PAROLE DE COURTIERS - EN PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES COURTIERS - Gérard Larrieu : « Le plus bel achat, c’est toujours le premier »

Institution / Ventes / 16.08.2018

PAROLE DE COURTIERS - EN PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES COURTIERS - Gérard Larrieu : « Le plus bel achat, c’est toujours le premier »

PAROLE DE COURTIERS

EN PARTENARIAT AVEC L’ASSOCIATION FRANÇAISE DES COURTIERS

Gérard Larrieu : « Le plus bel achat, c’est toujours le premier »

Jour de Galop. - Quelle est la qualité que vous préférez chez un yearling ?

Gérard Larrieu. - La façon dont il se déplace, et sa présence. Typiquement, City Light et Sacred Life, pour ne citer qu’eux, dégageaient vraiment quelque chose de particulier.

Quels sont les avantages d’acheter un poulain en août ?

C’est un moment festif. Tout le monde est présent, il y a les courses de l’autre côté de la route… L’ambiance est incomparable.

Pensez-vous qu’il faut acheter un yearling plutôt d’après son modèle ou d’après son pedigree ?

Les deux ! Mais évidemment, cela dépend du budget dont on dispose. Côté pedigree, j’attache beaucoup d’importance au père de mère. Si cela ne va pas de ce côté-là, je ne vais pas plus loin !

Votre plus bel achat aux ventes ?

C’est le premier ! Parce que la première fois que l’on vous demande d’acheter un cheval, surtout à Deauville pour un jeune courtier, c’est une vraie émotion. Et même si l’enveloppe est maigre !

Quel est le jeune étalon en qui vous croyez le plus ?

Anodin. Je l’ai utilisé comme éleveur. J’y croyais, car c’est un fils d’Anabaa, très bien né, avec de la vitesse, un chic cheval à un prix très intéressant.

Ghislain Bozo : « On recherche la tonicité, l’athlétisme, la locomotion et le bon tempérament »

Jour de Galop. - Quelle est la qualité que vous préférez chez un yearling ?

Ghislain Bozo. - C’est un ensemble de choses. On recherche la tonicité, l’athlétisme, la locomotion et le bon tempérament.

Quels sont les avantages d’acheter à Deauville en août ?

Les chevaux sont souvent moins développés à cette date. Cela permet de payer certains sujets moins chers que lors d’une vente ultérieure.

Faut-il acheter plus au pedigree ou plus au modèle ?

Plutôt au modèle. Mais au final, c’est un mix des deux, car on tient forcément compte du pedigree. En particulier pour les pouliches.

Quel a été votre plus bel achat aux ventes ?

Il y a bien sûr Dunaden (Nicobar). Acquis 1.500 €, il a décroché plus de cinq millions de livres en remportant notamment le Hong Kong Vase, la Melbourne Cup et la Caulfield Cup (Grs1). Du côté des femelles, Royal Highness (Monsun) a gagné les Beverly D. Stakes (Gr1) avant de produire Free Port Lux (Oasis Dream), lauréat des Prix Dollar et Hocquart (Grs2).

Quel est le jeune étalon en qui vous croyez le plus ?

Parmi les étalons ayant leurs premiers yearlings, je pense notamment à Muhaarar (Oasis Dream).

Ghislain Bozo

Meridian International

Tel : 06 07 59 11 19

Antoine Gronfier : « En août, on trouve des chevaux avec des pedigrees rares et des modèles exceptionnels »

Jour de Galop. - Quelle est la qualité que vous préférez chez un yearling ?

Antoine Gronfier. - Sa façon de marcher, de se déplacer, et son œil.

Quels sont les avantages d’acheter à Deauville en août ?

On y trouve des chevaux avec des pedigrees rares sur le marché, que ce soit du côté paternel ou maternel. Et des yearlings avec des modèles exceptionnels.

Faut-il acheter plus au pedigree ou plus au modèle ?

Pour moi, il y a trois facteurs : le pedigree maternel, le père et le modèle. Il faut qu’il y ait au moins un de ces éléments. En obstacle, je privilégie le modèle cependant.

Quel a été votre plus bel achat aux ventes ?

Le plus bel achat est toujours à venir !

Quel est le jeune étalon en qui vous croyez le plus ?

Olympic Glory et Toronado. Ils ont été de bons performers et donnent des chevaux précoces, avec du modèle et de la substance.

Antoine Gronfier

Tel : 06 83 95 37 13