Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - Vincent Rimaud : « Je fais très attention à ce que la préparation se fasse dans le respect du cheval »

Institution / Ventes / 12.08.2018

LE TOUR DES HARAS - AOÛT 2018 - Vincent Rimaud : « Je fais très attention à ce que la préparation se fasse dans le respect du cheval »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings en août, chez Arqana. L’occasion d’un questionnaire un peu décalé́. Aujourd’hui, nous faisons étape au haras du Quesnay, avec Vincent Rimaud.

Jour de Galop. – L’aspect de votre métier que vous préférez ?

Vincent Rimaud. – Le fait qu’il n’y ait aucune routine : on commence la journée sans savoir ce qu’il va se passer. Il y a toujours des événements qui font qu’une journée ne ressemblera jamais à une autre. C’est ce qui est formidable.

Et celui que vous appréciez le moins ?

Il n’y a pas beaucoup de possibilité de relâche. On est sur le pont tous les jours, toute l’année.

La qualité que vous appréciez le plus chez un cheval ?

Quand je regarde un cheval et que je détecte directement une harmonie dans ses mouvements, avec une bonne balance, une aisance naturelle.

Et le défaut qui vous fait hésiter ?

Un cheval avec du mauvais vouloir. Celui qui met de la mauvaise volonté à faire tout ce qui lui est demandé, c’est assez exaspérant. Même si c’est un beau cheval.

Si vous deviez convaincre un novice d'acheter un yearling en août, que lui diriez-vous ?

Si je dois le convaincre, c’est qu’il y a déjà pensé et donc il a déjà envie d’atteindre un certain rêve. C’est une très bonne idée, car c’est une des rares opportunités qu’il aura d’atteindre ce rêve et je lui conseillerais aussi de bien se faire entourer.

Si vous aviez la possibilité de faire évoluer la vente d'août sur un aspect, que changeriez-vous ?

Comme beaucoup d’entre nous, je la reculerais, même d’une dizaine de jours seulement. Cela nous permettrait d’avoir plus de temps entre la fin de saison de monte et la préparation. Mais je n’ai rien à redire sur le travail d’Arqana, bien au contraire.

Qui auriez-vous aimé être, si vous n'aviez été vous ?

Mon frère Georges (rires). Non, plus sérieusement, j’aurais aimé être Robby Naish. C’est le plus grand champion de planche à voile de tous les temps. Il a tout gagné à son époque. Il a lancé toute cette vague de windsurf extrême.

Quelle est, selon vous, la spécificité de votre préparation aux ventes ? Votre patte personnelle ou la chose la plus importante à vos yeux ?

Je fais très attention à ce que la préparation se fasse dans le respect du cheval, avec une progression lente dans le travail. L’idée étant d’en faire des chevaux de course.

"Je ne serais pas arrivé là, si..."

… Si je n’avais pas rencontré Henri Bureau, le père de Pierre-Yves. Nous construisions le haras de la Pérelle et il était venu voir les aménagements que nous réalisions sur le haras. Avec ses années d’expérience derrière lui, il m’a donné de très bons conseils pour aménager ce haras, au niveau des herbages, des bâtiments. Nous nous sommes revus ensuite et il m’a donné le goût du travail bien fait, le goût de l’élevage, prendre soin de ses terres, respecter l’animal. Il m’a vraiment donné le goût des grandes responsabilités. Sa rencontre m’a donné confiance. Ses conseils, je les suis encore aujourd’hui. Il m’a conforté dans le choix professionnel que j’avais fait.

Le lieu où vous vous sentez le mieux ?

En bord de mer, éventuellement sur l’eau.

Et celui qui vous oppresse le plus ?

Un endroit qui m’oppresse terriblement, c’est dans un train. Je ne supporte pas d'être dans un train.

L’odeur que vous préférez ?

Celle du rosier jaune à côté de la maison.

Et celle qui vous fait horreur ?

Celle du jasmin.

À l’école, la matière que vous préfériez ?

J’adorais les langues : l’anglais, l’espagnol, l’italien.

Et celle que vous haïssiez ?

Aucune en particulier.

Choisissez une photo exposée chez vous, et commentez-la !

C’est une photo que j’ai prise en Afrique du Sud, d’un panneau signalant des passages d’éléphants. Je trouve cela assez dramatique de se dire que ce genre de panneaux ne va bientôt plus servir à rien, car il n’y aura plus d’éléphants ou de gorilles, ou autres animaux de ce type, qui ne traverseront nulle part. Je pense même qu’il est déjà trop tard. En revanche, espérons que les courses de chevaux continueront encore très longtemps.

Pile ou Face !

Nous avons soumis les éleveurs à une rafale de questions. Konbini a son Fast & Curious, Jour de Galop a son Pile ou Face !

Pour voir la vidéo de l’interview : http://www.jourdegalop.com/video/a-la-decouverte-de-vincent-rimaud)

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot

Sexe

Père

Mère

54

M

Intello

Toride

87

F

Oasis Dream

Baino Hope

88

M

Intello

Baino Rock

210

F

Siyouni

Saturnine

225

F

Le Havre

Sun Seeker

257

M

Le Havre

Ana Zghorta

330

F

Wootton Bassett

Makadane

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot

Sexe

Père

Mère

356

M

Elusive City

Salad Mood

421

M

Bated Breath

Delicate