Mid Dancer - L’hommage à un cheval d’exception

Courses / 10.08.2018

Mid Dancer - L’hommage à un cheval d’exception

Mid Dancer

L’hommage à un cheval d’exception

Mid Dancer (Midyan) s’est éteint au début du mois, à l’âge de 17ans. Ce cheval d’exception, le plus riche sauteur de l’histoire française, gagnant de trois Grands Steeples, a marqué la vie de ceux qui ont croisé sa route. Il a aussi marqué les courses de son empreinte de géant… Retour sur une carrière d’exception qui n’est pas près d’être égalée.

Mid Dancer a été élevé par Gaëtan Gilles, au haras du Patis, à trente minutes d’Angers. C’est sous ses couleurs que Mid Dancer a débuté, à la fin de l’été de ses 4ans. Il était alors entraîné par une jeune femme qui commençait sa carrière, Marie-Lætitia Mortier. Cette dernière nous avait raconté il y a quelques années : « Gaëtan Gilles m’avait déjà mis une jument à l’entraînement. J’étais allée chez lui voir ses poulains. Il y en avait un qui était isolé des autres dans son pré. C’était Mid Dancer. Son éleveur m’avait prévenu qu’il était très compliqué. Il m’a proposé de le prendre en location, en totalité. Je venais de me lancer, et j’ai accepté. Il est arrivé chez moi au mois de février de ses 3ans. Et effectivement, il était difficile, voire dangereux. On a mis trois semaines à pouvoir le seller et le brider. Pour raccourcir les étriers, une fois en selle, cela nous prenait plus de dix minutes ! Mais quand il allait au petit canter, les autres forçaient pour le suivre. Il était aussi très doué sur l’obstacle. Tout de suite, il s’est montré hors normes. Aussi, avant de le débuter, j’ai proposé à Gaëtan Gilles d’en reprendre la moitié, pour toucher un peu de pension, et parce que je pensais que le cheval était vraiment bon.

Je voulais le débuter dans le Prix Finot, mais avec une course en plat avant. Or il a été éliminé au mois d’août à Clairefontaine, donc prudemment, j’ai préféré aller à Compiègne. J’appréhendais beaucoup le comportement du cheval, vu le mal qu’il nous avait donné le matin. J’avais même demandé à deux personnes de venir avec moi, pour ne pas le laisser seul une minute. Et finalement, arrivé sur l’hippodrome, ce n’était plus le même cheval. C’était comme s’il avait fait ça toute sa vie. Il a gagné de vingt longueurs, et évidemment, tout le monde l’a repéré. Arnaud Chaillé-Chaillé est entré en contact avec moi, par l’intermédiaire d’Hervé Barjot.

Gaëtan Gilles avait besoin de mon accord pour le vendre, comme j’avais besoin du sien. Toutes les parties étaient d’accord. Je venais de m’installer, la banque avait coupé le robinet, et la commission que j’ai touchée m’a réellement permis de continuer mon activité. Je n’ai jamais eu aucun regret, d’autant plus que je suis devenue amie avec Arnaud Chaillé-Chaillé, qui a eu un joli geste envers moi quand il a gagné sa première course. Peut-être que si nous avions gardé le cheval, j’aurais continué et gagné plus d’argent, mais il ne faut pas oublier qu’à 3ans, le cheval a bougé et n’a pu courir le Général de Saint-Didier. On ne l’a revu qu’en septembre de ses 4ans… Donc, non, je n’ai aucun regret et j’ai toujours été ravie de le voir gagner ! »

Sous ses nouvelles couleurs, et l’entraînement du Royannais, Mid Dancer signe deux succès sur les haies d’Enghien.

Mid Dancer en chiffres

44 courses pour 25 victoires et 17 places

3.365.930 € de gains

16 succès de Groupes

4 casaques différentes : Gaëtan Gilles, Sean Mulryan, Pegasus Farms Ltd & MD Bloodstock

3 entraîneurs différents : Marie-Lætitia Mortier, Arnaud Chaillé-Chaillé & Christophe Aubert

8 jockeys : Mehdi Benhennou, Philippe Sourzac, Christophe Pieux, Benoît Gicquel, Conor O’Dwyer, Jacques Ricou, Cyrille Gombeau & Sylvain Dehez

Auteuil, son jardin. Il faudra attendre le mois de novembre de ses 4ans pour le voir à Auteuil. Le cheval ne réapparaît qu’au mois de septembre, et s’impose à Cholet, Strasbourg, puis une nouvelle fois à Enghien, pour ses débuts sur le steeple. Il se présente alors au départ du Prix de Triquerville (L). Il s’impose de dix longueurs, et gagne son ticket pour le Prix Morgex (Gr3). Nouvelle victoire pour le poulain toujours invaincu, en devançant de quinze longueurs une autre pensionnaire d’Arnaud Chaillé-Chaillé très douée, Bénéfique (Mansonnien). Mid Dancer clôt son année de 4ans par un succès sur les haies du Prix François de Poncins. La polyvalence, déjà.

