Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la fin - Rêve

Le Mot de la Fin / 17.08.2018

Le mot de la fin - Rêve

Le mot de la fin : Rêve

Dix millions. Même il y a vingt ans, quand on vivait et pensait en francs, c’était un chiffre énorme et symbolique. C’est pour dix millions que le cheikh Hamdan al Maktoum s’était offert une pièce unique à Deauville, le produit de deux gagnants de l’Arc de Triomphe : Lammtarra (Nijinsky), qui s’est transformé en étalon-catastrophe, et Urban Sea (Miswaki), la poulinière qui a changé l’histoire du pur-sang. La pouliche à dix millions n’a pas fait parler d’elle que pour son prix d’achat. Sous l’identité de Melikah, elle s’est placée dans les Oaks et les Irish Oaks. Vingt ans après, elle a connu un autre moment de gloire avec son arrière-petit-fils Masar (New Approach) qui a gagné le Derby.

Urban Sea ne fut pas un top price. Jean Lesbordes l’avait dénichée pour 280.000 francs en 1990. Son empreinte est plus forte que jamais. C’est une gagnante d’Arc qui a donné un gagnant d’Arc et dans l’histoire ce n’était arrivé qu’une seule fois, avec Detroit (Riverman), mère de Carnegie. Son fils Sea the Stars (Cape Cross), lors de ses débuts, était juste le demi-frère de Galileo. Il s’est transformé ensuite en crack et étalon classique.

Vingt ans après, on vit et pense en euros, internet a bouleversé le monde, mais Deauville et son ring restent un lieu magique, là où commencent les belles histoires.