LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018  Philipe Michenot : « Se faire conseiller par des vrais professionnels… »

Élevage / 15.08.2018

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 Philipe Michenot : « Se faire conseiller par des vrais professionnels… »

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018

Philipe Michenot : « Se faire conseiller par des vrais professionnels… »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé́. Aujourd’hui, nous faisons escale au haras de Beauvoir, avec Philippe Michenot.

HARAS DE BEAUVOIR

85120 LOGE FOUGEREUSE

Jour de Galop. - L’aspect de votre métier que vous préférez ?

Philippe Michenot. - Préparer les yearlings et les voir monter en condition comme des chevaux préparés pour une course.

Et celui que vous appréciez le moins ?

Voir passer les chevaux sur le ring. Ce stress des trois minutes sur le ring pour tant de temps de préparation !

La qualité que vous appréciez le plus chez un cheval ?

La générosité et la gentillesse.

Et le défaut qui vous fait hésiter ?

Le mauvais vouloir.

Si vous deviez convaincre un novice d’acheter un yearling en août, que lui diriez-vous ?

Choisir au préalable un courtier et le futur entraîneur du cheval pour se faire conseiller par des vrais professionnels.

Si vous aviez la possibilité de faire évoluer la vente d’août sur un aspect, que changeriez-vous ?

Reculer son passage à la fin du mois d’août. Décaler la vente légèrement pour donner plus de maturité aux yearlings.

Qui auriez-vous aimé être, si vous n’aviez été vous ?

Un jockey.

Quelle est, selon vous, la spécificité de votre préparation aux ventes ? Votre patte personnelle ou la chose la plus importante à vos yeux ?

J’essaye de mettre mes yearlings un maximum à l’extérieur avec des copains et copines dans les paddocks tout autour pour leur bon moral.

"Je ne serais pas arrivé là, si..."

… Si l’achat de l’une de mes yearlings, Mentalité (par Alhaarth et Missanticia) par le cheikh Mohammed Al Maktoum n’avait pas eu lieu. C’était il y a quelques années. Elle avait atteint le million en francs. Elle signait une consécration à l’époque pour mon haras que j’ai créé de toutes pièces.

Le lieu où vous vous sentez le mieux ?

Au milieu du haras de Beauvoir, au printemps, avec les foals dans les herbages.

Et celui qui vous oppresse le plus ?

Faire la queue en général, au milieu de la foule…

L’odeur que vous préférez ?

Celle des croissants chauds le matin à Deauville après l’entraînement.

Et celle qui vous fait horreur ?

Les mauvaises odeurs auxquelles je suis sensible me dérangent tout le temps.

À l’école, la matière que vous préfériez ?

L’histoire.

Et celle que vous haïssiez ?

La physique chimie.

Choisissez une photo exposée chez vous, et commentez-la !

Il s’agit de la photo de l’affiche du 100e Grand Prix de Pau pour lequel j’étais descendu à Pau pour la première fois de ma vie. J’avais 23 ans. C’était l’épreuve du centenaire à Pau et mon deuxième poulain élevé, Jemirkhan (Kashtan) a gagné sous une neige battante. Il était entraîné par Jean-Claude Rouget et monté par Jean-Philippe Boisgontier, nous avons gagné en battant tous les vieux. C’était un Grand Prix d’anthologie. J’avais acheté sa maman, Jolie Blonde (Le Fabuleux), à Deauville, quand j’étais seulement étudiant à Rouen. Cela marque d’autant plus.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

63 M Dark Angel Visinada

309 F Rock of Gibraltar Guiana

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot Sexe Père Mère

461 M Elusive City Kensita