LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - Guillaume Garçon : « J’apprécie qu’un cheval ait de la personnalité… »

Institution / Ventes / 07.08.2018

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - Guillaume Garçon : « J’apprécie qu’un cheval ait de la personnalité… »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé́. Huitième épisode : Guillaume et Jean–Pierre Garçon, du haras de l’Hôtellerie.

Jour de Galop. – L’aspect de votre métier que vous préférez ?

Guillaume Garçon. – Le contact avec la nature, les chevaux. Le fait que les chevaux ne parlent pas mais qu’ils expriment leur sentiment, leur ressenti.

Et celui que vous appréciez le moins ?

Guillaume. – Annoncer une mauvaise nouvelle à un client.

La qualité que vous appréciez le plus chez un cheval ?

Guillaume. – J’apprécie qu’un cheval ait de la personnalité, tout simplement. Son mental, son tempérament.

Jean–Pierre Garçon. – Quand il passe le poteau en tête (rires).

Et le défaut qui vous fait hésiter ?

Guillaume. – C’est un peu la même chose finalement. Le mauvais vouloir d’un cheval, le mauvais feeling. C’est vraiment le premier contact que je vais juger.

Jean–Pierre. – Les chevaux trop méchants, je n’aime pas tellement cela.

Si vous deviez convaincre un novice d'acheter un yearling en août, que lui diriez–vous ?

Guillaume. – Je lui dirais de ne pas penser à la rentabilité en premier et d’acheter une jolie pouliche avec du pedigree pour penser au futur.

Jean–Pierre. – Si c’est un novice, je lui dirais de s’entourer de professionnels.

Guillaume. – S’il me demande, c’est bon alors ! (rires)

Si vous aviez la possibilité de faire évoluer la vente d'août sur un aspect, que changeriez–vous ?

Guillaume. – Beaucoup de courtiers critiquent le fait que les catalogues de la vente d’août ne soient pas reliés. C’est vrai que ce serait plus pratique. Sinon, on ne peut rien critiquer, ils prospectent très bien et nous amènent les acheteurs !

Qui auriez–vous aimé être, si vous n'aviez été vous ?

Jean–Pierre. – Je dirais Vladimir Poutine, pour remettre un peu d’ordre en France.

Guillaume. – Pour inverser, je dirais Bob Marley. Il est parti de rien et il est arrivé au meilleur de ce qu’il faisait.

 

Quelle est, selon vous, la spécificité de votre préparation aux ventes ? Votre patte personnelle ou la chose la plus importante à vos yeux ?

Guillaume. – Je les prépare vraiment à leur débourrage, à leur future vie autant mentalement que physiquement. Ce n’est pas difficile mais c’est un travail de longue haleine. Il faut qu’ils arrivent au top. Ils sont beaucoup manipulés. C’est le premier vrai contact qu’ils ont avec le travail, je pense qu’il ne faut pas le rater.

"Je ne serais pas arrivé là, si..."

Guillaume. – … Si mes parents n’avaient pas été là. J’ai été baigné tout petit dans le métier.

Jean–Pierre. – … Si mes parents n’avaient pas travaillé dans une ferme au contact des chevaux. À l’origine, j’ai une formation d’ébéniste, sculpteur sur bois. Il y avait des chevaux de course, mais cela remonte à loin.

Le lieu où vous vous sentez le mieux ?

Guillaume. – Sous un cocotier à Cuba avec Fred Daguzan–Garros, je serais bien.

Et celui qui vous oppresse le plus ?

Guillaume. – La foule.

L’odeur que vous préférez ?

Guillaume. – Un bon cigare cubain mélangé avec du rhum.

Et celle qui vous fait horreur ?

Guillaume. – Je n’en ai pas particulièrement, c’est une très bonne question. Je ne suis pas difficile.

Jean–Pierre. – L’Émouchine, j’en ai vraiment horreur.

À l’école, la matière que vous préfériez ?

Guillaume. –  La philosophie.

Jean–Pierre. – Le sport, la récréation (rires).

Et celle que vous haïssiez ?

Guillaume. – Je n’aimais pas vraiment les mathématiques.

Choisissez une photo exposée chez vous, et commentez–la !

Guillaume. – C’est Samansonnienne. La première jument que mon père a eue sous ses couleurs. Il l’avait fait naître aussi. Elle est née à La Cochère.

Jean–Pierre. – Sur cette photo, elle était montée par Jacques Ricou et toute la famille était présente pour sa victoire. Elle a gagné six courses. Nous avons gardé une de ses filles, une belle grise. Cela nous permet de garder sa souche. Elle nous a vraiment fait plaisir. Elle a débuté et gagné à Dax, puis a gagné à Strasbourg, à Dieppe, à Enghien, où elle a passé le poteau en tête de 15 longueurs. Elle n’est jamais tombée, n’a jamais fait une faute. C’était vraiment une bonne jument de course !

Pile ou Face !

Nous avons soumis les éleveurs à une rafale de questions. Konbini a son Fast & Curious, Jour de Galop a son Pile ou Face !

Pour voir la vidéo de l’interview, cliquez ici. (avec ce lien : http://www.jourdegalop.com/video/le–pile–et–face–de–guillaume–garcon)

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT
Lot Sexe Père Mère
145 F Dark Angel Lady Tiana
146 F Mastercraftsman Lady Viola
172 F Makfi Noble Pensée
201 M Kingman Rose Memory
205 M Wootton Bassett Sagariya
262 M Olympic Glory Apulia
295 M Olympic Glory Diyakalanie
299 M Wootton Bassett Ella’s Honour
325 F Maxios La Zubia
338 M Wootton Bassett Mischka
339 M Intello Miss Lech
LES YEARLINGS DE LA V.2
Lot Sexe Père Mère
380 M Canford Cliffs Zavallya
389 F Dandy Man Angel Spirit
411 M Olympic Glory Cheam Ksah
415 F Outstrip Daidoo
423 M Dandy Man Desert Sprite
441 M Dabirsim Golden Gleam
446 F Bated Breath Hatsepsut Queen
463 F Galiway Kiyrna