Les tribulations de la jeunesse dorée des haras - Par Franco Raimondi

Magazine / 17.08.2018

Les tribulations de la jeunesse dorée des haras - Par Franco Raimondi

Les tribulations de la jeunesse dorée des haras

Par Franco Raimondi

La quatrième saison de monte (quand les premiers 2ans débutent, donc) est toujours la plus difficile pour les étalons. Au moment d’établir le plan de croisements, leurs 2ans n’ont pas encore couru, mais ce n’est pas tout. Les sélectionneurs des ventes font la tournée des haras, alors qu’il est encore tôt et ils doivent faire leur choix dans une deuxième génération qui ne rivalise pas sur le plan de la quantité avec la première. Dans les statistiques de l’application GlobalSires, nous avons déniché la donnée suivante : les étalons qui ont fait leurs débuts au haras en 2015 comptent 2.153 poulains et pouliches de 2ans, mais à peine 1.517 yearlings. C’est une chute de 30 %. Dix d’entre eux comptent plus de cent 2ans, mais 4 seulement ont une génération de yearlings à trois chiffres. Il s’agit d’une part d’Australia (Galileo) et de Kingman (Invincible Spirit), les deux qui sont affichés à plus de 30.000 € et qui ont déjà un lauréat de Groupe, la pouliche Beyond Reason et Calyx, respectivement. Les autres sont No Nay Never (Scat Daddy), qui est passé de 89 à 129 sujets, et War Command (War Front). Les éleveurs sont prêts à parier sur un étalon en première saison, mais souvent, l’année suivante, ils changent leur fusil d’épaule. Et cela se reflète sur la présence de ces étalons aux ventes boutiques. Ils y sont représentés cette année par 186 yearlings (10,1 % de l’offre) et deux étalons, No Nay Never et Kingman, sont responsables de la moitié. L’année dernière — toutes ventes de yearlings confondues —, 1.159 sujets issus d’étalons de première production ont changé de propriétaire.

Où sont les yearlings d’Anodin ? Deux cas sont flagrants. Alhebayeb (Dark Angel), l’année dernière, a eu 113 de ses 128 yearlings vendus à un prix moyen de 26.183 €. Ses résultats en piste ne sont pas exceptionnels (5 gagnants sur 41 partants) et il a 2 yearlings à Doncaster. Les premiers Anodin (Anabaa) ont brillé et il compte 8 gagnants sur 24 partants, ce qui est beaucoup pour un étalon basé en France. Il a donné le gagnant black type Harmless et le très prometteur Anodor. L’année dernière, Anodin a eu 49 yearlings vendus à un prix moyen de 23.979 €, dont un à Arqana août et 7 à la V.2. Cette année il n’a pas de produits lors des trois premières sessions à Deauville et il sera présent avec 5 sujets à la v.2 et 11 chez Osarus. Tant mieux pour les éleveurs qui lui ont fait confiance : il compte 67 yearlings, alors qu’il a 100 produits de 2ans.

Bungle perdu dans la jungle. Le leader du classement des First Season Sires en Europe (par nombre de gagnants) Bungle Inthejungle (Exceed and Excel) n’échappe pas à cette règle. Il a enregistré 19 gagnants, dont le lauréat des Molecomb Stakes (Gr3) Rumble Inthejungle et la prometteuse italienne Sopran Artemide qui a remporté une Listed comme à la parade. Les propriétaires qui veulent acheter un produit de Bungle Inthejungle peuvent attendre : il y en a 3 à Doncaster et un à Goffs. Il ne sera pas facile de les trouver même dans les ventes du deuxième et troisième tiers : après une première génération de 95 sujets, il est tombé à 39 yearlings.

Les trois débutants en or. Les étalons de première production peuvent compter sur une bonne vitrine. Leurs produits sont presque deux fois plus nombreux (361) que ceux des étalons de deuxième production. Parmi les débutants, trois ont officié à plus de 30.000 €. Muhaarar (Oasis Dream) a fait des éleveurs heureux avec ses foals : 11 ont été vendus à un prix moyen de 237.970 €, soit sept fois le prix de saillie 2017 (33.572 €). Muharaar a 6 yearlings à Deauville et surtout 30 dans le book 1 pour une offre totale de 48 sujets sur 104 nés. L’année dernière, les deux débutants les plus attendus, Kingman et Australia, ont eu au total 28 sujets vendus lors de la première vente de Tattersalls. Glenagles (Galileo) n’est pas loin avec 41 yearlings (dont 7 à Deauville). L’étalon de Coolmore affichait 60.000 € en 2016 et 15 de ses foals ont été vendus à un prix moyen de 118.000 €. Golden Horn (Cape Cross) est à l’abri du risque d’inflation. Vingt-neuf yearlings, dont 18 dans le book 1 et 8 chez Arqana, c’est une offre correcte pour un cheval qui a gagné le Derby, les Eclipse Stakes, les Irish Champion Stakes et l’Arc de Triomphe. Il coûtait 67.145 € et il compte 9 foals vendus à un prix moyen de 208.000 €. Godolphin en a acheté 3.

Le rêve d’un autre Dark Angel. En plus de ce trio, on trouve 4 autres étalons représentés par plus de 100 yearlings. Gutaifan (Dark Angel) a eu 163 produits en 2017 et l’année dernière, 54 d’entre eux ont affiché un prix moyen de 46.484 €. Il a 47 yearlings inscrits dans les quatre ventes boutiques, dont plusieurs achetés foals par des pinhookers.

Plusieurs étalons ont été bien accueillis avec leurs premiers foals. C’est le cas de Night of Thunder (Dubawi) et Make Believe (Makfi), mais aussi de Hot Streak (Iffraaj), Cable Bay (Invincible Spirit) et Ivawood (Zebedee). C’est Night of Thunder qui a affiché le prix moyen le plus haut (57.614 €), alors que Hot Streak devance à la photo Cable Bay (35.000 € face à 34.000 €) pour les foals vendus. La lecture des catalogues est toujours instructive. J’ai appris qu’un certain Anjaal (Bahamian Bounty) a gagné les July Stakes (Gr2) alors que j’étais en vacances. C’est ma faute, d’accord. Il a couru six fois après ça, à 2 et 3ans, sans rien ajouter à son CV. Il est étalon, père de 146 yearlings, dont 41 ont changé de propriétaire l’année dernière. Anjaal a 9 produits à Donny, un chez Orby et 2 dans le book 1. Et si c’était lui le nouveau Dark Angel ?