LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2017 - Sybille Gibson : « Le haras de Montaigu, c’est une histoire de transmission »

Élevage / 10.08.2018

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2017 - Sybille Gibson : « Le haras de Montaigu, c’est une histoire de transmission »

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2017 

HARAS DE MONTAIGU

Haras de Montaigu 61240 Nonant-le-Pin

Sybille Gibson : « Le haras de Montaigu, c’est une histoire de transmission »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé. Aujourd’hui, nous faisons étape au haras de Montaigu, avec Sybille Gibson et Aliette Forien.

Jour de Galop. - L’aspect de votre métier que vous préférez ?

Sybille Gibson et Aliette Forien. - C’est la nature, le contact avec les chevaux, le fait de vivre au quotidien dans de beaux paysages…

Et celui que vous appréciez le moins ?

Sybille Gibson et Aliette Forien. - Les 35 heures ne sont vraiment pas adaptées à notre activité. Cela nous pose beaucoup de problèmes au quotidien.

La qualité que vous appréciez le plus chez un cheval ?

Sybille Gibson et Aliette Forien. - C’est le cœur. L’envie de travailler, c’est ce qui fait un cheval de course. C’est la même chose pour les grands sportifs. Literato (Kendor) n’était pas très grand, mais il avait un tel cœur en course qu’il a atteint le haut niveau.

Et le défaut qui vous fait hésiter ?

Sybille Gibson. - Le fait d’être fainéant, de ne pas se livrer…

Si vous deviez convaincre un novice d’acheter un yearling en août, que lui diriez-vous ?

Sybille Gibson. - Se lancer à plusieurs. Monter un syndicat avec des amis, car cela permet d’avoir plus de chevaux et ainsi de répartir le risque.

Aliette Forien. - En août, on espère forcément trouver un crack. C’est la magie des ventes de yearlings, car parfois cela fonctionne et on déniche un champion. La part de rêve est encore entière, contrairement au cas où l’on peut acquérir un sujet à l’entraînement.

Si vous aviez la possibilité de faire évoluer la vente d’août sur un aspect, que changeriez-vous ?

Sybille Gibson et Aliette Forien. - Peu de choses. C’est une vente qui fonctionne bien. Arqana fait du bon travail et nous sommes bien installées. Les étrangers aiment se retrouver dans un bar pour échanger et celui du rez-de-chaussée peut parfois se révéler un peu exigu. Dans le précédent établissement des ventes, le bar était plus vaste.

Qui auriez-vous aimé être, si vous n’aviez été vous ?

Aliette Forien. - Peut-être Pénélope Leprévost, une championne de concours hippique. Elle a les résultats et le style à cheval.

Sybille Gibson. - Je n’aurais pas aimé être quelqu’un d’autre !

Quelle est, selon vous, la spécificité de votre préparation aux ventes ? Votre patte personnelle ou la chose la plus importante à vos yeux ?

Sybille Gibson. - On fait du sur-mesure pour chaque poulain. Nous les respectons beaucoup et ils vont au paddock tous les jours. Nous les travaillons en progression pour arriver jusqu’aux ventes.

"Je ne serais pas arrivé(e) là, si..."

Sybille Gibson. - Le haras de Montaigu, c’est une histoire de transmission. Ma mère a repris un haras que son père lui a transmis. En prenant sa suite, je suis la cinquième génération, en ligne directe, à la tête de cette structure. Je ne serais donc pas arrivée là si je n’étais pas issue d’une famille passionnée par l’élevage et les courses.

Le lieu où vous vous sentez le mieux ? Et celui qui vous oppresse le plus ?

Aliette Forien. - Ce matin dans un bois près d’ici, à la fraîche, j’ai fait une balade sur une petite jument pur-sang. C’est le bonheur. Il m’arrive parfois de ne pas apprécier le fait de me retrouver au milieu de la foule.

Sybille Gibson. - Je suis rarement oppressée. Ici, dans mes bottes, je me sens bien.

L’odeur que vous préférez ? Et celle qui vous fait horreur ?

Sybille Gibson. - J’aime l’odeur des Magnolia grandiflora. J’ai horreur de celle du kérosène, comme sur le tarmac des aéroports.

Aliette Forien. - J’apprécie l’odeur des chevaux après l’effort.

À l’école, la matière que vous préfériez ? Et celle que vous haïssiez ?

Sybille Gibson. - Je n’aimais pas les mathématiques et la philosophie. J’appréciais les langues.

Aliette Forien. - C’est loin, mais j’ai le souvenir d’avoir eu de bonnes notes en sciences naturelles.

Choisissez une photo exposée chez vous, et commentez-la !

Sybille Gibson et Aliette Forien. - Il s’agit de celle de la victoire Wings of Eagles (Pour Moi) dans le Derby d’Epsom. Ce poulain est né chez nous, nous l’avons élevé, préparé puis vendu en août à Arqana. Il représente le plus beau succès de notre carrière d’éleveurs. L’élevage français attendait cela depuis des décennies et Wings of Eagles s’est imposé dans un style impressionnant. C’est aussi le plus beau cheval, et certainement le plus intelligent que nous ayons élevé.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

82 F. Gleneagles Archangel Gabriel

125 F. Mastercraftsman Gyrella

167 F. Dark Angel Miss Quality

192 M. Rock of Gibraltar Princess Sofia

195 M. Acclamation Regina Mundi

265 F. Siyouni Avola

277 F. Lawman Bush Cat

278 F. Camelot Camille’s Secret

282 M. Le Havre Causa Proxima

318 M. Olympic Glory Jeu de Vivre

LES YEARLINGS DE LA v.2

Lot Sexe Père Mère

366 F. Wootton Bassett Skydance

403 F. Captain Marvelous Calima mon Amour

426 F. Style Vendome Dragonnade

457 F. Medicean Irada

468 F. Dabirsim Like Afleet

Pile ou Face !

Nous avons soumis les éleveurs à une rafale de questions. Konbini a son Fast & Curious, Jour de Galop a son Pile ou Face !

Cliquez ici pour voir la vidéo : (http://www.jourdegalop.com/video/aliette-forien-et-sybille-gibson-une-histoire-de-transmission)