Pourquoi si peu de réussite pour les irlandais dans le Jacques Le Marois ?

Le Mot de la Fin / 09.08.2018

Pourquoi si peu de réussite pour les irlandais dans le Jacques Le Marois ?

L’Irlande est très bien armée dans le Prix du Haras de Fresnay-le-Buffard - Jacques Le Marois 2018. Mais sa réussite dans le mile de Deauville n’est pas bonne. Les chevaux entraînés sur l’île n’ont gagné qu’une seule fois ce championnat des milers. Dans cette course qui compte des lauréats allemands et même un japonais, c’est très peu. Le seul Irlandais à avoir triomphé n’est autre qu’Excelebration (Exceed and Excel), en 2012, pour Aidan O’Brien. Et pourtant, comme vous le savez, Ballydoyle a eu pléthore de bons milers et donc de potentiels candidats au Jacques Le Marois ! Après examen, il s’avère qu’Aidan O’Brien n’a eu qu’un autre partant dans les quinze dernières éditions de la course : Declaration of War (War Front), quatrième en 2013. Dans la même période, l’Irlandais a remporté cinq fois les Sussex Stakes – toujours avec des 3ans – et quatre fois les Queen Elizabeth II Stakes.

Ce manque d’affinité de l’Irlande avec les grandes courses françaises sur le mile reste un mystère sans explications. Et ce d’autant plus que cette île est le seul des trois pays majeurs du galop européen à ne pas avoir un Gr1 sur le mile pour les 3ans et plus, en dehors des Matron Stakes qui est réservé aux femelles. Si un miler irlandais est bon – comme c’est le cas d’Alpha Centauri (Mastercraftsman) et Romanised (Holy Roman Emperor) – il doit donc voyager pour chercher fortune.