LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - C’est l’histoire d’une rencontre…

Élevage / 03.08.2018

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - C’est l’histoire d’une rencontre…

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé. Troisième épisode : Lucie Lamotte et Gwenaël Monneraye, et la Motteraye Consignment.

Jour de Galop. - L’aspect de votre métier que vous préférez ?

Lucie. - Le contact avec les chevaux et les hommes. On a la chance de travailler avec des animaux de valeur et de rencontrer beaucoup de personnes différentes. C’est d’une grande richesse.

Gwenaël. - Rencontrer des gens très intéressants dans des endroits magnifiques.

Et celui que vous appréciez le moins ?

Lucie et Gwenaël. - Ne pas avoir beaucoup de temps libre. On ne peut jamais vraiment déconnecter.

La qualité que vous appréciez le plus chez un cheval ?

Lucie et Gwenaël. - L’envie de gagner, le courage, la ténacité.

Et le défaut qui vous fait hésiter ?

Gwenaël. - Le manque de physique, de profondeur.

Lucie. - Le cheval qui montre du mauvais vouloir, qui n’a pas de cœur.

Si vous deviez convaincre un novice d’acheter un yearling en août, que lui diriez-vous ?

Lucie et Gwenaël. - C’est une question pour les courtiers, c’est leur job à eux ! Il faut déjà que ce novice ait la passion du cheval. Nous avons essayé d’intéresser des amis qui n’avaient pas cette fibre, et cela ne fonctionne pas. Si la passion est là, nous lui dirions que, par rapport à un achat à réclamer par exemple, le yearling, c’est le rêve !

Si vous aviez la possibilité de faire évoluer la vente d’août sur un aspect, que changeriez-vous ?

Gwenaël. - Deauville est un endroit magique et, comme le slogan d’Arqana dans une publicité d’il y a quelques années, c’est vraiment le Sales Paradise, avec les courses en face des ventes, les restaurants et les bars à deux pas… Mais il manque un peu de place sur le site. Cela dit, Arqana ne peut pas pousser les murs…

Lucie. -  Cela revient un peu au même que la remarque de Gwenaël… J’aimerais que nous ayons un peu plus de place pour pouvoir améliorer la réception des clients… En Australie ou en Nouvelle-Zélande, les consignors organisent carrément des barbecues ! Mais il faut souligner l’excellent travail d’Arqana, ils sont très à l’écoute des vendeurs. Tout le monde est content de venir à Deauville.

Qui auriez-vous aimé être, si vous n’aviez pas été vous ?

Gwenaël. - Neil Armstrong.

Lucie. - Petite, je rêvais d’être jockey et, plus tard, Nathalie Henry était mon idole.

Quelle est, selon vous, la spécificité de votre préparation aux ventes ? Votre patte personnelle ou la chose la plus importante à vos yeux ?

Gwenaël. - Lucie !

Lucie. - Non, ce n’est pas vrai ! Je dirais l’attention aux détails, la précision. Nous avons chacun notre rôle. Gwen s’occupe du management des équipes, et moi je gère l’alimentation et les soins. C’est important de se partager les tâches, pour l’entreprise parce qu’il ne peut pas y avoir deux chefs, mais aussi pour l’harmonie de notre couple !

Je ne serais pas arrivé là, si…

Gwenaël. - Si mes parents ne m’avaient pas soutenu dans toutes mes folies. Ils m’ont toujours dit : « Vas-y, essaie et si ça ne marche pas, c’est pas grave. »

Lucie. - S’il n’y avait pas eu cette rencontre avec Gwen. Toute seule, je ne me serais pas lancée. Nous avions les mêmes envies, la même vision… Nous nous sommes rencontrés quand nous travaillions à Etreham, et on surnomme même Nicolas de Chambure Meetic ! À l’époque, nous travaillions à la cour C, celle que nous avons occupée dix ans après avec notre propre consignment.

Le lieu où vous vous sentez le mieux ?

Gwenaël. - Le golfe du Morbihan, sur un bateau… avec Lucie !

Lucie. - À la montagne, ou bien là où nous sommes actuellement, sur ma terrasse, avec vue sur les herbages. C’est apaisant.

Et celui qui vous oppresse le plus ?

Gwenaël. - Dans un avion lors de turbulences, mais, en dehors de cela, je suis bien partout…

Lucie. - Dans le souk à Marrakech ! J’ai horreur de la foule.

L’odeur que vous préférez ?

Gwenaël et Lucie. - Les odeurs de cuisine ! Nous adorons manger. Et aussi l’odeur de la première coupe d’herbe, au printemps.

Et celle qui vous fait horreur ?

Gwenaël et Lucie. - Celle du métro parisien.

À l’école, la matière que vous préfériez ?

Gwenaël. - Le sport et les mathématiques.

Lucie. - Le sport.

Et celle que vous haïssiez ?

Gwenaël. - La grammaire et l’orthographe.

Lucie. - Les arts plastiques et surtout la musique.

Choisissez une photo exposée chez vous, et commentez-la !

Gwenäel et Lucie. - C’est une photo de nous deux, qui date de janvier 2006, quelques mois après notre rencontre. Nous sommes sur une plage sublime en Nouvelle-Zélande, où l’on ne peut aller qu’en bateau. C’était une belle époque, où nous voyagions beaucoup, au gré des ventes. Nous avions même failli nous installer en Nouvelle-Zélande…

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

5

M

Holy Roman Emperor

Nictate

7

F

Sea the Stars

North Mare

14

M

Intello

Peaceful Love

53

M

Camelot

Time Ahead

84

F

Lawman

Babacora

93

F

Lope de Vega

Beyond Desire

116

M

Gleneagles

Four Eleven

127

M

Showcasing

Hinata

128

F

Iffraaj

Hint of Pink

130

M

Siyouni

Hurryupharriet

135

M

Dark Angel

Jessica’s Dream

137

M

Dubawi

Just the Judge

140

F

Frankel

L’Ancresse

148

M

Showcasing

Les Alizés

190

M

Charm Spirit

Precocious Star

226

F

No Nay Never

Super Marmelade

230

F

Sea the Stars

Tahreem

249

F

Le Havre

Zejel

269

F

Make Believe

Basira

275

M

Olympic Glory

Borgia Gold

317

F

Le Havre

Java Jazz

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot

Sexe

Père

Mère

347

M

Brazen Beau

Out of Thanks

368

F

Olympic Glory

Sunrise Song

374

F

Rajsaman

Touch me Now

393

F

Capella Sansevero

Babycakes

425

F

Anodin

Dogaressa

427

F

No Nay Never

Elegant Times

456

M

Sepoy

Ingot of Gold

462

M

Rasjaman

Kinlochrannoch

480

F

Hunter’s Light

Miss Avonbridge