LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - Didier Barassin : « Nous sommes plus des éleveurs que des consigners »

Élevage / 11.08.2018

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - Didier Barassin : « Nous sommes plus des éleveurs que des consigners »

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018

Didier Barassin : « Nous sommes plus des éleveurs que des consigners »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé. Aujourd’hui, nous faisons étape au haras de la Perelle, avec Didier Barassin.

Jour de Galop. - L’aspect de votre métier que vous préférez ?

Didier Barassin. - L'élevage dans son ensemble, la naissance d’un poulain est un moment merveilleux et le début d’une nouvelle aventure.

Et celui que vous appréciez le moins ?

Le petit bémol, la présence des vétérinaires en saison de monte. Ils prennent de plus en plus de place et d’importance. À quand l’insémination ? Avec une régulation du nombre de saillies comme au trot.

La qualité que vous appréciez le plus chez un cheval ?

Le regard et la façon de se déplacer au quotidien.

Et le défaut qui vous fait hésiter ?

Les chevaux nerveux qui se contrôlent assez mal.

Si vous deviez convaincre un novice d’acheter un yearling en août, que lui diriez-vous ?

Je lui dirais de bien s’entourer et de savoir que c’est un loisir qui peut coûter de l’argent.

Si vous aviez la possibilité de faire évoluer la vente d’août sur un aspect, que changeriez-vous ?

Il n’y a pas grand-chose à changer, nous nous adaptons à la date et aux estivants nombreux et curieux.

C’est la spécificité de Deauville en août.

Qui auriez-vous aimé être, si vous n’aviez été vous ?

Mes deux fils. Ils sont rentrés dans la vie active avec de l’assurance et de la maturité.

Quelle est, selon vous, la spécificité de votre préparation aux ventes ? Votre patte personnelle ou la chose la plus importante à vos yeux ?

Nous avons la chance avec mon équipe de les élever et d’avoir connu les mères et souvent les grands-mères. La préparation commence début juin et se fait dans le calme et la progression. Nous sommes plus des éleveurs que des consigners avec nos lacunes.

"Je ne serais pas arrivé là, si..."

… Si Monsieur Winter ne m’avait pas donné la chance d’intégrer un si beau haras en 2004.

Le lieu où vous vous sentez le mieux ?

Dans la campagne autour et dans le haras. Loin de tout et proche de la nature.

Et celui qui vous oppresse le plus ?

La foule des grandes villes, le bar des ventes les soirs de sélection.

L’odeur que vous préférez ?

L’odeur des sous-bois en automne.

Et celle qui vous fait horreur ?

L’odeur qui se dégage de la foule en été.

À l’école, la matière que vous préfériez ?

Les mathématiques, le calcul mental et les sciences.

Et celle que vous haïssiez ?

Les langues étrangères. C’est mon plus grand regret.

Choisissez une photo exposée chez vous, et commentez-la !

C’est une photo de famille qui montre notre joie de vivre.

Pile ou Face !

Nous avons soumis les éleveurs à une rafale de questions. Konbini a son Fast & Curious, Jour de Galop a son Pile ou Face !

Pour voir la vidéo de l’interview, cliquez ici.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

17 F Golden Horn Quezon Sun

41 M Dark Angel Spring Wave

48 M Kodiac Sur Choix

98 F Dubawi Cladocera

121 M Galileo Giofra

124 M Kingman Gracefully