Head. L’entraîneur améliore son propre record, lui qui avait décroché trois fois cette épreuve avec Marchand d’Or (Marchand de Sable) et trois fois avec la reine Moonlight Cloud ** (Invincible Spirit). Une semaine après la victoire de With You ** (Dansili) dans le Prix Rothschild (Gr1), l’entraîneur épingle aussi le deuxième Gr1 deauvillais du meeting. Ne l’appelez pas uniquement King of the Mile, mais aussi King of Deauville.

Une belle course d’attente. Avec vingt partants dans ce Prix Maurice de Gheest, le peloton s’est scindé. Un petit peloton de trois unités a évolué à vive allure du côté intérieur de l’hippodrome. Il était composé de James Garfield (Exceed and Excel), Efaadah ** (Dansili) et Wootton ** (Wootton Bassett), ces deux derniers plafonnant pour finir. L'autre partie a choisi de se placer plutôt côté lice extérieure, dont Polydream, qui partait avec le treize dans les boîtes. Maxime Guyon a monté la pouliche avec patience, ne lui demandant rien jusqu’aux 300 dernières mètres, où il l’a décalée. La pouliche a bien réagi et a placé une belle accélération, donnant tout pour aller chercher un James Garfield se défendant comme un beau diable. Elle lui a finalement pris une demi-longueur. The Tin Man (Equiano) est la belle note de la course : encore dernier aux 400m, il a tracé une belle fin d'épreuve pour prendre la troisième place à deux longueurs et demie. Librisa Breeze (Mount Nelson) est quatrième à une longueur un quart, devant City Light ** (Siyouni), cinquième à une demi-longueur.

Polydream revient à son zénith. Polydream avait été l’une des plus belles impressions du meeting de Deauville 2017, lorsqu’elle avait survolé le Shadwell Prix du Calvados (Gr3, à l’époque). Elle s’était ensuite inclinée dans le Total Prix Marcel Boussac (Gr1), avec des excuses puisqu’elle s’y était blessée. Elle a dû être opérée et n’a fait son retour à l’entraînement que très tardivement cette année. Polydream n’a rien pu faire dans The Emirates Poule d’Essai des Pouliches (Gr1). Cela s'est mal passé et elle manquait d’une course. La vraie Polydream a commencé à remontrer son visage dans le Prix du Palais Royal (Gr3). Ce dimanche, elle était encore plus forte et elle était simplement la plus forte.

Freddy Head nous a dit : « J’étais vraiment très confiant, encore plus que la semaine dernière avec With You. Polydream est très bonne. Elle était rentrée boiteuse du Prix Marcel Boussac. Nous avions dû l’opérer et cela nous avait certainement coûté cette course. Mais la manière dont elle avait gagné le Calvados l’an passé était significative d'un certain talent… Seuls les champions agissent ainsi. J’ai été obligé de la faire rentrer dans la Poule. Hélas, cela s'est mal passé, elle était en dehors et n’avait pas assez d’entraînement pour cette course. Ensuite, elle a brillamment gagné le Prix du Palais Royal (Gr3), face à de bons chevaux. Physiquement, elle a beaucoup progressé depuis. »

Au bon souvenir de Moonlight Cloud. Polydream a encore beaucoup de chemin à faire pour arriver au niveau de la gazelle Moonlight Cloud. Comme elle, elle enlève ce Prix Maurice de Gheest à 3ans. Lorsque l’on demande à Freddy Head s’il y a des points communs entre les deux pouliches, il nous répond : « C’est vrai que Polydream est un "petit truc", et Moonlight Cloud était encore plus petite ! Moonlight Cloud et elle ont la même vitesse, le même courage, elles se ressemblent un petit peu physiquement. Ce sont des petits formats. Polydream tient 1.300m et plus. »

Le Jacques Le Marois peu probable. Polydream peut certainement faire le mile, si toutes les conditions sont réunies. Deauville est son jardin : la représentante de l’écurie Wertheimer & Frère y est invaincue. L’hippodrome accueille dans une semaine le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois (Gr1). « Moonlight Cloud avait fait le doublé Maurice de Gheest et Jacques Le Marois, mais elle l’a fait à 5ans. Elle gagnait au canter. Polydream a eu une course aujourd’hui, qui doit marquer. Je ne pense pas qu’elle sera au départ du Gr1 la semaine prochaine. Elle n’a que 3ans, son avenir est devant elle. Le Qatar Prix de la Forêt (Gr1) est une probabilité. Ses propriétaires adorent aussi courir aux États-Unis… »

