Sea of Class et Lah Ti Dar… comme un parfum d’Arc

International / 23.08.2018

Sea of Class et Lah Ti Dar… comme un parfum d’Arc

YORK (GB), JEUDI

Le scenario du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) 2018 a changé deux fois en moins de 40 minutes ce jeudi. En attendant le retour de la tenante du titre, la grande Enable (Nathaniel), c’est la toute petite Sea of Class (Sea the Stars) qui a survolé ses rivales dans les Darley Yorkshire Oaks (Gr1). En quelques foulées, elle a refait le petit peloton et s’est détachée de deux longueurs et demie. Elle devance Coronet (Dubawi), deuxième comme l’année dernière. Enable l’avait battue de cinq longueurs, mais Sea of Class, avec sa pointe de vitesse foudroyante, ne gagnera jamais d’un boulevard.

La valse des cotes. Les bookmakers ont immédiatement réagi. La cote de Sea of Class, qui était à 12/1 et plus, a fondu comme neige au soleil… avec bien sûr une condition : elle doit être supplémentée. Presque toutes les grandes boutiques la proposent favorite, entre 4 et 5/1, ou cofavorite. Une offre relativement peu généreuse pour une pouliche qui, comme le dit si bien son nom, est un océan de classe. Cependant, l’élève de la famille Botti préfère le terrain bon ou léger. Ce qui peut être difficile à trouver le 7 octobre à ParisLongchamp…

Lah Ti Dar et Lanfranco affolent (eux aussi) le chrono. Quarante minutes après Sea of Class, on a vu une autre bombe. Lah Ti Dar (Dubawi) effectuait sa rentrée dans les Sir Henry Cecil Galtree Stakes (L). Celle qui était la favorite des Oaks s’est imposée de dix longueurs dans un chrono (2’31’’22) proche de celui de Sea of Class (2’30’’44). Lanfranco Dettori a même pu poser les mains bien avant le poteau. Le jockey a suggéré le St Leger comme objectif. Mais les bookmakers regardent plus loin : Lah Ti Dar est proposée dans une fourchette située entre 7 et 10/1 pour ParisLongchamp. Au contraire de Sea of Class, le gazon souple d’octobre, c’est son truc. Sa mère, Dar Re Mi (Singspiel), avait gagné sur cette piste le Qatar Prix Vermeille, avant d’être rétrogradée par les commissaires. Si son propriétaire, Lord Lloyd Webber, se souvient de cela, il peut changer le programme et nous envoyer la pouliche pour le Qatar Prix Vermeille. Une vengeance… neuf ans après !