La première défaite… et le premier Gr1. Un voyage est programmé à Cheltenham. La course choisie est l’Arkle Chase (Gr1). Cependant, dans un sport totalement différent de celui pour lequel il a été façonné, Mid Dancer connaît pour la première fois la défaite. Un mois plus tard, il revient dans son jardin d’Auteuil. Bien loin d’être enrayée, la machine se remet en route. Le cheval remporte le Prix Murat (Gr2), et de retour en haies, il s’impose dans le Prix Guy Hunuault, dans La Barka avant de remporter la première Grande Course de Haies d’Auteuil, de deux longueurs et demie, devant Princesse d’Anjou. À l’automne, après une deuxième place à Carlisle, Mid Dancer s’impose dans le Prix Georges Courtois (Gr2), devant Kario de Sormain (Gunboat Diplomacy).

À 6ans, le doublé des rois. C’est à 6ans que Mid Dancer remporte son premier Grand Steeple, dans des conditions dantesques. La casaque Mulryan est aussi représentée par Or Noir de Somoza (Discover d’Auteuil), piloté par Jacques Ricou. Ce dernier chute à la rivière des tribunes. Mid Dancer s’impose en solitaire, de quinze longueurs devant Lord Carmont (Goldneyev). Cinq mois plus tard, il gagne aussi La Haye Jousselin, devant Princesse d’Anjou (Nonoalco). Un déplacement en Angleterre sera alors évoqué par son entourage, soit à Kempton dans les King George, soit à Cheltenham de nouveau. Le cheval restera finalement en France à 7ans, prenant la troisième place du Grand Steeple dominé par Princesse d’Anjou, avec une seule course dans les jambes, puis la deuxième place de la Grande Course de Haies, derrière Œil du Maître (Robin des Champs). Il ne courra pas pendant l’automne.

Gaëtan Gilles : « Nous sommes très affectés par sa disparition »

« C’est une grosse perte pour nous, car nous étions très attachés au cheval. Lorsqu’il était jeune, il était très compliqué, très craintif. Personne ne voulait l’acheter ! Nous l'avons donc castré, et il a fait une infection. Le soigner était une véritable mission… Marie-Lætitia Mortier est passée un jour au haras, car elle cherchait des chevaux à louer, et c’est comme ça que Mid Dancer est arrivé chez elle. Elle a pris son temps avec lui et je l’en remercie, car sans sa patience, Mid Dancer ne serait pas devenu le champion qu’il était. La première fois qu’elle l’a emmené aux courses, elle était inquiète, car le cheval était difficile. Mais une fois sur l’hippodrome, Mid s’est transformé en cheval de course. Sa victoire qui m’a le plus marqué ? Son premier Grand Steeple, en 2007. Il pleuvait beaucoup ce jour-là, et le cheval avait fini de façon extraordinaire. Pour l’anecdote, je n’ai pas pu aller sur la photo, car j’étais tellement heureux que j’embrassais tout le monde. Je n’ai pas entendu l’appel pour la photo, j’étais tellement euphorique ! Nous avons été marqués à vie par Mid Dancer et nous sommes très affectés par sa disparition. »

Une longévité extraordinaire. En 2009, Mid Dancer effectue sa rentrée sous de nouvelles couleurs, celles de Pegasus Farms.

Il se présente au Grand Steeple riche d’un succès dans le Prix Murat (Gr2), et dans le Prix Ingré (Gr3). Mais dans l’épreuve reine, il s’incline face à Remember Rose (Insatiable). Ce sera sa dernière sortie sous l’entraînement d’Arnaud Chaillé-Chaillé. Mid Dancer est confié à Christo Aubert, pour qui il gagne d’emblée le Prix Héros XII (Gr3). Il éjecte ensuite son jockey au saut du rail-ditch, dans La Haye Jousselin. Il se blesse ensuite dans le Prix Georges Courtois (Gr2), une fracture du boulet qui l’éloignera plusieurs mois des pistes. Il ne réapparaît qu’au second semestre 2010, année où il termine deuxième de La Haye Jousselin derrière l’étoile montante Rubi Ball (Network). À 10ans, le vieux lion est loin d’avoir tout montré. Il remporte son deuxième Grand Steeple, cette fois sous la selle de Sylvain Dehez. Il devance Rubi Ball et prend donc sa revanche sur son rival.

Bis repetita en 2012 : le cheval effectue une rentrée sur les haies, lui qui n’avait plus couru depuis le printemps précédent, et remporte son troisième titre dans la plus prestigieuse des épreuves d’Auteuil. Il rejoint dans la légende Katko et Hyères III. Le public aura encore la chance de le voir en 2013. Il tire sa révérence dans le Grand Steeple, dont il prend la troisième place, derrière Bel la Vie (Lavirco) et Shannon Rock (Turgeon).