Une pouliche qui sort de l’ordinaire. Maxime Guyon a su donner un parcours sur mesure à Polydream dans ce Prix Maurice de Gheest riche de 20 partants. Il a longuement patienté, se faisant emmener et, à 400m du poteau, il ne lui avait toujours rien demandé. Polydream a bien répondu ensuite, allant chercher James Garfield qui avait toujours un net avantage. Le premier jockey de l’écurie Wertheimer & Frère a déclaré : « Polydream sort de l'ordinaire. À 2ans, elle a montré qu'elle était une crack. Dans le Marcel Boussac, elle a eu des soucis, sinon, en classe pure, elle était au-dessus. Lors de sa rentrée dans la Poule, elle avait tiré et cela ne s'était pas bien passé. À ParisLongchamp, elle venait de faire quelque chose de bien. Ce qui l'avantage sur cette distance, c'est qu'elle a de la vitesse et ne fait pas semblant lorsqu'elle accélère. Ce qu'il faudrait avec Polydream, c'est courir les sprints en France et 1.600m à l'étranger. »

Vingt et un ans après Occupandiste. Gérard et Alain Wertheimer remportent pour la deuxième fois le Prix Maurice de Gheest. La fois précédente, c’était en 1997 avec Occupandiste (Kaldoun). À ces deux victoires, il faut rajouter les quatre succès dans l’épreuve de Pierre Wertheimer, corecordman avec Marcel Boussac. La dynastie Wertheimer compte donc désormais six Prix Maurice de Gheest.

Pierre-Yves Bureau, qui manage les intérêts de l’écurie Wertheimer & Frère, nous a dit : « C’est une vraie championne. Elle s’était blessée dans le Prix Marcel Boussac et il faut vraiment dire bravo à toutes les équipes du haras et aux vétérinaires pour leur travail. Polydream nous couvre de plaisir. Il faut se souvenir de son Prix du Calvados, où elle laissait Laurens à près de deux longueurs. Pour la suite, nous allons en discuter avec son entraîneur, mais le Prix de la Forêt est une option. Sur une course, elle devrait faire le mile. »

Le numéro presque réussi de James Garfield. Ce diable de Frankie Dettori a bien failli jouer un tour à ses adversaires. James Garfield n’était pas gâté avec le 20 sur 20 dans les stalles et son jockey a fait le choix d’avancer côté corde, menant à un rythme assez soutenu. James Garfield n’a rien lâché et il a fallu la pointe de vitesse d’une Polydream pour aller le chercher. Il était muni d’œillères pour la première fois. Ce 3ans a certainement un bel avenir dans ce type d’épreuves.

Son entraîneur, George Scott, nous a dit : « Il réalise une grande performance, en faisant preuve d'un comportement exemplaire. Nous sommes fiers de lui et il est battu par meilleur. Ce cheval a un grand avenir devant lui, avec beaucoup de possibilités. Pour toute l'équipe, c'est une grande victoire. À présent, il va se reposer et certainement revenir sur 1.200m ou à ParisLongchamp sur 1.400m. Avec ce type de cheval, on peut rêver de Hong Kong ou Dubaï. À Ascot, il n'était pas en forme. Je ne suis installé que depuis deux ans et demi, monter sur le podium d'un Gr1, c'est formidable. »

The Tin Man court de première. Il faudra se souvenir de la fin de course de The Tin Man, longtemps parmi les derniers. Le pensionnaire de James Fanshawe réalise une très belle performance, lui qui ne court qu’à bon escient. The Tin Man restait sur une quatrième place dans les Diamond Jubilee Stakes (Gr1), où il n’avait pas été heureux. Il lui a fallu un peu slalomer ce dimanche. Son entraîneur nous a dit : « The Tin Man a très bien couru, il a refait beaucoup de terrain et a effectué une très belle fin de course. Il adore Ascot, je pense que nous nous dirigerons vers le British Champions Sprint. »

Librisa Breeze refait surface. Gagnant l’an dernier du British Champions Sprint (Gr1), Librisa Breeze a connu un début d’année 2018 plus difficile. Il est plus à l’aise en terrain souple mais s’adapte au bon terrain … Pas au bon léger. Dean Ivory, son entraîneur, nous a dit : « Je suis très heureux. Le bon terrain nous a aidés. Nous ne savons pas encore ce que nous allons faire avec lui, nous allons en discuter avec ses propriétaires. Mais ce que j'apprécie ici c'est que lorsque l'on juge le terrain bon, il l'est vraiment. La course était très compétitive aujourd'hui. C'était très agréable de voir des compétiteurs de partout. »

City Light un ton en-dessous de Royal Ascot. City Light était très attendu dans ce Prix Maurice de Gheest, lui qui avait failli créer l’exploit à Royal Ascot dans les Diamond Jubilee Stakes. Cheval explosif, son entourage a tenté de le garder calme le plus longtemps possible, rentrant ainsi au dernier moment dans le rond. City Light ne démérite pas, mais nous n’avons pas vu ce dimanche l’accélération qu’il avait placée à Royal Ascot. Reste que la saison a aussi été longue : ce Prix Maurice de Gheest était la cinquième course de l’année du pensionnaire de Stéphane Wattel, qui avait fait sa rentrée au début du mois de mars à Chantilly et a effectué deux voyages en Angleterre.

Stéphane Wattel nous a dit : « Il m'a paru que le cheval était quand même assez allant en début de parcours et qu'il n'a pas eu le même influx que d'habitude au moment de l'effort. Il a un peu consommé durant la course, mais il a eu un bon parcours et n'a pas réagi quand il s'est fait doubler par la gagnante. Il a tout de même beaucoup donné cette année. Il est encore trop tôt pour décider de la suite de son programme. »

PEDIGREE WEATHERBYS

http://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Polydream-.pdf

La sœur d’Évaporation **. Élevée par Wertheimer & Frère, Polydream est une fille d’Oasis Dream et de Polygreen (Green Tune). Cette dernière a remporté le Prix d’Angerville (L) et a terminé deuxième de Gr3 à Santa Anita, aux États-Unis. Au haras, elle a donné Évaporation ** (Red Ransom), double lauréate de Listed avec les Prix Amandine et Isola Bella. Elle s’est aussi classée deuxième des Prix du Pin, Edmond Blanc et Perth (Grs3) et troisième des Prix Daniel Wildenstein et du Muguet (Grs2). Polygreen a aussi donné Ankle (Shamardal), troisième du Grand Critérium de Bordeaux (L), remporté par Almanzor (Wootton Bassett). L’écurie des Monceaux a acquis Polygreen pleine d’Invincible Spirit pour 200.000 €, à la vente d’élevage 2015. La deuxième mère, Yxenery (Sillery), est, elle aussi, double lauréate de Listed avec les Prix Saraca et La Camargo (Ls), tout comme la troisième mère, Polyxena (Lyphard). Il faut remonter à la quatrième mère, Minstrel Girl (Luthier) pour retrouver un autre cheval de Gr1 dans cette famille. Cette dernière, deuxième du Critérium des Pouliches (Gr1), avait en effet produit Truculent (Val de L'Orne), deuxième du Grand Critérium (Gr1).

Oasis Dream, le sire de Juddmonte, décroche ce dimanche son seizième gagnant de Gr1. Cinq d'entre eux ont remporté un Gr1 en France : Arcano, Aqlaam, Goldream et Naaqoos.

 

 

 

Danzig

 

 

Green Desert

 

 

 

 

Foreign Courier

 

Oasis Dream

 

 

 

 

 

Dancing Brave

 

 

Hope

 

 

 

 

Bahamian

POLYDREAM ** (F3)

 

 

 

 

 

 

Green Dancer

 

 

Green Tune

 

 

 

 

Soundings

 

Polygreen

 

 

 

 

 

Sillery

 

 

Yxenery

 

 

 

 

Polyxena


LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 19’’07

De 1.000m à 600m : 22’’21

De 600m à 400m : 11’’35

De 400m à 200m : 11’’58

De 200m à l’arrivée : 11’’79

Temps total : 1’16’’00